Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 38
Invisible : 0
Total : 41
· Stegobulle · JYL · MUSCADE
13217 membres inscrits

Montréal: 3 déc 14:49:44
Paris: 3 déc 20:49:44
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Poème d’amour pour une Enfant mourante ( Diptyque ) - Full vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
545 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 20 nov 2011 à 15:35
Modifié:  12 avr 2015 à 01:22 par lastexit
Citer vertical_align_bottom



                                         l

           La voilà sur le seuil, ma petite Marie,
          Tenant de ses dix doigts une immense tartine
          Qui porte sur le bord la marque de sa faim.
          Quoique la bouche pleine en me faisant CouCou,

          Elle me tend la joue et sa lèvre gourmande
          Que tour à tour j’embrasse en la faisant glousser.
          La malice dans l’œil, elle avance le pied :
          De nouer son lacet dénoue notre départ.

          Elle n’a de pensées que de couper les joncs
          Qui jonchent les étangs, tant et tant qu’au retour
          Elle m’accable seul de ce bouquet d’amour

          Pour m’attraper la main et se laisser porter.
          Et je sens, le cœur plein, le cœur gros, le cœur lourd,
          Sur la peau du chagrin s’étioler sa vie.


                                       l l

          J'ai toujours ce cafard que rien ne solacieº,
          Et seul, assis, au sol, en ce vaste grenier,
          Je l’écoute qui va, foxtrotte¹ sur les planches,
          Bluenote en sol-la-si² de noires nostalgies.

          Y vient parfois grincer, quand j’y pose la main,
          Le faisant balancer, quelque berceau de bois,
          Plein de rien, nu de tout, et ce blues obsédant
          Qui jazzille³ en cadence à l’Enfer me condamne.

          Dans les plaintes du vent cavalant sous les combles,
          J’entends ses pleurs d’enfant que nulle main n'essuie,
          Que jamais n’adoucit aussi sombre berceuse.

          Et seul, assis, au sol, la tête dans les mains,
          Entre mes doigts serrés, j’ai vu couler des larmes.
          J'ai toujours ce cafard que rien ne solacie !





Diptyque,
Sonnets en vers blancs

in « Poème d’Amour pour une Enfant mourante »
in « Fragments sauvés des ruines de mon esprit »

Eric Paul Andrieu
Premier volet : en Petite Camargue, 1993
Second  volet : Montpellier, 1995



© ® L’auteur

________________________________________________________

º que rien ne vient distraire, divertir.

¹ foxtrotte(r) « άπαξ λεγόμενον »: par analogie, trotter en donnant l’illusion d’un foxtrot
  sur un air mi-blues mi-rag, avec l’idée de trotte-menu.
  La graphie retenue dans les dictionnaires est « fox-trotter » pour danser le fox-trot(t).

² bluenote(r) « άπαξ λεγόμενον » (néologisme) :  annoter de la fameuse « note bleue »
  (blue note) qui donne sa coloration au Blues.

sol-la-si « άπαξ λεγόμενον » :  pour la gamme diatonique majeure do-ré-mi-fa-sol-la-si
  altérée en mi et si bémol qui donne au Blues son caractère de plainte nostalgique.

³ jazzille(r) « άπαξ λεγόμενον » :  par analogie de sons,  originellement écrit « jasille »,
  fusion de jase et babille, puis de jazz (sans avoir connaissance de l’existence du verbe
  jasiller), qui prend certaines des sonorités noires du jazz...

Éric, fondeur de caractères depuis 1981


  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
opium
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
1708 commentaires
Membre depuis
9 septembre 2007
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 20 nov 2011 à 15:49 Citer vertical_align_bottom

Je vais te donner mon effet, cela me semble étrange, je ne sais pas si tu parles d'un fait réel mais ton poème semble être un appel aux commentaires de sollicitude. Le titre est sans pudeur et le texte si plein de mots sortis du dico qui ça sonne faux.
Alors je suis vraiment désolée si c'est un fait vécu et que tu as ressenti de la peine, mais en te lisant je n'ai rien ressenti, ou alors, je n'y ai rien compris donc rien ressenti.

