Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Les parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 42
Invisible : 0
Total : 42
13291 membres inscrits

Montréal: 1er mars 23:32:27
Paris: 2 mars 05:32:27
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Les Galériens d’un Don Juan vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Colin Escot


« Ce n’est pas le doute, c’est la certitude qui rend fou » Nietzsche
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
18 poèmes Liste
142 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2021
Dernière connexion
19 févr à 21:18
  Publié: 26 déc 2021 à 09:22
Modifié:  22 jan 2023 à 11:21 par Colin Escot
Citer vertical_align_bottom

Les Galériens d'un Don Juan


À toi qui soutins mon regard fuyant
Partiellement recouvert des écrins luisants
Dans les abîmes de la nuit noir-vert de tes yeux
Galopant sur tes joues rosées à la robe tachetée des dieux.

Mon regard glisse sur la mâchoire offerte par un peintre de talent
-et s'échoue pour la vie sur ta bouche rouge ou rose qui sert de palette aux maîtres Italiens.
Je ne puis t'imaginer arquant ton corps contre le miens.
Ces lèvres qui m'appellent m'offrent le sommeil et l'espoir de vivre.
Moi, vieux matelot usé, je navigue sur cette peau délicieuse dont je suis ivre.

Malgré les fouets les galériens filent au bout du monde
Et font tomber dans la cascade infinie mon regard sur tes épaules rondes
Où repose tout, puis sur ton bras, puis sur ta main nue.
Soudain, ces doigts me font tomber sur le sol

Sonné du choc je lève mes yeux vers tes yeux
Tu me regardais comme si nous étions seuls.

26 Décembre 2021, révisé le 22/01/2023

  Critiques encouragées
***Béné***

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
419 poèmes Liste
1410 commentaires
Membre depuis
11 septembre 2006
Dernière connexion
Il y a -298 minute
  Publié: 26 déc 2021 à 17:49 Citer vertical_align_bottom

Bonsoir,

J'ai lu ton poème plusieurs fois à voix haute pour saisir les images derrière les mots.
J'ai aimé les rimes internes et les métaphores, la navigation sur la peau notamment...
Tu m'as embarquée non à fond de cale mais bel et bien sur le pont avec ta belle.
Ce Dom Juan que tu évoques sera-t-il foudroyé tôt ou tard ?
Je l'ai pour ma part trouvé bien contemplatif et sage.
Au plaisir de te lire.

 
Colin Escot


« Ce n’est pas le doute, c’est la certitude qui rend fou » Nietzsche
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
18 poèmes Liste
142 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2021
Dernière connexion
19 févr à 21:18
  Publié: 26 déc 2021 à 18:15
Modifié:  26 déc 2021 à 18:21 par Colin Escot
Citer vertical_align_bottom

Ahah merci Bénédicte, vous semblez avoir bien compris mon texte mais il vous manque une subtilité : le narrateur est lui aussi un galérien enchaîné avec les autres, incapable de contrôler ses émotions et qui rêve d’être un Don Juan.
Mais comme le titre du poème l’indique..

Je pense que si Molière était né à notre époque il ne l’aurait pas fait foudroyé. Donc heureusement pour notre galérien qui ne risque pas le même sort !
Merci du votre message,

Colin

  Critiques encouragées
doux18

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
314 poèmes Liste
1037 commentaires
Membre depuis
4 septembre 2016
Dernière connexion
Hier à 13:25
  Publié: 29 déc 2021 à 22:22 Citer vertical_align_bottom


Citation de Colin Escot
Moi, vieux matelot usé, je navigue sur cette peau délicieuse dont je suis ivre.



Cette image est superbe, comme l'est votre poème dans son ensemble.

Merci de ce très beau partage.
Mes amitiés

Pierre-Emmanuel

 
Colin Escot


« Ce n’est pas le doute, c’est la certitude qui rend fou » Nietzsche
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
18 poèmes Liste
142 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2021
Dernière connexion
19 févr à 21:18
  Publié: 30 déc 2021 à 07:29 Citer vertical_align_bottom

Je vous remercie Pierre-Emmanuel pour votre commentaire. Passez une bonne journée

  Critiques encouragées
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 466
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0156] secondes.
 © 2000 - 2024 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.