Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 449
Invisible : 0
Total : 450
Équipe de gestion
· Bestiole
13388 membres inscrits

Montréal: 7 déc 03:38:43
Paris: 7 déc 09:38:43
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Toi, mon Air stèle - Ere... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 8 oct 2007 à 13:02
Modifié:  14 juil 2010 à 19:55 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Echouant sur les vagues inconscientes
Je l'aurai parié que tu étais Iris
De fleurs ouvertes aux sang et buées
Toi, et ton écho, lance d'éloquence...
Elle hurle à la vie où son corps s'arrache...


Les spirales lentes ont laissé place au Sol-Ere*… Le disque s’est accrété autour de ses amantes-sphères…



{…Naître…}


Serrant son corps entre ses mains tremblantes
Il ne manquerait plus que l'élu ne s'élève...
De prières muettes à demi-inachevées
Je ne pense pas m'être haïe criée pour rien...
Elle crie à en perdre ses attaches…


Son centre a décidé de brûler son âme quantique… l'Antique Temps, tasse (d')ions, se déverse pour créer du vide…



{…Eclore…}




Sentir l’eau rire
Coule à gémir
Cette sensation
Cette liaison


En cours d'arc en Sienne



Entre ton rêve
Entre ma grève
Vide depuis lors
Vide de trésors





{La légion marchera vers tes terres
Je m’en irai vers l’Aurore
Et l’oiseau déploiera ses serres
Je m’envolerai alors…


Tourner autour de Lui
Pour me sentir Planète
De son cœur nucléaire
Qu’est ce que je ne donnerai pas…
Pour me faire Poussière sous ses caresses…}





Cacophonie
Claustrophobie
De mes sentiments
Un affrontement


Eparses lunes-heures...



Entre mon Moi
Tout mon sang froid
S’inonde de songes
Ondes de mensonges





{La légion marchera vers tes terres
Je m’en irai vers l’Aurore
Et l’oiseau déploiera ses serres
Je m’envolerai alors…

M’éclipser sur les astres
Pour qu’Il puisse me voir
Condamnée à errer
Comète aux dépends de ses vents
Qu’est ce que je ne ferai pas pour être sa Voie Lactée…}




C’est là que commence le prélude à l’histoire, la grande Histoire
Tu sais, je vais te dire comme à d'autres, que le ciel est Un, Paix (qui) naît (en un) râ(b)le
Je n’en ai pas fini avec Soi ni avec ses schismes-Eres étendues
Il est toujours entre mes côtes, où le bât à ble(u) cé(an) s'est frotté…


Je me décharne à être ça, telle l’élite debout sur la plaine
Sciences des imbus, cils réfringents en convergence
De la galaxie sur sa couronne ailée entre le Roy
J’ai si froid dans ses taches cacao retournant au chaud…



{…Ramène moi…}


Entre-clics de tes clacs…


{…dans son cœur…}


Comble abattement, carton-graphique…


{fusionnel…}


Astre-eau, non mis sur mes écorchures…


{…Avant...}


Le dé, luge du Comment Semant...


{...Son effondrement…}


…Je veux pas que tu te sentes Mer…


{…Nova-(t)heure…}


Sans plonger dans mon reg’âme…


... Une dernière fois ...


...Je brûlerai mes ailes figées d’Ephémères**
Pour renaître sous ta lue-miel en Immortelle***…











©Lunastrelle (texte, enregistrements et dessin).




*Sol-Ere : mot moitié masculin, moitié féminin.

** Ephémère : insecte.

***Immortelle : ici il s’agit d’une fleur, pouvant ressembler à un Soleil.





Lunastrelle



Cliquez ici






Les différents enregistrements sont à écouter dans l'ordre, ce qui est entre {} c'est justement ce qui est "raconté" sur l'enregistrement... Donc lecture et écoute pas à pas, dans l'ordre donné...

Un écrit très spécial, que j'ai eu peur de poster (et du coup que j'ai enlevé, pour le reposter, car il y avait des mots qui n'allaient pas et ce n'était pas complet)... J'ai même hésité à le republier de suite, la chose nouvelle présente dans l'écrit je ne sais pas si je suis assez mûre pour la faire maintenant... Mais je tente...
Je sais que c'est très rapide comme repost, vu que je l'ai publié tard dans la soirée d'hier... Mais ça m'a travaillée toute la journée (j'ai presque pas dormi c'est pour dire aussi ^^), et je l'ai relu plusieurs fois avant de me décider à apporter des modifications par brouillon (j'étais en TP info, j'en ai profité vu que j'avais fini...)... Puis le supprimer maintenant pour le republier avec report des modifications...
Pardon pour la tartine d'explications, mais c'était nécessaire^^!