Voilà, c'était mon avis.

Amitiés
Sophie

 
Bernylys

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
4363 commentaires
Membre depuis
24 septembre 2010
Dernière connexion
8 mai
  Publié: 20 nov 2011 à 16:38 Citer vertical_align_bottom

Et bien moi j'accroche tout à fait; j'ai aimé la première partie, et la deuxième est encore plus touchante, je dirai... fort en émotions, mais aussi en consonances... un poème qui frappe, à de nombreux points de vue...

Amitiés.

  Ma dernière parution "Confidences d'un piano" - Tous mes textes sont protégés par copyright n° 00050359-1
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
545 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 20 nov 2011 à 17:01
Modifié:  21 nov 2011 à 05:59 par lastexit
Citer vertical_align_bottom


opium !

Peut-être aurais-je du m'abstenir d'annoter ces mots en bas de page. Cependant, il s'agit de mon lexique personnel et non pas « du dico », dans lequel d'ailleurs on ne les trouve pas.

Quant à être « un appel à la sollicitude », après dix-sept ans, permets-moi d'en douter... Je ne suis pas en demande de compassion, pas même de sympathie.

Que tu n'y sois pas sensible ne fait que refléter, me semble-t-il, ton état d'esprit du moment : la pudeur aurait été de t'abstenir. N'aurais-tu de la sagesse que le prénom ?

Peut-être, sans doute, à la lecture, y auras-tu mis un ton (que toi seule peut qualifier) qui n'appartient tout simplement pas à ce poème, mais à toi seule.

Sincèrement, je ne crois pas que tu publies sur ce site pour voir tes propres textes assortis de commentaires cassants, au demeurant sans rien de constructif, ne relevant même pas du sens du partage sur laquelle cette communauté s'est bâtie. Sans doute, en attends-tu autre chose, comme nous tous ici.

Très sérieusement, quand le texte d'autrui me laisse froid, m'indiffère, me révolte, ou que celui-ci ne soit même pas un écrit poétique, j'ai au moins « la pudeur » de ne pas le lui jeter à la figure, par égard aux sentiments qui l'ont animé. Je passe simplement mon chemin !

D'autres que toi peuvent s'y retrouver ! et cela m'importe...

Avec un tant soit peu d'aménité, tu devrais savoir quoi faire de ton commentaire, mais je te laisse tout loisir de laisser là ce qui n'est autre que meurtrissure...

Je n'arrive même pas à t'en vouloir ! On ne peut pas faire montre d'empathie pour tout le monde.

De ce qu'ont été mes souffrances, je ne saurais faire étalage. Je te prie de croire que c'est beaucoup pour un seul homme. Même si, aujourd'hui, je suis un homme tranquille...

Bonne continuation à Toa, BiZ, éric


  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
545 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 20 nov 2011 à 19:00
Modifié:  21 nov 2011 à 05:08 par lastexit
Citer vertical_align_bottom


Merci, Bernylys !



Que Oui ! Beaucoup de consonances pour cristalliser cette douleur,
comme faisaient autrefois les esclaves noirs, dans les champs de coton,
avec leurs chants, le blues clamant un sentiment de profonde lassitude,
et la mélancolie toujours sombre de moments heureux qui ne sont plus,
une implacable nostalgie de ce passé béni, irrémédiablement perdu...



BiZzz, éric




(Après le coup de hâche que je viens de prendre dans le dos,
j'ai songé à effacer mon poème ! Peut-être même partir d'ici).



Autumn Tears - They watch with closed eyes
(love poems for dying children)


  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
SélénaéLaLouveFéline

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9828 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
19 août
  Publié: 20 nov 2011 à 21:13 Citer vertical_align_bottom

Éric


J'aime bien ce poème toute en émotion et tendresse, quand on a l'habitude de te lire, la sensibilité qui te caractérise, nous, me fait chaud au cœur...

