Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 11
Invisible : 0
Total : 13
· Plume d'amour
Équipe de gestion
· Catwoman
13678 membres inscrits

Montréal: 28 oct 01:00:51
Paris: 28 oct 07:00:51
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Une maison sur l'épaule... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 19 sept à 06:04
Modifié:  23 sept à 05:26 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page



Tant de maisons, tant de jardins, posés sur une épaule...
Est-il vraiment possible de ne rien oublier ?
Chaque objet a une âme, une histoire, tendre et drôle ;
il nous vient des sourires, rien qu'à les regarder.


On ne chancelle pas en marchant à l'abri
de ces ormes qui charment, là où sourit le saule :
« Flagrant délit de larmes – qu’as-tu à soulager ?
La vie se recommence en épousant les ombres ».


Les bouleaux se reposent sur l’oreiller des songes
et vous dans la bruyère, ne dormez-vous jamais ?
Votre couche est le lit dans lequel on se plonge
quand dans nos draps froissés, les aubes sont de jais.


Disparus, effacés dans les limbes et les linges
où des grains de lavande colorent les pâleurs
des fantômes entonnant des refrains enchanteurs.
En sommes-nous le suaire, en sommes-nous le chœur ?


Notre maison bancale portée sur nos épaules
est devenue pesante, de fouillis en poussières,
les carnets, les cahiers sous des éclats de verres
- ceux-là même où vos lèvres se sont posées hier,
ou était-ce l’avant, d’avant après-demain ?



Ce dont je suis certain, c’est lorsque votre main
qui caressait la nôtre a relâché l’étreinte
- comme un oiseau moqueur, sans l'ombre d'une plainte -,
notre souffle et le vôtre ensemble se sont noyés
dans un grand lac
« tu sais, celui que je cherchais » -
pour mieux se retrouver et tout recommencer.

« Viens, quittons la maison – Elle n’est que de papier… »






Riagal - le 18/09/2021, en "impro" nocturne -

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
784 poèmes Liste
3136 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 20 sept à 02:07 Citer     Aller en bas de page

Bonjour à toi et mes compliments pour ton joli travail de tissage de vers que j'ai bien aimé

Mes Pluriels d'une âme de passage

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
6212 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 20 sept à 08:57 Citer     Aller en bas de page

Salut l’ami Riaga
Moi qui n’ai jamais pu connaître la chaleur d’une maison de famille ´ je suis comme l’escargot je porte ma maison sur mon dos, la vie, ma vie… un éternel recommencement.
Amitiés
JC

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
235 poèmes Liste
17155 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 20 sept à 12:14 Citer     Aller en bas de page

Beaucoup de
Sensibilité

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 20 sept à 16:51
Modifié:  20 sept à 17:18 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de pluriels
Bonjour à toi et mes compliments pour ton joli travail de tissage de vers que j'ai bien aimé

Mes Pluriels d'une âme de passage


"Un tissage" qui a été fait sur le vif, avec des noeuds partout ; -). Avec plein de balafres, des mots ôtés et biffés. Comme un maison "biscornue", mais je crois que c'était malgré moi. Simple comme les enchevêtrements d'une pensée qui se construit dans la forge où les braises même refroidies n'en finissent pas de brûler...
Merci à tes Pluriels...
Amiclement...
Riaga...

Citation de rimarien
Salut l’ami Riaga
Moi qui n’ai jamais pu connaître la chaleur d’une maison de famille ´ je suis comme l’escargot je porte ma maison sur mon dos, la vie, ma vie… un éternel recommencement.
Amitiés
JC


Alors, je t'en donne un peu, mon ami. Même si elles sont détruites, en apparence, je les porte comme un "violon du le toit" ou le "toi". Le foyer peut réchauffer, être "gemütlich", même si ce n'est qu'une coquille d'escargot. Nous sommes des nomades et savons que ce qui est apparemment effacé de la planète terre continue d'être en nous. "Un éternel recommencement", oui. Une raison d'être encore...avec nos failles, et nos forces emmêlées.
Le tortues font pareil, avec leur abri d'écailles qui suscitent tant de convoitises. C'est un totem de "porte-bonheur"...
Avec toutes mes amitiés.
Raga-Riaga.

