Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 13
Invisible : 0
Total : 14
· Avraham
13192 membres inscrits

Montréal: 29 juin 06:29:02
Paris: 29 juin 12:29:02
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: N'abusez pas ! vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Cléo
Impossible d'afficher l'image
J'ai mis les pieds sur le paillasson du chagrin/ Et je l'ai repoussé bien loin
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
162 commentaires
Membre depuis
3 juin 2018
Dernière connexion
12 septembre 2020
  Publié: 2 août 2018 à 05:49 Citer vertical_align_bottom

L'amour, n'en faisiez pas une drogue enivrante,
Vous jouerez un drame d'un tragique opéra,
Vos lèvres seront fièvres et les mots méga
Votre cœur, dans les cieux, de la folle tourmente !

Lorsque l'idéal meurt, en blasphème parfait,
Vous vous plaindrez alors : où est l'aura sacré ?
Comme le fidèle à qui la foi est perdue,
Ne croyant plus du tout au bon bonheur des nues ;

Un vide ou un désert brûlera les fleurs pures,
Les arbres parfumés, les joies, on oubliera,
Car la sirène chante et le malheur sa voix,
Attire les errants, qui devraient faire cure ;

La mélancolie rit déjà des élégies,
Que votre cœur perdu entonne, l'incessant !
Ah ! Serait-ce la mort qu'on voit au firmament ?
Et pareils aux échos, vos chants sont amnésie !

Vous tomberez aux pieds, avec la soif et faim,
Qu'on ne puis plus combler, car leur fruit est défunt,
Consumés, et sans foi, vous jouerez tragédie,
Vous verrez le poison, trop tard, elle est finie !

  La joie est la conptine de nos heures
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
17438 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
28 juin
  Publié: 2 août 2018 à 11:09 Citer vertical_align_bottom

j'ai aime ma lecture

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Cléo
Impossible d'afficher l'image
J'ai mis les pieds sur le paillasson du chagrin/ Et je l'ai repoussé bien loin
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
162 commentaires
Membre depuis
3 juin 2018
Dernière connexion
12 septembre 2020
  Publié: 3 août 2018 à 05:11 Citer vertical_align_bottom

Merci midoben !

  La joie est la conptine de nos heures
Flora Lynn


Aspirer à la clarté du jour à naître, Tendre vers la beauté absolue en l'être
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
103 poèmes Liste
2227 commentaires
Membre depuis
10 février 2017
Dernière connexion
9 juin
  Publié: 6 août 2018 à 11:24 Citer vertical_align_bottom

Cléo,
Votre poème est bien écrit avec beaucoup d'hyperboles.Il nous rappelle que l'amour a aussi un aspect douloureux et que de ce fait il faut essayer de ne pas trop s'attacher pour ne pas risquer d'être précipité sur les rochers par "le chant de la sirène."
Amitiés sincères.

  Flora Lynn
Cléo
Impossible d'afficher l'image
J'ai mis les pieds sur le paillasson du chagrin/ Et je l'ai repoussé bien loin
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
162 commentaires
Membre depuis
3 juin 2018
Dernière connexion
12 septembre 2020
  Publié: 8 août 2018 à 10:44 Citer vertical_align_bottom

Merci Flora Lynn !

Aussi, quand on place l'idéal trop haut, l'amour sur terre, nous rappelle parfois son fracas... On idéalise trop, une fois cette image idéalisée déconstruite, les effets sont tels qu'un sevrage.

  La joie est la conptine de nos heures
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 561
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0231] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.