Expérience que je ne retenterai pas, c'était pour voir ce que donnait ce mélange, un test, un peu un crash, c'était amusant de le faire, mais valà...

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Isao

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
133 commentaires
Membre depuis
30 juillet 2007
Dernière connexion
25 septembre 2009
  Publié: 8 oct 2007 à 15:32
Modifié:  8 oct 2007 à 15:39 par Isao
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Justine,
Tu nous livre ici un poème vraiment très complexe à lire et à comprendre, mais je te rassures tout de suite, la démarche à elle seule mérite vraiment l'intérêt, tu t'es vraiment coupé en quatre pour nous produire ce sensoriel tableau de mots, de sons et de couleurs.

Ce fut un voyage dans un univers en ébullition, ou la vie en mouvement semblait parler d'amour.

Les nombreux jeux de mots à doubl (es)sens(e) ont régulièrement interrompu ma lecture, cependant. Mais l'effort en valait la peine car bien souvent le second sens mettait en évidence la compréhension générale du texte, ceci dit, je dois t'avouer que certains d'entre eux me résistent toujours à l'heure ou je t'écris ces lignes.

Certaines images sont particulièrement bien trouvées comme celle de "la légion qui marchera vers tes terres", personnellement j'y ai vu un rapprochement à faire avec l'attraction des corps célestes.

(jeu de mot magistral aussi : "L'antique tentation", vraiment très bien trouvé, ça donne une très belle illustration d'un phénomène complexe à imaginer)

J'ai eu l'impression que les notions d'implosions et d'explosions étaient également très présentes dans toute l'oeuvre (y compris dans les morceaux vocaux, alternant un dialogue aussi secret qu'un trou noir et un chant lumineux comme une novae jetant sa matière en fusion.

Il y a aussi quelque chose de vraiment étrange dans les échelles du poème, on regarde parfois depuis une échelle galactique, suivi d'une échelle solaire, ou encore microscopique, je dois t'avouer que je ne me suis pas senti à l'aise de me faire ainsi dilater pour être aussitôt compressé. : ) Mon humanité m'a manqué un peu. ^^'

Le dessin est encore une fois très bien réalisé et m'a personnellement aidé à me fixer un repère : ) Et ce d'autant plus qu'il était particulièrement concret pour un sujet qui aurait put laisser place à une vaste abstraction. Je te remercie pour cela.

Alors quant à savoir si tu étais prête... Un enfant qui ne se jette pas un jour dans la piscine ne nagera jamais aussi bien que celui qui aura pris plaisir à le faire toute sa jeunesse. ; )

Je dois te dire que c'était très alternatif et que j'ai eu du mal à suivre, mais j'encourage tes démarches : Elles sont innovantes et ce que je lis ici révèle non seulement une grande volonté et une grande passion mais également un véritable sens du verbe.

Amitiés,

Sébastien.

 
xav21

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
1497 commentaires
Membre depuis
3 mars 2018
Dernière connexion
9 juin 2018
  Publié: 9 oct 2007 à 04:41 Citer     Aller en bas de page

J'aime cette belle "évanescence" qui m'emporte dans l' au delà, oui, j'aime tes mots harmonieusement sculptés.

Ta plume est attrayante, sa créativité inovante et passionnante se plaît à plonger le lecteur dans un espace magique, secret et furtif à la fois.

J'apprécie toujours ta poésie lorsqu'elle offre ces superbes voyages intenses où l'originalité domine la rythme poétique.

Merci Lunastrelle, pour cet immense plaisir des yeux, de l'esprit et du coeur...


Flore

 
FloRe


Tu es beau, j'aime cette image de toi jouant de la guitare!!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
1478 commentaires
Membre depuis
17 mai 2006
Dernière connexion
25 octobre 2020
  Publié: 9 oct 2007 à 04:41 Citer     Aller en bas de page

J'aime cette belle "évanescence" qui m'emporte dans l' au delà, oui, j'aime tes mots harmonieusement sculptés.

