Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 81
Invisible : 0
Total : 81
13207 membres inscrits

Montréal: 26 sept 23:41:53
Paris: 27 sept 05:41:53
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Elisabeth - La rencontre (1) vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] 2 :: Répondre
In Poésie


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
324 poèmes Liste
6890 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 22 juil 2016 à 07:39
Modifié:  4 jan 2019 à 17:23 par In Poésie
Citer vertical_align_bottom

 
Élisabeth

29 juin 1981


1 - La rencontre

Un an d’étude au nord
et retour au sud.
Fin juin… la Crau,
c’est déjà un peu la mer Miramas.
Dans le bureau il fait chaud,
de cette chaleur qui cuit jusqu’aux rêves.
Les platanes font ce qu’ils peuvent
et sur la place
l’ombre n’en a que le nom.

Hier j’ai quitté Paris
j’ai dit au revoir à ma femme
ou peut-être adieu.
J’ai dit les mots qui ne peuvent revenir
un je ne t’aime plus
ça ne revient jamais au silence
même en caressant l’espoir.
La torpeur de l’oubli gagne.
L’image déjà fond comme cire
sur l’autel de notre sacrifice.
Notre champ était froid
avant même l’hiver.

Ma peau s’est faite éponge
et boit l’eau perlée de mon corps
aux larmes confondues.
Rien qui ne soit moite !
La chemise fraîche de lin et de coton
c’est juste bon pour le rêve.

Je rêve de vagues,
A Fos la mer doit battre.
J’entends d’ici son cœur
et les platanes du bord de la route
à peine agités par le Marin.
Le peu d’ombrage qui reste
éteint le feu de l’asphalte.

Les cigales m’emmerdent
et gueulent la fournaise
planquées dans l’ombre verte des mûriers.
Juin hurle son volcan.
Demain à la sortie de l’A7
les parisiens vont tomber
comme des figues.


**


Je n’ai plus d’ombre
à midi brûlant.
La queue à la cantine
et les sourires sur des visages
revus après un an
Bonjour ça va merci et toi
adieu le brouillard content putain oui…
Le menu inchangé
milanaise frites.
Enfin l’ombre de l’entrée
l’odeur à jamais la même
d’huile de sueur de bois vernis…
Dégoût. Envie de partir.

Mais au guichet c’est un ange
qui vend les tickets
long cheveux bruns yeux bleus
et son sourire
à rendre muettes les cigales.
Je ne veux pas la voir.
Elle est si belle, ne pas la regarder
ne pas étaler mon désir
devant la fraîcheur de son eau d’azur
ne pas lui faire peur
garder ce regard solaire
derrière mes yeux fermés
et tant pis si mon cœur
vient m’arracher les paupières.

Je ne la regarde plus.
Je bredouille : « Un repas ! »
Je ne vois que ses longs doigts
ses ongles faits et rouges
mon billet de dix francs
quelque monnaie qui roule
un ticket bleu posé sur l’inox
et son pouce touchant ma main
électrique.
Je n’ai pas entendu sa voix
toute mon énergie était dans la fuite.

Je n’ai rien mangé
je n’ai fait que dévorer ses yeux
je les ai hachés mille fois au couteau
je les ai écrasés à coups de fourchette
mais ils restaient là dans l’assiette
plus brûlants que l’été.


***


Pour ne pas repasser à la caisse
je n’ai pas bu de café.
J’ai rejoint les copains chez Elie
à l’angle de la place
bar populaire tapis vert belote jetons Ricard
les discussions de fin de partie
tout ce qui n’avait plus existé
me revenait en joie
mais d’une joie désormais baignée
dans le flot de son existence.

Je n’étais pas aux cartes.
Ils m’ont traité de parisien.
Mon jeu n’avait qu’une reine
et je voulais être roi.
Au bureau j’eus droit aux galéjades
ce que j’avais appris dans le Nord
m’avait coûté ma belote.


****


La nuit est chaude
par la fenêtre ouverte
quelques grenouilles au loin
se font compagnes de mon insomnie.
Le Mistral s’est levé
très tendrement
comme si ses lèvres
étaient venues sécher ma sueur
sur la fleur de ma peau.
Et ce n’est que le rêve de son corps
qui m’éteignit au petit matin.

Ce texte est le premier épisode d'une histoire d'amour, sur plusieurs années. L'histoire d'Élisabeth sera éditée dans la catégorie Amour, par épisode.

