Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 20
Invisible : 0
Total : 22
· Jake Warren · wippi
13330 membres inscrits

Montréal: 13 avr 06:31:02
Paris: 13 avr 12:31:02
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Portés suprêmes Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
733 poèmes Liste
3030 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
10 avril
  Publié: 2 mars à 08:30 Citer     Aller en bas de page

P o r t é s S u p r ê m e s





Portés rayonnants dieux sur nos souffles féconds
D’un impérieux transport sous les signes savants
De nos gestes s'empreint à nos corps l'autrement
Chœur prolongé d'un seuil atteint en tourbillons


Et nous nous contournons neufs les commencements
Neufs de chaque regard comme des pluies nouveaux
Des orages soudains naissent les vieux ruisseaux
Et nous naissons d'avant pareillement conscients


Et nous possédons nôtre une ardeur dans le chant
Où nous tressaillons lents quand se parlent liés
Nos yeux sous les douleurs où nos regards légers
S'accrochent l'un à l'autre d'un violent serment


Bruits puissants d'un monde poussant ses toreros
Fous à la corne où l'homme et la femme adorables
S'empalent aux plaisirs à leurs morts admirables
Et nous vivons cela lorsqu'au coeur sommes beaux


Les nuits liturgissent quand leurs résurrections
Sous les brouillards nous voient à un même désir
Réchauffer aux hivers nos corps froids et saisir
Dans nos yeux au regard la plus forte attraction


Ainsi m'aimant t'aimant nous aimant deux et deux
Entraînés l'un par l'autre et doublement d'amour
Nous capturant printemps à chaque an et toujours
Malgré notre âge vieux jeunes nous grisons mieux


*Il s'agit, ici, d'un "poème en vers justifiés", forme de poésie dont tous les vers comportent le même nombre de lettres, signes ou intervalles


Extrait de "12 POEMES PORTÉS D’AMOUR

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
23607 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
12 avril
  Publié: 2 mars à 12:10 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Pluriels,

Quel bonheur de te relire, une très belle réalisation poétique

A lire absolument !

Mes amitiés

James

  Membre de la Société des poètes Français.
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
297 poèmes Liste
18843 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
12 avril
  Publié: 2 mars à 16:37 Citer     Aller en bas de page

Qui est l'autre et qui est soi
Un texte en savoureux entrelacs

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
733 poèmes Liste
3030 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
10 avril
  Publié: 3 mars à 03:38 Citer     Aller en bas de page

James : ton "absolument" me fait chaud au coeur

Bestiole : Merci à toi

Toute union n'est qu'un entrelacs de coeur et de corps, non ?

Mes Pluriels à vous deux sur le souffle gardé de nos....communions

 
Dominique Bouy Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
513 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2013
Dernière connexion
6 mars
  Publié: 6 mars à 09:09 Citer     Aller en bas de page

Sur le souffle des corps, superbe. Amicalement

 
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
733 poèmes Liste
3030 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
10 avril
  Publié: 6 mars à 09:28 Citer     Aller en bas de page

Dominique Bouy : merci à toi

Pour ton "superbe" mes Pluriels forts

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 172
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0181] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.