Ta plume est attrayante, sa créativité inovante et passionnante se plaît à plonger le lecteur dans un espace magique, secret et furtif à la fois.

J'apprécie toujours ta poésie lorsqu'elle offre ces superbes voyages intenses où l'originalité domine la rythme poétique.

Merci Lunastrelle, pour cet immense plaisir des yeux, de l'esprit et du coeur...


Flore

  Toujours l'Amour, Toujours les heures (The hours)
Feydakin


Le poête est un monde enfermé dans un Homme ( V.Hugo)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
147 commentaires
Membre depuis
26 septembre 2007
Dernière connexion
4 avril 2010
  Publié: 9 oct 2007 à 05:41 Citer     Aller en bas de page

Quelle créativité ! Je suis resté sur les fesses : ce mariage des sons, des sens, des mots, des images

Merci pour ce bout de toi et le temps passé à nous faire rêver

  Travailler pour vivre ou vivre pour travailler ?
aristide

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
856 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
8 mars 2020
  Publié: 9 oct 2007 à 07:56 Citer     Aller en bas de page

Moi non plus, je n'ai pas tout compris mais je me suis laissé entraîner dans ton univers de mots, de sons, de couleurs, j'ai été transporté.
Je ne pas dire mon admiration pour cette page merveilleuse !
Hors norme, original , il n'y a pas de mots, j'adore en tout cas !
Merci pour ce voyage
Bisous

 
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 9 oct 2007 à 13:28 Citer     Aller en bas de page

Sebastien: quel commentaire! Merci de t'être penché autant sur ce poème...
Je vais tenter, tant bien que mal, de te répondre pour peut-être t'éclairer:


Oui je livre un poème très complexe, mais je l'ai voulu... Disons que j'ai toujours voulu faire des choses compliquées pour quel leur univers soit mis en valeur, après il s'agit d'un choix et un moyen pour moi de pouvoir écrire...
Longtemps j'ai été bloquée pour l'écriture, que ce soit en rédaction, etc... Parce que je simplifiais de trop, ou bien parce que j'étais hors sujet... Maintenant je mets tout en relation, même si ce n'est pas évident, mais j'y arrive...
Et j'aime faire des paradoxes, pour montrer qu'ils ne sont pas si différents et insupportables l'un envers l'autre...
Oui, je me suis coupée en 4, parce que j'adore ça... Et parce que je me sens si bien, après avoir accompli quelque chose dont j'ai placé la barre très haut... Et cela se retrouve assez dans d'autres domaines pour moi^^.

Tu as dit le mot: Univers... J'ai eu un cours de géologie sur l'Univers (deux pour être exacte), et ça m'a tant plu que ça a réussi à m'inspirer... Sauf que c'est décrit d'une manière froide, scientifique, et j'ai voulu donner une image plus humaine et complexe de... Notre petit coin de galaxie... (je sais, tu me diras, c'est déjà assez compliqué comme ça, mais après tout, pourquoi pas!)... Voilà pourquoi je parle aussi d'amour dans ce poème...

Car il parle aussi du mouvement, mécanique ou de la vie... Et je les ai exceptionnellement mis sur le même plan, j'ai un peu agi comme une Animiste...

Les jeux de mots sont faits exprès, en plus j'en avais une bonne flopée, je n'allais pas laisser passer ça! Et ils ont tous une référence sur ce que j'ai appris en cours... Héhé^^.
Je peux déjà te livrer un mot secret: "il ne manquerait plus que l'élu ne s'élève" donne aussi: "il ne manquerait plus que les lunes se lèvent"... Comme quoi, l'astronomie est foisonnante!

Et comme tu l'as dit, tous ces jeux de mots mettent en évidence la compréhension générale, et en même temps lui donne une autre dimension qui explique elle aussi...

Pour la phrase: "la légion qui marchera vers tes terres": là la relation est inconsciente, je n'y avais pas pensé!
Moi même tu vois, je découvre mon poème !
Mais effectivement tu as raison, c'est une hypothèse (et même une certitude!) excellente...

Aha "l'antique tentation": pour ce jeu de mots là, je me demandais si quelqu'un allait le voir....
Commencement de la vie sur Terre, et en même temps de la vie dans l'espace...