 

  La vie commence à chaque instant.
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
374 poèmes Liste
6726 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 22 juil 2016 à 10:49
Modifié:  22 juil 2016 à 10:50 par Y.D
Citer vertical_align_bottom

ton épouse a du t'apparaître comme cette jolie brune quand tu l'as rencontrée... Expérience de chenu, mes quelques conquêtes n'ont toujours paru moins jolie après l'amour qu'avant... (rire).

Amitiés

Yvon

  YD
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
239 poèmes Liste
17501 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
25 septembre
  Publié: 22 juil 2016 à 11:10 Citer vertical_align_bottom

très beau poème

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
224 poèmes Liste
13467 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 22 juil 2016 à 12:15 Citer vertical_align_bottom

J'aime beaucoup TOSCANO toutes ces impressions mêlées

"et tant pis si mon cœur
vient m’arracher les paupières."
J'aime particulièment

Amicales pensées

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
767 poèmes Liste
16327 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 22 juil 2016 à 13:00 Citer vertical_align_bottom



Je te lis avec ce style pour la première fois et j'aime !

( mais je ne connais pas si bien ta production ).
Il fait chaud aujourd'hui en Sicile, 40 degrés et tes mots collent à la perfection !




lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
172 poèmes Liste
5095 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 22 juil 2016 à 13:25 Citer vertical_align_bottom

Bonsoir,
1981; 35 ans plus tard.....écriviez-vous de la poésie déjà ? ou pensez-vous à elle encore aujourd'hui ?
En tout cas un sacré talent de conteur avec de vertes images; comme dit L'oiseau " l'impression d'habiter ces moments"
Merci pour ce poème
Amitiés

  Poésie, la vie entière
In Poésie


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
324 poèmes Liste
6890 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 22 juil 2016 à 13:35
Modifié:  22 juil 2016 à 13:44 par In Poésie
Citer vertical_align_bottom

@ Y.D, Mido ben, Maschoune, Drôle d'oiseau, Galatea belga, Ulm47, merci.

Y.D... mon épouse est blonde, ce n'est pas d'elle qu'il s'agit dans ce texte.

Maschoune, tu peux me croire, mes impressions étaient encore plus mêlées que ça lorsque je l'ai rencontrée.

Drôle d'oiseau, fragment de vie... et vie cassée. On verra ça dans la suite, si je la retrouve.

Galatea belga, vicino al caldo c'è sempre il mare...

Ulm47, écrits de 1981, dans mon journal. Ce texte a été écrit entre 1981 et 1983. Certaines parties sur des feuilles volantes (j'étais au travail) et d'autres dans des carnets. Malheureusement, certains carnets ont disparu, d'autres sont au grenier, et réapparaîtront lors de mon... déménagement. Mais quand ?
Je pense toujours à elle, qui doit être au Paradis.

Et merci à Tipotlatch pour la mise en liste...

Poétiquement, Toscano

  La vie commence à chaque instant.
In Poésie


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
324 poèmes Liste
6890 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 22 juil 2016 à 19:23 Citer vertical_align_bottom

@ Lilania, merci.

Commentaire court, mais du genre qui fait plaisir. Très !

Poétiquement, Toscano

  La vie commence à chaque instant.
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
446 poèmes Liste
5095 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
2 août
  Publié: 24 juil 2016 à 04:43 Citer vertical_align_bottom

Bonjour Toscano,
une tranche de vie qui se lit avec curiosité et impatience jusqu'au dernier ver. Très bel écrit !
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
188 poèmes Liste
4122 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
28 août
  Publié: 24 juil 2016 à 06:12 Citer vertical_align_bottom

Tu peux en faire un roman, Toscano. Là c'est comme les images d'un film avec une voix off.
J'ai aimé le rythme de l'écriture, ce "montage", les "sentations", les images... bref, un beau texte.

"Je n’ai rien mangé
je n’ai fait que dévorer ses yeux
je les ai hachés mille fois au couteau
je les ai écrasés à coups de fourchette
mais ils restaient là dans l’assiette
plus brûlants que l’été."....

Amitiés
Riaga...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
In Poésie


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
324 poèmes Liste
6890 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 25 juil 2016 à 00:48
Modifié:  25 juil 2016 à 00:49 par In Poésie
Citer vertical_align_bottom

@ Pichardin, Riaga, merci.

Vous pourrez lire peu à peu la suite de cette tranche de vie.
Un roman ? Que nenni Riaga ! Je ne suis pas marathonien des mots. Et puis cette tranche de vie dure moins de 24 heures. Bon, d'accord... Ulysse ! Mais je ne suis pas Joyce 😜

Poétiquement, Toscano.

