Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 31
Invisible : 0
Total : 37
· Loup8084 · ***Béné*** · actuaire · Balzak · artisan d'écrits
Équipe de gestion
· Emme
13226 membres inscrits

Montréal: 7 févr 07:27:33
Paris: 7 févr 13:27:33
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amitié :: Là-bas vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1]
Gleiten


Il faudrait pouvoir peindre les faces de l'invisible et écrire les paroles du silence
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
51 poèmes Liste
368 commentaires
Membre depuis
10 mars 2021
Dernière connexion
6 février
  Publié: 9 nov 2022 à 06:45
Modifié:  11 nov 2022 à 03:16 par Emme
Citer vertical_align_bottom

Tu voyais ce convoi
Qui s'ébranlait
T'étais bien dans l'angle, toi
Bien dans le triangle, tu savais.

Comme quand tu faisais du zèle
Quand on descendait
Les ébats qui ne cessent
Les cymbales, les symboles, on riait.

Les vents de l'orgueil
La poussière dans les yeux
Ce cadeau offert en pleurs
L'histoire démarrée sur un seuil, nous deux.

Ton roman en déshabillé
Tes mots envoyés, parfumés
Fier j'étais, nos doigts serrés
Te quitter momentanément pour l'autre côté.

Ville de lumières
Là-bas
Dans le quartier des lampadaires
Sortie à cinq heures du matin, java.

T'as vu dans mes yeux autre chose
Que les autres ne voient pas
J'étais devenu officiel et le reste basta
L'ouverture de tes bras.

Le lieu, la rue, l'endroit choisi
On devait..
Et puis..
Tout ça à cause d'une mère, triste j'étais.

La potion magique
N'avait plus la saveur de notre avenir
Les néons de la nuit
M'éblouissaient, le train pouvait partir.








 
Page : [1] :: Réponses non permises

 

 



Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 133
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0158] secondes.
 © 2000 - 2023 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.