J'en profite pour dire que mon poème se décompose en 4 parties: 4 parties pour situer les différentes étapes de la construction de l'Univers depuis le Big Bang:

l'ère hadronique (dure 10^-4s): jusqu'à "naître"
l'ère leptonique ( dure 10 s): jusqu'à "éclore"
l'ère radiative (dure 1 Ma): jusqu'au second refrain "Qu’est ce que je ne ferai pas pour être sa Voie Lactée…"
l'ère stellaire (d'où le titre!), qui dure jusqu'à la fin... Mélangé à la mort de l'étoile, notre Soleil... A qui il reste la moitié de la vie qu'il a vécu...

Oui, l'implosion et l'explosion, de même que l'accrétion et le rejet... Après tout, autant nous que l'univers, et notre Soleil nous sommes régis par cela...
bien vu pour le trou noir, et la nova.. Merci d'ailleurs pour le "chant lumineux" , c'est justement de ça que j'avais peur, improviser un air et chanter comme ça...

Pour les différences d'échelle, et bien c'était voulu aussi, parce qu'après tout, nous sommes constamment compressés, dilatés... N'est ce pas?
Par cet univers qui nous régit, et en même temps par l'univers de notre âme... Notre univers intérieur!

Le dessin a failli ne pas figurer dans le poème... Mais je trouvais dommage de ne pas le faire, en plus ça éclaircit la vision et le message du poème.

C'est vrai pour la nage... Et pour le reste... Mais encore là, j'ai des appréhensions...

Très alternatif, très complexe, et je comprends qu'on accroche pas du premier coup... Mais après, c'est là qu'on voit les vrais lecteurs!

Merci encore de t'être attardé sur mon poème, en tout cas...




Flore: cette évanescence est très bien ressenti, car rien n'est immortel, rien...
Magique, secret et furtif comme n'importe quel coeur que son propriétaire débride, de même que son imagination...
De rien pour ce partage, j'ai donné ce bout de moi pour être heureuse avec vous tous...



Feydakin: De rien, pour ce bout de moi..., un mariage que je pensais plus tard, mais j'ai agi maintenant, c'était maintenant ou jamais...
C'est dur, et en même temps exaltant de me donner à fond, de me livrer comme ça en prenant des risques et du plaisir...
Et je prends du plaisir aussi quand je vois qu'on s'intéresse à ce que j'ai fait, et quand on me donne des impressions constructives, positives ET négatives...





Aristide: j'espère qu'avec ma nouvelel tartine d'explication ça sera plus clair , après tout, je ne vais pas tout dévoiler
Univers de mots, de son, de couleurs... Peu de choses, mais rien qu'avec ça on réussit à créer un monde...
Merci, hors norme par rapport à ce que j'ai écrit jusque là, mais pas tant que ça... Mais je suis contente que cette évolution de la plume (je suis de nouveau en pleine phase de changement^^) se remarque encore plus que dans le précédent poème...





Un grand merci à vous 4, pour vos lectures attentives!

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
okana


Plume légère, aquarelle du coeur, partager mon bonheur, sur la page de mes douceurs.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
193 poèmes Liste
7801 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2007
Dernière connexion
30 décembre 2012
  Publié: 10 oct 2007 à 19:15 Citer     Aller en bas de page

Quand je lis tes poèmes, je suis subjugée par tout ce que tu peux faire, c'est un style qui t'es propre, en plus tu nous expliques le sens de tes mots, c'est très généreux de ta part.Bravo à toi pour ce coup de coeur à ton magnifique oeuvre.Amitié.Okana.

  Nicole chaput. *Okana *...
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 11 oct 2007 à 13:11 Citer     Aller en bas de page

Nicole: merci à toi, tu sais, je vais te dire un truc: c'est une des choses qui m'aident à tenir le coup, pour la Fac... Ecrire sans retenue, en me faisant plaisir, ça me détend, ça m'envoie encore vers des cieux inconnus... Et ça m'aide à supporter le stress, la surcharge de travail,...


  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 13 oct 2007 à 06:22
Modifié:  13 oct 2007 à 06:25 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Cette énergie m'aide à tenir le coup, je la puise en moi, elle est pour l'instant inépuisable...^^.


En fait c'est un nouveau poème qui n'était pas dans ma liste... Que j'ai publié, et effacé et republié le lendemain après modifications...