  La vie commence à chaque instant.
Naej  Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
3773 commentaires
Membre depuis
8 janvier 2008
Dernière connexion
2 septembre
  Publié: 6 août 2016 à 03:16
Modifié:  6 août 2016 à 03:16 par Naej
Citer vertical_align_bottom

Mais au guichet c’est un ange
qui vend les tickets
long cheveux bruns yeux bleus
et son sourire
à rendre muettes les cigales.
Je ne veux pas la voir.
Elle est si belle, ne pas la regarder
ne pas étaler mon désir
devant la fraîcheur de son eau d’azur
ne pas lui faire peur
garder ce regard solaire
derrière mes yeux fermés
et tant pis si mon cœur
vient m’arracher les paupières.


" L'Amour et le désir" donnent des ailes aux mots qui se posent sur le papier comme des cadeaux du ciel...
Je m'en vais lire la suite en m'accrochant à tes vers ....

  Carpe diem...
In Poésie


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
324 poèmes Liste
6890 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 7 août 2016 à 03:54 Citer vertical_align_bottom

Je t'en prie, sers-toi, généreusement !

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
K.O

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
35 poèmes Liste
346 commentaires
Membre depuis
20 décembre 2016
Dernière connexion
12 octobre 2020
  Publié: 14 jan 2017 à 17:29 Citer vertical_align_bottom

j'ai adoré et tu sais pourquoi? parce que j'avais l'impression d'y être et de tout ressentir

 
In Poésie


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
324 poèmes Liste
6890 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 22 jan 2017 à 18:19 Citer vertical_align_bottom

@ K.O , merci de ce gentil commentaire.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
221 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2017
Dernière connexion
28 février
  Publié: 18 jan 2019 à 11:32 Citer vertical_align_bottom

Je l'aime énormément... pour pleins de raisons, il fait écho en moi... Merci !

  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
In Poésie


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
324 poèmes Liste
6890 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 27 jan 2019 à 10:45 Citer vertical_align_bottom

Venant de ta part cela me touche beaucoup. Merci Saphariel.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
246 poèmes Liste
3037 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
25 avril
  Publié: 21 mars 2019 à 11:42 Citer vertical_align_bottom

Mon GB ! C'est là que tout commence, avec cette magnifique histoire dont je suis complètement fan, et tu le sais et... c'est là que je m'aperçois en relisant ma page d'accueil que j'ai enlisté le poème sans le commenter... Ah ! Bravo à moi. Bon 5 étoiles pour tous, sans discussion aucune, je suis complètement embarquée la-dedans...

TC

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
In Poésie


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
324 poèmes Liste
6890 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 23 mars 2019 à 16:43 Citer vertical_align_bottom

Chère Mawringhe,
Vieux motard que j'aimais...
Merci ma fidèle élisabéthaine.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
363 poèmes Liste
11700 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
25 septembre
  Publié: 13 avr 2019 à 11:15 Citer vertical_align_bottom

ô tu m'excuseras JB, la curiosité n'est pas que féminine.
je commence la découverte de "E" avec ce premier texte.
j'ai toujours rêvé d'une telle idylle, mon épouse était un semblable départ, ses conditionnements de cultures de religieuses pleines de principes, religieuses qu'elle n'aime pas, et n'aimera jamais, ont réussi à me pourrir la vie, en lui inculquant plein de préjugés.
donc merci de cet itinéraire que je saurais apprécier.
à +

 
In Poésie


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
324 poèmes Liste
6890 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 6 mai 2019 à 10:57 Citer vertical_align_bottom

Cette "E"-là n'est pas la "E" de mes textes récents.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2940
Réponses: 24
Réponses uniques: 14
Listes: 2 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Les plus beaux mots d'amour (Amour)
Auteur : ode3117
Poème de l'attente (Amour)
Auteur : Jean-Louis
Chemin Faisant (Amour)
Auteur : MUSCADE
Un étudiant très contesté. (Amour)
Auteur : josette
Le fond de ton ciel (Tristes)
Auteur : Xenia
et dimitte nobis debita nostra (Amour)
Auteur : Shangri-La
Gare de Lyon (Amour)
Auteur : Jean-Louis
A nos petites fleurs. (Amour)
Auteur : James
Aglaé, nous partons en vacances (Autres)
Auteur : Jean-Louis
Sur un bout de ciel (Amour)
Auteur : Xenia
Élisabeth - Les premiers mots (3) (Amour)
Auteur : In Poésie
Ce soir je suis invitée par ma mémoire (Tristes)
Auteur : Xenia
(Amour)
Auteur :
Au Tourbillon des sens (Amour)
Auteur : Sybilla
Le souffle court (Amour)
Auteur : Maschoune

 

 
Cette page a été générée en [0,0415] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.