Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 50
Invisible : 0
Total : 55
· Hubix-Jeee · Xuyozi · zouzou31 · Jean-Claude
Équipe de gestion
· Ashimati
13353 membres inscrits

Montréal: 17 oct 06:01:27
Paris: 17 oct 12:01:27
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Pour des non-vœux Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
frank .T


ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaines
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
348 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2011
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 30 déc 2020 à 06:10
Modifié:  1er jan à 08:01 par frank .T
Citer     Aller en bas de page

Les années s’enroulent en feuilles familières
Sur les cours sans détour de nos vies ouvrières
Et le temps prend son temps pour que l’éternité
Paraisse sans le dire notre réalité

Alors nous reposons, confiants presque immobiles
Dans la douceur ouatée de ces longs temps futiles
Persuadés que nous sommes de demeurer toujours
Et de n’être jamais privés de nos amours

Mais les années sont vaines le jour où le destin
De ses cloches aveugles sonne le tocsin
Et les feuilles s’étiolent, dévalent les ruisseaux
Pour se perdre, amères au plus sombre des eaux

Elles resteront là devenues inutiles
Ces années que nos vœux avaient souhaité si bonnes
Et nous découvrirons, atterrés, inhabiles
Combien sont dérisoires les mots que l’on se donne

Renvoyés aux abysses ils ne sont qu’illusion
Prétexte à la fête et à tant d’effusions
Et nous feignons de croire en un pouvoir humain
Capable de donner la leçon au destin

Il est bien hasardeux de croire aux lendemains
Et rien moins qu’insensé d’espérer en nos vœux
Mais nos cœurs ont besoin de ces souhaits que demain
Nous ferons à chacun de grands moments radieux

Alors, malgré cela et pour ne pas trancher
Sur le fond uniforme de mes contemporains
Une nième fois je formule le souhait
De voir vos vies plus belles et ...tagada tsointsoin 😉

  Au plaisir de vous lire...
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
6204 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 30 déc 2020 à 06:51
Modifié:  31 déc 2020 à 07:29 par rimarien
Citer     Aller en bas de page

Bonjour T Frank
En guise d’aveu
Je peux te dire
Que moi j’en veux
De tes non vœux
Neveu ou pas!

Amicalement
JC alias rimarien le morveux!

PS: ah ah Frank je viens de me rendre compte que tu étais un multi récidiviste, il y a quelques années tu t’étais déjà manifesté avec des non vœux dont j’avais encouragé la démarche comme quoi je n’ai toujours pas changé d’avis mais c’est plutôt la vie qui m’a changé !

 
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
221 poèmes Liste
13090 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 30 déc 2020 à 08:40 Citer     Aller en bas de page

Il est clair que tout ça relève plus de la formule de politesse que d'autres choses...

Pour autant j'ai eu plaisir à te lire et je retiens surtout le "tagada tsointsoin" qui me plait beaucoup !!!

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Saint-Ange


Sagesse, amour, joie & élan vital
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
7 poèmes Liste
106 commentaires
Membre depuis
16 juin 2020
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 30 déc 2020 à 17:21 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Frank
J’y penserai le soir du réveillon !

  Saint-Ange
Ancre d'écho


Il faut la nuit pour apercevoir les étoiles
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
19 commentaires
Membre depuis
15 décembre 2019
Dernière connexion
16 mai
  Publié: 30 déc 2020 à 17:24 Citer     Aller en bas de page

Si les voeux de chacun étaient aussi brillamment argumentés , on ne croirait pas seulement de nouveau au pouvoir humain , mais au père noel ! Merci pour ces non voeux

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
751 poèmes Liste
15962 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 1er jan à 05:37 Citer     Aller en bas de page


Alors nous reposons, confiants presque immobiles
Dans la douceur ouatée de ces longs temps futiles
Persuadés que nous sommes de demeurer toujours
Et de n’être jamais privés de nos amours

Mais les années sont vaines le jour où le destin
De ses cloches aveugles sonne le tocsin
Et les feuilles s’étiolent, dévalent les ruisseaux
Pour se perdre, entières au plus sombre des eaux



Oh, Frank tes mots resonnent en moi et la mélancholie, comme musique, se répand.
Les ans arrivent et s'en vont tout de suite ne nous laissant plus le temps de les savourer avec ceux que nous aimons et voudrions tenir tout près pour l'eternité. Mais on doit accepter le fluir de la vie...

Des instants de douceur avec qui aime regarder ce monde avec même intensité et soulignant les mêmes "détails" nous doit suffire

Bon 2021, mon cher ami.
Nous rencontrerons encore du beau et du merveilleux. j'en suis certaine.


lilia


  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
frank .T


ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaines
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
348 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2011
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 6 jan à 09:51 Citer     Aller en bas de page

Merci à de votre passage...

  Au plaisir de vous lire...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 351
Réponses: 6
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0208] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.