Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 102
Invisible : 1
Total : 106
· ode3117 · In Poésie
Équipe de gestion
· Ashimati
13741 membres inscrits

Montréal: 3 août 12:35:40
Paris: 3 août 18:35:40
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes érotiques :: D'un bout à l'autre... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
frank .T


ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaines
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
348 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2011
Dernière connexion
26 juin
  Publié: 25 oct 2012 à 16:17
Modifié:  4 nov 2012 à 16:38 par frank .T
Citer     Aller en bas de page

Qui pourra sans rougir avouer à ses pairs
qu'il n'a pas su oser aborder une femme
par peur de dévoiler à son regard pervers
La justesse de ce qui lui servait de lame ?

Ainsi il me souvient de l'œillade gourmande
D'une belle africaine en rupture de mâle
Qui, si je le puis dire, provoqua par la bande
Un développement qui n'avait rien d'astral,
Son sourire diamant ajouta à mon trouble
D'autant que sur ses lèvres passa comme une invite
La pointe aiguisée, puisqu'elle n'était double,
D'une langue rosée. Puis tout alla trop vite,
La belle aurait voulu qu'au lit je l'accompagne
Mais au moment ultime de céder à ses charmes
Me revint à l'esprit ce que cachait mon pagne
Et qu'en rapport des siens je n'avais pas les armes.

Le ridicule épargne celui qui s'y soustrait
C'est ce que je me dis en tournant les talons
J'appris un peu plus tard qu'à ce qu'il paraîtrait
Il n'y a en cela pas de maître étalon,
Que tout ce qui se dit en matière de taille
Ne pèse pas plus lourd que le fétu de paille
Glissé dedans un œil qui parfois nous dérange
En regardant moqueur ce que même les anges
En aucune façon ne voudrait pour outil.

La taille en la matière n'est qu'un satisfecit
Et n'est pas moins outré que l'image d'Epinal
Qui voudrait que toujours comme pour un animal
Ne soit considérée que ce qui est anormal,
Une sorte de poutre érigée en annale
Un totem en exergue, une obnubilation
Au vrai une idée noire, une remise en question.
Etre ou apparaître, est une autre dimension,
Une sorte de chose sans grande digression
Seulement de savoir si le plus ou le moins
En nos émois sont choses à nous mener plus loin
Ou si seule la manière pourrait en cette affaire
Apporter à nos sens un peu plus de lumière.

La nature est bien faite qui sait rendre élastique
La peau des amoureux de l'Asie a l'Afrique,
Une main un peu grande peut toujours se serrer
Et la bouche étrécie s'arrondir pour gober.
Il n'est pas d'impossible pour qui désire aimer,
Laissons les imbéciles, heureux de posséder
Un pareil avantage accroire avoir trouvé
De toutes les serrures l'irrésistible clé
Laissons les se rêver souverains et vainqueurs
Don Juan de banlieue, nobles bourreaux des cœurs,
Il est des rossignols malgré leur petitesse
Qui sont venus a bout des pires forteresses...

  Au plaisir de vous lire...
l hetre a Théo
Impossible d'afficher l'image
je rejoindrai mes maitres en une derniere signature...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
864 commentaires
Membre depuis
28 octobre 2004
Dernière connexion
7 avril 2016
  Publié: 25 oct 2012 à 18:46 Citer     Aller en bas de page

j'aime beaucoup, c'est fluide et bien mené jusqu'au bout!!!
merci
amicalement patrice

  l hetre a Théo
Jeanne


Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1213 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
9 juillet
  Publié: 26 oct 2012 à 17:31
Modifié:  27 oct 2012 à 02:46 par Jeanne
Citer     Aller en bas de page

J'ai aimé cette paillardise très Brassensienne qui rappelle qu'en ce domaine, la mesure n'est pas de mise !

Bises

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22980 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 27 oct 2012 à 10:42 Citer     Aller en bas de page

Qu'importe la dimension pourvu qu'on ait l'ivresse.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
pyc


La vie peut avoir de beaux visages !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1039 poèmes Liste
16776 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
25 juillet
  Publié: 29 oct 2012 à 15:05 Citer     Aller en bas de page

J’admire sur un tel sujet de savoir écrire d’une manière aussi développée, agréable à lire !
Tu en avais des idées, des choses à dire, et si ça peut aider certains à se libérer de complexes handicapant, justement à cause de clichés peu intelligents, ce sera une très bonne chose.
Amicalement.
Pyc.

 
ballandine


Moi, quand je rêve de liberté....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
4122 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2010
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 3 nov 2012 à 05:50 Citer     Aller en bas de page



oh ! oh ! Que c'est long !

Qui a dit que la longueur ne se justifie pas !

Fallait le faire comme celà ...pour qu'il nous passionne !

Super Poème érotique....(car il s'agit bien de celà... )



  Ecrire est un acte d'amour, S'il ne l'est pas il n'est qu'écriture (Cocteau)
SélénaéLaLouveFéline

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9826 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
23 juin
  Publié: 9 déc 2012 à 14:00 Citer     Aller en bas de page

Franck

Que de bon conseils et pour ceux-ci je te couronne du meilleur accessit ...

Bravo très belle envolée érotique ....

Sélénaé

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 3161
Réponses: 6
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0242] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.