J'aime ton écriture, alors reste, s'il en reste qu'une ....

Nine



 
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
545 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 20 nov 2011 à 21:58
Modifié:  21 nov 2011 à 05:09 par lastexit
Citer vertical_align_bottom


Tu m'as manqué, Nine !






Ça me fait chaud au coeur de te savoir là !
Je reste, alors !






je T'embrasse, vraiment très fort...

éric



Autumn Tears - Autumn Tears - The Widowtree
(love poems for dying children)


  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
302 poèmes Liste
15625 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
3 décembre
  Publié: 21 nov 2011 à 08:21
Modifié:  21 nov 2011 à 08:23 par Alphonse BLAISE.
Citer vertical_align_bottom

J'ai un vrai coup de coeur pour ce poème...il y a la vie avant et la nostalgie douloureuse des souvenirs qui ressurgissent dans l'après...c'est délicatement écrit et même sans le lexique, j'aurai compris car les poèmes je les lis avec les yeux du coeur:...







et non avec l'esprit: je ressens avant tout...

Alex

 
ticia


petit ange qui me guide, ne m abandonne pas
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
62 poèmes Liste
1668 commentaires
Membre depuis
11 octobre 2011
Dernière connexion
25 novembre
  Publié: 21 nov 2011 à 10:24 Citer vertical_align_bottom

Ton poème m'a énormément touché Eric.. de Ticia

  aime la vie même si elle te deçoit
opium
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
1708 commentaires
Membre depuis
9 septembre 2007
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 21 nov 2011 à 13:25 Citer vertical_align_bottom

Je n'ai pas honte de ce que j'ai ressenti au moment où je l'ai lu.
Et saches Eric, puisque je découvre ton prénom, que je te demande de me pardonner si je t'ai blessé.
Effectivement parfois je suis un peu abrupte et je dis aussi peu sagement, qu'aurait pu le présager Sophie, ce que j'ai ressenti.
En fait, le titre ma choqué par son cru. Je trouvais ça impudique, et c'est peut être cela qu'il aurait fallu que je travaille, peut être que j'ai une forme de honte envers la mort et son état de cruauté.
Ensuite, je n'ai rien compris aux mots et j'ai pensé (idiotement) que ces mots étaient sortis du dico, et j'ai trouvé ça trop travaillé.
Maintenant que je sais que ce sont des mots inventés je vais aller le relire avec un autre oeil.
Et je te demande encore de me pardonner pour l'offense que j'aurais pu te faire.
Je prendrai le temps de découvrir ton profil et il aurait été bien immature de partir de ce havre où les gens essaient (plus que moi je te l'accorde) d'être en harmonie.
Mais il est possible que certaines mises en accord commencent par la faute.
Méa culpa.

Et ne pars jamais pour un seul c**, car il y a les autres et cela compte plus qu'une blessure.

Sophie

 
opium
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
1708 commentaires
Membre depuis
9 septembre 2007
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 21 nov 2011 à 13:47 Citer vertical_align_bottom

Bon, et bien, je l'ai relu et effectivement je pense que c'est vraiment le titre qui m'a heurté, je pense que le problème vient sûrement de la douleur que cela me procure de l'imaginer et que par pudeur sociale il est probable que je me dise que ça ne se dit pas comme ça, et c'est aussi sûrement par pudeur que j'utilise la poésie. Mais tu vois, j'étudie un texte, " les règles du savoir vivre dans la société moderne" et il faudrait peut être que j'accepte la simple vérité.
J'ai relu et j'ai fait abstraction de mes peurs, oui d'être liée à une telle épreuve un jour.
Je n'avais pas lu les annotations à la première lecture, j'avais un a priori sur le titre et le fait d'expliquer les mots du poèmes.
Cette fois j'ai tout lu et je comprends que tu aies voulu nous communiquer l'ambiance.
Moi, j'aurais mis dans le titre un indice sur l'ambiance jazz ou blues que tu voulais transcrire en message d'amour à cette enfant.
Et je trouve que de mettre dyptique à côté du titre ça fait mauvais effet sur un texte aussi touchant.
Ceci reste encore mon avis. Et il n'appartient qu'à moi.
Mais je voudrais aussi savoir pourquoi tu postes sur un forum libre si ce n'est pas pour avoir différents avis.
Ici ce n'est pas non plus la foire aux copains. C'est un forum de littérature où l'on se confronte à la critique.
J'espère que tu sauras établir un discours moins sévère à mon égard.
Amicalement