Citation de mido ben
Beaucoup de
Sensibilité


Je te remercie Mido. Je n'en suis pas totalement dépourvu...de cette sensibilité. Loin de la nudité toute crue, elle se lit entre les lignes. Et si tu l'as perçue, je t'en suis infiniment reconnaissant...
Amitiés...

nb : ll est vrai que le titre peut déstabiliser et laisser "songeur", je ne dis pas ça pour toi mais pour certains "regards perdus" ; -)).

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
glycine

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
162 poèmes Liste
930 commentaires
Membre depuis
8 août 2018
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 20 sept à 18:40 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Riaga,

Un poème émouvant... Les vers suivants ont retenu mon attention :
"Ce dont je suis certain, c’est lorsque votre main
qui caressait la nôtre a relâché l’étreinte,
comme un oiseau moqueur sans pousser un plainte."
Selon moi, la maison la plus réconfortante, c'est la maison du cœur à condition qu'elle soit emplie d'amour...
Une lecture qui donne à méditer... sur le passé, les souvenirs et le présent... et les sentiments éprouvés...

Belle semaine... Amicalement

  Même silencieux, les mots font du bruit, alors j'écris...
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 20 sept à 22:46
Modifié:  23 sept à 04:21 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de glycine
Bonsoir Riaga,

Un poème émouvant... Les vers suivants ont retenu mon attention :
"Ce dont je suis certain, c’est lorsque votre main
qui caressait la nôtre a relâché l’étreinte,
comme un oiseau moqueur sans pousser un plainte."
Selon moi, la maison la plus réconfortante, c'est la maison du cœur à condition qu'elle soit emplie d'amour...
Une lecture qui donne à méditer... sur le passé, les souvenirs et le présent... et les sentiments éprouvés...

Belle semaine... Amicalement


Merci Glycine pour cette lecture et ces mots. " Selon moi, la maison la plus réconfortante, c'est la maison du cœur à condition qu'elle soit emplie d'amour..." C'est si juste. Et c'est l'essentiel.
nb : j'ai modifié entre-temps le passage cité. Un peu comme un jardinier qui n'est jamais content et change les couleurs et les formes de ces "plantations" ; -). Ou un peintre un peu fou qui retouche un tableau alors qu'il est déjà accroché pour une expo.
Amicalement.
Riaga.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
601 poèmes Liste
26162 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 22 sept à 02:48 Citer     Aller en bas de page

" La vie se recommence en épousant les ombres " Un peu comme une plante qui s'accroche à un mur pour ne pas tomber et cherche à refleurir.
Cette maison de papier a fait trembler mon âme.
Un si touchant poème.
Bisouxxx
CIGOGNE
Un coup de coeur

  OM
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
436 poèmes Liste
4955 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 23 sept à 01:20 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Riaga,
très joli et très émouvant.
Que de souvenirs sont enfouis, mais pas oubliés, dans une maison. L'histoire de toute une vie pour les uns, sédentaires, et d'une tranche de vie pour les autres plus nomades.
On ne peut pas déplacer les maisons, même si on peut déplacer des montagnes, mais les souvenirs nous suivent quelque soit l'endroit où nous allons.
Amicalement
Pierre

  Pichardin
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 23 sept à 03:27
Modifié:  23 sept à 05:30 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de ode3117
" La vie se recommence en épousant les ombres " Un peu comme une plante qui s'accroche à un mur pour ne pas tomber et cherche à refleurir.
Cette maison de papier a fait trembler mon âme.
Un si touchant poème.
Bisouxxx
CIGOGNE
Un coup de coeur


Merci de ton passage, ma Cigogne et d'avoir ressenti ce qui est bien caché sous le lierre. Trop peut-être...mais je l'ai voulu ainsi pour éviter l'écueil du "pathos".
Bisouxxx
Riaga.

Citation de Lafleurquirime
Une joliesse dans les vers

Joli travail .