Je sais ce n'est pas du tout dans mon optique, mais ça me gênait réellement, et les "reposts" seront très rares...







Thib: nos réponses se sont croisées!

Bien au contraire, quoique... En fait, il est plus abouti et plus proche de moi, mais la distance vient du fait que je me projette dans le futur... Et le présent^^.

C'est vrai qu'elle est tout à la fois, mais j'aime les faire ressortir encore plus... Et en même temps, c'est un autre défi pour moi...

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
302 poèmes Liste
15611 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 14 oct 2007 à 11:02 Citer     Aller en bas de page

Coucou, petite Lunastrelle, j'ai fait un tour dans ta Galaxie et j'ai eu l'impression étrange qu'une voix venue d'ailleurs arrivait jusqu'à moi. plein d'originalité et de beauté. Alex

 
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 14 oct 2007 à 11:55 Citer     Aller en bas de page

Alex: je suis contente que cette voix ait pu faire tout ce chemin sans encombres!
Merci


Rose: !
Mon manège à moi c'est toiiiiiiiiiiii^^!
Merci

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
5973 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
17 juin
  Publié: 15 oct 2007 à 14:43 Citer     Aller en bas de page

Ahaahahahahaha ! Je suis venu, j'ai vu et lu ! (je reviendrai bientôt aussi)

Amicalement

Yvano

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 16 oct 2007 à 15:52 Citer     Aller en bas de page

Yvano: comment oses-tu te pointer ici sans un long commentaire bien constructif que j'aurai dégusté avec plaisir?



Tu as intérêt à revenir! Parce que maintenant tu m'as fichu l'assiette de sucreries sous le nez pour me l'enlever!


Pas bien !


J'suis impatiente euh de savoir qu'est ce que je dois améliorer etc... Ou ce que tu as compris !


*humour au 1000 ème degré*


  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
5973 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
17 juin
  Publié: 18 oct 2007 à 21:44
Modifié:  18 oct 2007 à 22:07 par Andjik
Citer     Aller en bas de page

Bon je suis revenu,
le poème dans toute sa complexité me semble plus accessible maintenant, peut-être est-ce dû au fait que j'ai quelques dizaines de minutes maintenant pour lire à tête reposée. Bref, il y a du très-bon, du bon et du moins bon !

Je commence par le moins bon. Je n'ai jamais été grand fan d'une supra-abondance de jeux de mots parce que je trouve qu'il est facile de perdre le lecteur dans cet exercice mental (de deviner le jeu de mots derrière) plutôt que d'approcher le sens global qui se dévoile. En d'autres mots, lorsque l'utilisation de jeux de mots n'est pas assez dosée, pour des textes aussi contemplatifs comme les tiens, l'on risque de se détourner du sens global que tu as voulu donner. Je rejoins donc Isao sur ce point-ci. Bien sûr quand je parle des jeux de mots, j'inclus tous les éléments entre parenthèses qui ajoutent à la polysémie de la phrase. Cela passe bien pour des textes plus rapidement accessibles (comme des loufoques par exemple) mais c'est délicat pour des poésies aussi contemplatives que la tienne !

Deuxièmement, les parties ne sont pas équilibrées en nombre de vers et en lisibilité. Je pense notamment à la première strophe commençant par "Échouant sur les vagues inconscientes", puis la deuxième "Serrant son corps entre ses mains tremblantes" puis changement de rythme jusqu'à "C'est là que commence le prélude à l'histoire.... Les deux premières strophes sont plus fluides tandis que la troisième non seulement comporte deux strophes et là, l'écriture devient presqu'incompréhensible. (Ça doit être à cause de ma réticence aux jeux de mots peut-être ?). Mais on ressent tout de même une montée d'intensité dramatique dans le poème. Ressentir cela veut dire que ton poème est vivant, à n'en point douter. Toutefois, en termes de fluidité, une continuation sur la lancée des deux premières strophes t'aurait été plus salutaire !

