Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 14
Invisible : 0
Total : 15
Équipe de gestion
· Catwoman
13678 membres inscrits

Montréal: 28 oct 00:50:55
Paris: 28 oct 06:50:55
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Nuit Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Cecile Atanaya Nouveau membre!

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
2 commentaires
Membre depuis
17 septembre
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 17 sept à 11:16
Modifié:  20 sept à 09:20 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Aux rayons des étoiles je cherche la nuit,
Les orgues noires enlacent mes pensées rêveuses
Dans mes oreilles, j’entends le silence enragé qui racle ses violons.

Mon cœur tremble de cette fin, de ce maigre jour encore passé.
Les loups crient à la lune rouge d’enfer.
Voici une nuit qui secoue mon âme telles de pâles vertèbres.

Mais voilà qu’au milieu de cette danse macabre, tes mains se déposent sur mes épaules,
Serait-ce un songe? Est-ce que je rêve ?
La chair de mon cou blanc inerte me dit que tout cela n’existe pas réellement.

Tu n’es plus là, et mon cœur est en fièvre.
Tes pâles baisers forts de liberté se sont envolés.
Mon sang lavé par ton amour en devient poison, d’une grandeur salie.

Horrible étrangement, le plancher sous mes pieds frissonne.
Tout près, tout près, mes yeux coulent et se ferment.
Et je me réveille au beau matin bleu, coloré par le bonheur des autres.

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
235 poèmes Liste
17155 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 17 sept à 11:58 Citer     Aller en bas de page

Bienvenue parmi
nous

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Cecile Atanaya Nouveau membre!

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
2 commentaires
Membre depuis
17 septembre
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 17 sept à 12:02 Citer     Aller en bas de page

merci beaucoup

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
341 poèmes Liste
10970 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 18 sept à 11:54 Citer     Aller en bas de page

bonjour CECILE
tes 5 x 3 lignes de texte sont plus riche que les deux précédents.
gros bisou de SAM

 
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
306 poèmes Liste
7457 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 19 sept à 12:14 Citer     Aller en bas de page

Poème d'amour, certes, mais sombre, plus sombre que la nuit, même...

Le froid traverse tes mots, comme un vent de douleur, malgré des sensations/sentiments d'une présence...

Comme quoi l'absence laisse des traces dans l'esprit, créateur de pensées étranges...

Amicalement...

Hubix.

 
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
601 poèmes Liste
26162 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 3 oct à 09:26 Citer     Aller en bas de page

Oui, un rêve étrange mais bien interprété. Cela fait frémir un peu, mais les images sont fortes
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 217
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0193] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.