Sophie

 
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
545 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 21 nov 2011 à 15:31
Modifié:  22 nov 2011 à 02:02 par lastexit
Citer vertical_align_bottom


Merci, Alexandra !



J'ai plaisir à te retrouver sous mes lignes...
Le lexique est une petite manie d'écrivain.



BiZ, éric

*

Merci, Ticia !



Touché qu'il te touche...



BiZz, éric


  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
545 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 22 nov 2011 à 02:01
Modifié:  23 nov 2011 à 02:27 par lastexit
Citer vertical_align_bottom


 Sophie !

Citation de opium
« Certaines mises en accord commencent par la faute ».


Il n’y a pas d’offense et je ne connais pas la rancune. Rassure-toi !

LPDP n’est pas un forum où l’on lance un fil de discussion à bâtons rompus. Il y a une messagerie privée et un tchat pour cela... LPDP est un espace privé communautaire de publication de textes et de commentaires soumis à des règles de bienséance (voir en bas de page).

Commentaire et critique sont deux choses bien différentes. Le commentaire appelle un jugement de goût : on aime parce qu’on est touché, on n’aime pas parce qu’on ne s’y retrouve pas. Cela, je l’accepte pleinement et ne saurai t’en vouloir. La critique, elle, appelle soit un jugement esthétique qui n’intéresse que la forme poétique, soit, avec une grande circonspection, un jugement moral sur le fond dudit poème, la façon dont le sujet a été traité.


- Le si répété qui met en doute est dur, vraiment dur, alors qu’il suffit de s’en enquérir en posant simplement la question. Je t’aurais volontiers répondu par MP.

- Dire que le titre est sans pudeur revient moralement à me juger comme étant quelqu’un d’impudique.
C’est encore plus dur.

Vois-tu ! ce qui serait impudique, à mon sens, serait un titre racoleur, morbide et froid comme : « Chronique d’une mort annoncée ! » et plus gravement un texte qui ferait le détail clinique de cette mort en se voulant quelque chose de poétique.

Tout empathique que je sois, toute compassion que je puisse ressentir, je n’aurai jamais la moindre espèce de sympathie pour un être qui n’en est qu’au début de son cheminement, et c’est un long chemin que l’acceptation de la Mort, plus long encore cet autre, celui du renoncement à sa propre Vie.

Cet être seul peut rallumer cette petite flamme qui permet d’aller dans les ténèbres, quel que puisse être l’acte, toujours fortuit, qui y mène.

Autant le laisser à ses démons : l’un, ce gardien qui n’a rien d’un ange, toujours aveugle, persuadé de savoir tout ce qu’on va lui dire, et l’autre, cet égoïste, toujours sourd, qui ne veut qu’une chose : que ce vacarme s’arrête.

À tendre la main, on risque la contagion émotionnelle et de se mettre au diapason d’une souffrance qui n’est pas la notre.

Puisse-tu t’en préserver sans jamais te blinder.


Depuis l’âge de onze ans, seule la poésie m’a permis de ne pas sombrer dans la folie, de garder mes secrets, mes blessures et même de les chérir avec le temps.