Dans le bon, c'est le fait que tu aies gardé ton univers poétique, de collisions, de disparitions, de renaissances, de modifications perpétuelles dans le mouvement des corps célestes. De plus, avec cette fougue dont tu fais preuve face à la complexité, (Je ne peux m'empêcher de penser à ton poème "Voie/Voix lactée ?) il y a une identité poétique qui est bien présente et cela est grande preuve d'authenticité. Ce que j'essaie de dire, c'est qu'il y a une constante vers laquelle on peut se référer pour pouvoir identifier le message que tu peux faire passer et qui constitue l'ADN de ton écriture. Je ne veux pas causer de polémique mais c'est qualité rare sur le site !

Pour le sens profond de ce que tu as écrit, je ne peux que m'empêcher de citer cette strophe :

Cacophonie
Claustrophobie
De mes sentiments
Un affrontement


J'aime énormément cette idée de "claustrophobie des sentiments". Elle montre comment l'idéal que l'on s'est fixé fait bouillonner les sentiments à l'intérieur à tel point qu'on "meurt d'envie" de partager leur éruption avec l'être aimé. Y aurait-il une imploration de ta part pour qu'il revienne ? Une volonté d'un nouveau commencement, d'être là où vous étiez avant "l'effondrement" ? Sur ce point, il n'y a que toi seule qui pourra nous dire !

Sinon pour finir, je ne peux m'empêcher de mentionner le très bon. Et c'est ce talent de conteuse que je perçois sans difficulté dans ta voix. J'ai beaucoup aimé la partie vocale parce qu'elle véhicule tout ce charme mystérieux que possède ta poésie dans toute sa complexité. Je ne peux m'empêcher de me rappeler d'un de tes journaux où tu avais parlé de chanter sur scène. À mon humble avis, il y a donc ce potentiel gigantesque d'une transition de l'écriture vers le "spoken word" ou une poésie plus orale. En plus, lorsque l'on regarde tes dessins, le support visuel ne peut que contribuer à ajouter à l'envoûtement ! Cependant, la condition préalable à cet accomplissement, serait... de simplifier ta poésie dans son rythme et son écriture afin de lui donner une forme plus musicale, c-à-d plus proche (et non forcément égale) des formes traditionnelles d'écriture de chanson (versets 1-2-3 refrain bridge et tout le bla bla bla ) ! Pour justifier mon observation, je dirais tout simplement que la partie en gras est sans doute la plus réussie de ce poème, bien sûr à cause de sa mélodie chantée. Mais je dois dire que je suis persuadé que tu sauras trouver cette simplification dans ton écriture afin que la complexité apparente de ton oeuvre se transforme se peaufine éclosse en une poésie chantée toujours aussi imprévisible toujours aussi originale mais BIEN PLUS ACCESSIBLE au lecteur ordinaire ! Si un jour tu doutais de ta poésie, vois là une raison d'écrire pour de nombreuses années encore !

Voilà, j'ai été un long dans ma démonstration (je sais que tu n'en attendais pas moins de moi) mais j'ai aimé me pencher sur ces quelques mots !

Amicalement

Yvano

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 19 oct 2007 à 14:26
Modifié:  19 oct 2007 à 14:27 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Goussepain: c'est exactement ça, c'est mon vaisseau qui part à la conquête de l'inconnu...
Merci




Yvan: non, je n'en attendais pas moins, c'est clair!


Je vais aussi commencer par le moins bon: cela va peut-être te surprendre, mais c'était cette fois volontairement voulu...


Ce poème a le même problème que "voix (voie?) lactée", du moins la même emblématique: ce sont des poèmes transitoires...


Je vais t'expliquer en quoi: "voix (voie? lactée" je l'ai écrit lors d'une grande inspiration, comme tu as pu le remarquer toi même... Je restais très générale, sans rentrer dans les détails, mais en même temps je changeais de peau... Une amie m'a fait remarquer que pour ce poème, c'était le résumé des précédents, tout en commençant le nouveau, la nouvelle phase de ma plume...
Il a été problématique parce que ce passage ne s'est pas fait sans "anicroches": maladresses, répétitions de qualificatifs, phrases un peu arrivées sur la soupe...
Et c'était la conclusion à une blessure aussi, et la naissance d'un amour... Chose que je n'ai jamais dite.


