Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 12
Invisible : 0
Total : 14
· Plume d'amour
Équipe de gestion
· Catwoman
13678 membres inscrits

Montréal: 28 oct 00:58:16
Paris: 28 oct 06:58:16
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Saint supplice, les nuits sans toi n'existent pas (impro) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
303 poèmes Liste
19098 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 18 sept à 17:57
Modifié:  19 sept à 00:20 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page





"Alain* venait de faire un tour dans le quartier, il a observé les gens qui allaient et venaient et il m'a dit, tu sais je crois que chaque être est relié par un fil invisible. J'ai trouvé ça très juste et cette chanson résume bien l'idée de mon ami...."

Quelques notes jouées après ces quelques mots et je faillis
Je bredouille d'enregistrer**, essayant de tenir sur mes deux jambes
Le public chuchote et les paroles arrivent à mes lèvres
Naturellement, je lève les yeux au ciel

Déjà je vois du choeur... pleuvoir des couteaux... mais ma bouche est plus forte...

ô mon inattendue***
Habitée par la chanson, je baisse la tête et me laisse emporter
Comme un poisson dans l'eau, dans la marée montante, du reste du public
Mon regard fixé au Christ illuminé
Je touche à quelque chose au fond de tout mon être, je tire sur ce fil, oui ce fil invisible comme l'a dit Laurent

"Bien que loin je suis contre toi... tout contre toi"

D'un coup tu me reviens, car cette chanson c'est toi, car cette chanson c'est nous
Tout défile et reflue, mais ce n'est pas le lieu
- Je me souviens pourquoi je ne l'écoutais plus -
La nuit est là dehors, une nuit de septembre, humide et fraîche
Comme j'aime à te retrouver ces nuits-là, la nuit tout court
- A vrai dire, les nuits sans toi n'existent pas -

"Car tous les départs resserrent les coeurs qui se séparent"

Je sens sa présence mais je suis dans mon monde.
Au bord d'un quai dans tes bras, n'existe que ce moment dans ces palpitations

"Plus je m'éloigne et plus je t'aime, c'est le paradoxal système
Bien que loin je suis contre .... vous "


La fin arrive, trop tôt ou trop tard, une autre chanson s'enchaîne et j'ai perdu la musique...
La marée redescend et moi je reste échouée sur la plage, les couteaux eux ont bien entamé ce qu'il reste de moi
Je regarde les autres vagues s'éloigner
Je réalise que j'ai perdu le courant...
Surtout, personne ne voit, surtout pas lui... combien je me contiens
Je voudrais hurler, mais rien ne sort
C'est plutôt ma main qui serre la sienne si fort, que cela commence à me faire mal
Hébétée comme un animal pris dans une autoroute, un spasme de conscience me ramène à la réalité

Nous sommes vendredi, Laurent Voulzy, ce concert que j'attendais depuis si longtemps.
Cette chanson et toi qui me reviens.
Un fil invisible, nœud coulant dans mon cou.

-Implosant d'un supplice, Eglise St Sulpice -


18 Septembre 2021
A lui

Phrases en Italique ; il s'agit bien évidemment de la chanson Paradoxal Système de Laurent Voulzy, dont j'ai assisté au concert à l'Eglise St Sulpice à Paris le vendredi 10 septembre dernier, dans le cadre de sa tournée dans les Eglises
Photo personnelle prise le même soir

* Alain Souchon, évidemment, cette phrase est de Laurent Voulzy durant le concert
** mon portable ayant décidé de ne plus fonctionner quelques minutes avant, j'ai du déléguer d'enregistrer la chanson à mon chéri
*** J'ai pour habitude lors d'un concert de ne pas attendre ma chanson "favorite" de peur d'être déçue....


  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 18 sept à 18:12
Modifié:  18 sept à 18:13 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Hé bien, Vinie, tu t'en sors bien pour une "impro". Lue vite mais sans survoler ; -). Malin, le titre et puis, tu sors de ta zone de "confort". Et ça, j'aime...(Voulzy/Souchon, Idem).
Bises...
nb : j'avais pas vu la photo, c'est magnifique...comme l'océan.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
221 poèmes Liste
13095 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 19 sept à 06:14 Citer     Aller en bas de page

Je lis ton impro avec plaisir... D'autant que je fais voir Voulzy à la cathédrale de Toul (54) fin octobre...
Je penserai à toi 😉

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
saldday


Lorsque souvent au fond de mon coeur penetre comme un trait le souvenir de tes mots....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
92 poèmes Liste
2356 commentaires
Membre depuis
28 août 2007
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 19 sept à 07:09 Citer     Aller en bas de page

Cest très sentimental et émotif ce que tu racontes.

J'aime.

saldday.

  Nous sommes le temps qui nous reste.
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
784 poèmes Liste
3136 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 20 sept à 02:13 Citer     Aller en bas de page

Bonjour à toi

Quel souffle ! et l'émotion est là comme une musique ajoutée

Mes Pluriels tout simplement simples

Bises

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 247
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0197] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.