Alors, Oui ! Je comprends la douleur qui a pu te saisir, à imaginer. Qui pourrait ne pas avoir mal ?
Il n’y a pas à avoir honte devant la Mort, aussi cruelle que soit la Vie. Aussi horrible que soit la Mort, elle n’en est pas moins une chose naturelle, une nécessité intrinsèque à la Vie. Alors, Oui ! Je comprends tes peurs, même si la peur, cette petite mort qui tue l’esprit, m’est devenue une étrangère.

La poésie m’a permis de garder intactes mes émotions et d’être sensitif à mes moments perdus, ceux que je consacre à l’écriture ou la peinture, d’être humain auprès de celles que j’aime, aussi avec autrui, quand une âme le mérite.


Affectueusement,

 BiZ, éric
___________________________________________________________________

Si un utilisateur souhaite une critique, « il devra exprimer cette volonté par le biais de l'indication entre parenthèses (CC) ou (C&C), CC signifiant Commentaire et Critique » à la suite du titre du poème.

Si un membre appose « une critique, alors que l'auteur n'a pas indiqué le sigle CC dans son titre, il est à la discrétion de l'auteur lui-même d'apprécier ce commentaire, ou de signaler celui-ci. Dans ce cas, l'équipe de gestion se réserve le droit d'apprécier son caractère offensant ou irrespectueux ».

« Les commentaires et autocommentaires autres que ceux à visée poétique, de forme « tchat », insultants ou blessants ne sont pas permis et seront systématiquement supprimés, après avertissement donné à l’auteur du commentaire ».


  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
Pein-sama (Sara)


La mort est une amie de tous les jours....
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
156 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2008
Dernière connexion
22 février 2015
  Publié: 22 nov 2011 à 16:13 Citer vertical_align_bottom

De la sensibilité au alentours de tes mots je trouve, C'est si Joli ...

J'ai bien aimé ma lecture

Merci

Bises, de Sara !

  Quand on a beaucoup souffert dans la vie chaque douleur en plus est à la fois insupportable et insignifiante...
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
545 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 23 nov 2011 à 13:25 Citer vertical_align_bottom


Merci, Sara !



Je suis touché, par cette autre sensibilité qui est la tienne.



Bises, de éric !




  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
Sidonie Cet utilisateur est un membre privilège


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
4060 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
24 février
  Publié: 23 mars 2012 à 04:28 Citer vertical_align_bottom

Bouleversée... tout simplement.
Nul besoin de lexique pour comprendre tes mots.
Je crois qu'il méritait d'être classé dans "poème d'amour"...

"La poésie m’a permis de garder intactes mes émotions et d’être sensitif à mes moments perdus, ceux que je consacre à l’écriture ou la peinture..."

Ou quand l'écriture devient thérapie..

De tout coeur avec toi.
Bises.

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
545 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 24 mars 2012 à 13:58
Modifié:  24 mars 2012 à 14:03 par lastexit
Citer vertical_align_bottom


Merci, Sidonie !



Je te suis gré de ton émotion...


Le premier volet, se trouve dans les poèmes d'amour : je n'avais pas eu la force de l'y mettre en son entier...

« Seule la poésie m’a permis de ne pas sombrer dans la folie, de garder mes secrets, mes blessures, de les chérir avec le temps ». *

Mon recueillement est bien cela : une thérapie...

« ...un codex de parchemin sans reliure, comme autant de feuillets, feuillets volants d’un volume sans suite, telle une pharmacopée d’apothicaire entre alchimie et panacée, tel le bestiaire fantastique d’un antiquaire, entre peinture et poésie, tel un livre de comptes et de contes, compendium d’une existence, d’une petite histoire... humaine, tout simplement humaine ». * in « Fragments sauvés des ruines de mon esprit », Préface.




BiZzz, éric




Si ce n'est fait, va zyeuter mon site web depuis mon profil : il s'y trouve quelques miennes peintures de la Camargue...


  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1601
Réponses: 16
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0480] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.