"Toi, mon Air inter stèle- Air", c'est exactement la même chose: il est le résumé de tout ce que j'ai écrit avant, ce sont des "retrouvailles", et il est dans la continuité d'autres poèmes qui épanchaient le sang de mon âme blessée, comme " à l'encre des océans de sang", comme les poèmes sur les éléments, et "et va, pore Rê" est une conclusion intermédiaire, qui embraye sur la vraie conclusion, en même temps que sur un nouveau commencement, un nouveau passage, une étape est faite et la boucle se boucle encore une fois...
Et c'est ce poème, les nombreux jeux de mots sont comme les millions de sutures qu'il a fallu faire à une plaie énorme, et je les ai symbolisé par ça...
C'était pour libérer "ce qui restait", pour ne rien laisser traîner derrière moi dans ma nouvelle phase (j'ai fait inconsciemment pareil avec "Voix (voie?) lactée"), et je me suis juste dit avec espoir que quelqu'un mettrait l'accent sur cette bizarreries qui rend le poème très peu accessible...
Seuls toi et Isao vous êtes penchés dessus et avez butés, comme quoi vous avez vraiment été attentifs!
Ce "moins bon" était nécessaire pour aborder comme tu dis une écriture plus peaufinée que jamais. Le rythme cassé au début, de même que la lisibilité difficile... Font partie de ce que j'appelle les "crashs des modalités de passage", et en même temps Yvano, je m'engage sur une voie qui va être moins accessible qu'avant aux lecteurs, mais je me suis trouvée!


Tout comme toi en fait (!)


Pour le sens global, mes poèmes sont problématiques parce que jamais, au grand jamais ils ne contiendront qu'un seul sens... C'est au lecteur de chercher un peu, de s'intéresser aussi , à moi de l'appâter et pour l'instant je travaille ça!


Il est temps que j'écrive VRAIMENT comme j'aime (je n'ai pas dit que ce que j'ai écrit avant ne m'a jamais correspondu... Mais là, je sens que j'aboutis vraiment dans quelque chose qui me correspond encore plus que ce qui m'a correspondu par le passé), et c'est à moi de rendre cet univers accessible au lecteur, chose qui est actuellement en travaux avec les prochains poèmes que je publierai et celui que j'ai déjà publié qui est dans cette lignée.


La continuation sur la lancée des deux premières ne s'est pas faite... C'est une façon très maladroite de couper le cordon avec l'ancienne phase je l'accorde, j'ai encore du travail aussi de ce côté là...!



Pour le "bon", ce sera toujours authentique, toujours... Sinon, je n'écrirai plus, et je pense que ce serait un peu ton sentiment aussi si jamais tu n'étais plus authentique dans ton écriture...
Merci pour "qualité rare sur le site", je cherche toujours à lancer des messages..

Petite et ado je n'ai jamais été entendue comme il se doit, je l'ai toujours fermée et souvent j'ai été souvent opprimée dans ma façon de dire les choses... Pas par les parents... Mais à cause des autres.
J'ai mis longtemps à me défaire de ça, et à me faire entendre... Je ne suis pas très fine oralement, parce que je provoque souvent pour qu'on me remarque (même mes parents), mais il y a un début à tout, je n'aime pas qu'on me méprise, je n'aime pas qu'on m'ignore...
Je ne suis pas "une merde", je suis une humaine qui a autant de valeurs que n'importe qui.
Et ça les gens commencent à faire gaffe, et à se dire: "merde, je n'ai pas autant de pouvoirs que ça sur elle..."


Tu as raison en ce qui concerne l'idéal, etc... Seulement c'est encore un sujet sensible, je viens seulement de refermer la plaie, j'en parlerai à coeur ouvert plus tard...^^.



Je suis ravie d'avoir un talent de conteuse... Un jour, une prof de français a dit que je me la jouais "trop Shakespeare"!


Et se foutait de ma gueule...

C'était dans ma période ado, déjà que j'étais pas assez renfermée sur moi même, fallait en plus que je ne puisse pas me libérer au théâtre! A cause d'une amatrice qui n'y connaissait rien du tout, et qui voulait nous faire jouer une pièce de merde soit dit en passant...


Je chante oui, et ma voix est en plein travail parce qu'il a fallu la rediriger, la former... J'ai toujours chanté, mais personne ne m'a jamais appris... Ce qui fait que je chantais bien, mais j'avais pas une voix agréable... Maintenant, mon répétiteur commence réellement à voir comment sera ma voix définitive!


Youpi!!!