Bonjour la Fleurquirime. J'ajoute un mot de bienvenue.
Les vers ne sont pas tout, et ne sont rien s'ils rongent le fond. A quoi riment-ils ? (j'aime pas "déshabiller" l'écrit, mais là, j'ai été pris en flagrant délit de "joli", alors que non, ça ne l'est pas du tout en fait).
Je ne l'ai pas mis en "triste" parce que ce n'est pas sa place. Moi et les "catégories", on est pas copains^^. Je laisse le lecteur sur des rails libres...
Merci d'avoir apprécié malgré tout.
Bonne journée !
Riagal.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 23 sept à 04:17
Modifié:  26 sept à 11:00 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Pichardin
Bonjour Riaga,
très joli et très émouvant.
Que de souvenirs sont enfouis, mais pas oubliés, dans une maison. L'histoire de toute une vie pour les uns, sédentaires, et d'une tranche de vie pour les autres plus nomades.
On ne peut pas déplacer les maisons, même si on peut déplacer des montagnes, mais les souvenirs nous suivent quelque soit l'endroit où nous allons.
Amicalement
Pierre


Bonjour Pierre. Un plaisir de te re-voir et pas slt sur mes lignes.
Pour le "joli", je te renvoie au com' du dessus. Pour le reste, ce n'est pas l'histoire d'un déménagement. Même si je suis rétif à la routine et aime explorer d'autre territoires.

"On ne peut pas déplacer les maisons, même si on peut déplacer des montagnes, mais les souvenirs nous suivent quelque soit l'endroit où nous allons."
On ne peut pas changer l'Histoire mais on peut la faire "parler" et "révéler". Après il y a mille et une façon de "lire" ce texte...(je crois que j'avais très mal dormi pour répondre comme je l'avais fait , d'où la disparition de quelques lignes qui n'éclairent aucune lanterne, au contraire.).




Amitiés....
Riaga.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
347 poèmes Liste
2939 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 6 oct à 02:26 Citer     Aller en bas de page

De la belle poésie aux formes enivrantes , les parfums sont à se jeter dessus , se rouler dans cette nature vivifiante...

La nature de l'homme est de passer, évoluer, puis s'emporter ailleurs en essayant de faire mieux la prochaine fois ( ou pas ?) L'éternité pour y réfléchir !
Ce que tu fais ici avec virtuosité

( le peintre un peu fou comme Bonnard)


À très bientôt Riaga


marchepascal, ou plutôt je m'accroche à tes arbres vertigineux

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Dominique Bouy

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
51 poèmes Liste
594 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2013
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 11 oct à 10:29 Citer     Aller en bas de page

Remarquable, chaque mot est forgé d’acier brut. Merci cordialement.

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 19 oct à 07:12
Modifié:  19 oct à 07:18 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de marchepascal
De la belle poésie aux formes enivrantes , les parfums sont à se jeter dessus , se rouler dans cette nature vivifiante...

La nature de l'homme est de passer, évoluer, puis s'emporter ailleurs en essayant de faire mieux la prochaine fois ( ou pas ?) L'éternité pour y réfléchir !
Ce que tu fais ici avec virtuosité

( le peintre un peu fou comme Bonnard)


À très bientôt Riaga


marchepascal, ou plutôt je m'accroche à tes arbres vertigineux


"La nature de l'homme est de passer, évoluer, puis s'emporter ailleurs en essayant de faire mieux la prochaine fois (ou pas ?)"
Toute l'éternité, oui....comme une énème chance (on va dire que l'on est fous mais on s'en fout ; -)).
Bonnard aussi, sans doute...(Thxs pour la réf. à ce peintre...hors case bien plus qu'un impressioniste...j'en aime les couleurs vivantes et les traits d'une energie"folle")....
Spassibo, mon ami...

Citation de Dominique Bouy
Remarquable, chaque mot est forgé d’acier brut. Merci cordialement.


C'est un merci en retour que je t'envoie pour ton passage.
Amicalement...
Riaga.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 336
Réponses: 13
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0283] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.