(au fait, si il y en a qui aiment pas les voix aigües, partez tout de suite... Je suis de celles qui ont une voix qui se situe haut, je peux même briser les vitres (enfin je pourrai !) en atteignant ce qu'on appelle les "voix de sifflets"...)


Parenthèse refermée hum


Et je pense que ma poésie se diversifiera: il y aura l'orale", la "chanson", le poème musical, le poème théâtral (peut-être?)...


Que de grands projets!



Je t'ai rivalisé dans ma réponse à ton commentaire lol!



Tout ça pour dire que la ressemblance avec "voix (voie?) lactée" n'est pas fortuite... Les deux parlent de l'univers, de l'espace, .. Qui sont constamment en évolution, en métamorphose...

Dernière remarque en passant!


Gros bisous à toi, et merci de ton passage

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Audrey.


Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
1047 commentaires
Membre depuis
5 août 2007
Dernière connexion
24 mai 2015
  Publié: 31 oct 2007 à 06:01 Citer     Aller en bas de page

Vraiment très original !
Vraiment très... toi !

Bonne continuation et à bientôt

Amicalement dede046-lyceenne

ps: jm bcp ta voix ^^

  Audrey .
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 31 oct 2007 à 11:33 Citer     Aller en bas de page

Heureux que ce soit très ...moi ^^!
Si jamais ce n'est plus "moi", alors j'arrête d'écrire


Merci pour ma voix...


Gros bisous

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 26 nov 2007 à 13:33 Citer     Aller en bas de page

Cher monsieur (ou madame),


Je ne sais comment prendre votre commentaire, à vrai dire je crois que vous êtes en train d'insinuer que je suis fausse, que je me cache derrière un masque de mièvreries...


De un vous ne me connaissez pas, ce jugement de valeur alors est déplacé.
Deuxièmement pour votre savoir, je suis quelqu'un d'hyper sensible justement, qui utilise tous les moyens possible pour s'exprimer, même si c'est à travers un clavier et internet.


Aujourd'hui j'arrive à m'exprimer oralement aussi, par le chant notamment et aussi la parole pour présenter quelque chose à une personne inconnu, même si je dois prendre sur moi.


Dans mes écrits malheureusement j'ai tendance à me cacher, donc ma sensibilité n'est pas perçu par tout le monde... Croyez vous cependant que c'est facile?


Aujourd'hui je suis en proie aux doutes faces à mes aptitudes et à ma plume... Votre commentaire vient enfoncer le clou...


Après, peut-être que je me trompe sur vos intentions et peut-être que ce n'était pas votre but, ni vos paroles...



J'ai l'impression aussi d'être prise de haut, sachez que cette façon d'agir me passe complètement au dessus de la tête...


La voie que je veux choisir, c'est celle de faire passer mes émotions et de partager avec les autres...


Je me suis sentie blessée par cette phrase:
"pour que jaillisse non une imitation mais une voix silencieuse qui traverse la nuit de votre petit monde ?

Si vous insinuez que je chante avec aucune émotion, vous ne savez pas ce que vous dites...


Et par la même occasion vous me brisez encore plus...


Si ce n'est aucunement ça, soyez plus clair (e)...


Cordialement


Justine

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 26 nov 2007 à 16:01
Modifié:  26 nov 2007 à 16:02 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Ninite: ben ça s'est éclairci je pense, je suis heureuse de voir qu'il n'y a pas que moi qui ait mal interprété le commentaire de Candide!


Franck: te sauve pas!!!!!!!!!!!!



Bises à vous deux

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 26 nov 2007 à 16:14 Citer     Aller en bas de page

mdrrrrrr!!


**

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Page : [1] 2 :: Réponses non permises

 

 



Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 5181
Réponses: 30
Réponses uniques: 12
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Je n'aurai jamais... (Autres)
Auteur : Alphonse BLAISE.
Avec les yeux du coeur... (Autres)
Auteur : Alphonse BLAISE.
La lettre à Elise... (Amour)
Auteur : Alphonse BLAISE.
Reviens moi (Amour)
Auteur : Mystic4Ever
Moi qui n’ai rien vécu qu’une vie sans histoire (Autres)
Auteur : IciOuLa
L'enfant... (Autres)
Auteur : LE PASSANT
Ténèbre et Lumière (loup-papemich) (Collectifs)
Auteur : Loup8084

 

 
Cette page a été générée en [0,0594] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.