Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 46
Invisible : 0
Total : 46
13654 membres inscrits

Montréal: 25 oct 21:48:31
Paris: 26 oct 03:48:31
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes loufoques :: Mouettes et champ d'on... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
7453 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 13 août à 14:24
Modifié:  14 août à 08:21 par Hubix-Jeee
Citer     Aller en bas de page

Les écluses s'endorment sur l'épaule du noroit
Lorsque coulent les nez, des heures de la côte
Mouillant les habitudes, aux portes des lilas
Qui souffrent le dimanche d'un concert de la glotte.

Les tartines se meurent à l'aune des gris pins
Devant un reste étrange, bleuissant l'amarrée
Qui d'âme se souvient des coups, tôt, incertains
Pâlissant l'amie, dont dix gestes furent hâtés.

Les épaules se soulèvent comme un tas silencieux
De regards éblouis par les éboulis d'or
Second à l'art, rivé sur un tableau d'adieu
Commun champ d'altitude d'attitude raccord.

Les sangs parlent d'éclat, au sol ferrugineux
Où les œufs s'illuminent entre mille fantômes
Au chant des irradiés de brumes et de rats-dieu
Qui professent la "moure", ou comme effleure un baume.

Les carrés se mesurent en glanant des glands frais
Zébrant les fleurs de Pi, errant à l'horizon
Des millénaires de jais aux maîtres imparfaits
Qui tournent sur eux-mêmes, d'un œil vermillon.

Les uppercuts naissent au point de râle, y ment
Lob aisé, gestuelle factuelle, corps absorbé
Par les cris vains, au carrefour des mors vivant
Sur la saine arène des petits poids rayés.

Les rires fêlent les dents des peignes névropathes
Contres les "zut!" aux pics, entre deux arias
Au souffle des molaires où les émaux s'éclatent
D'un chant crépusculaire, au reflet d'un tuba.

Les idiomes se dénouent dès que les notes fusent
Au rayon des bambous, sous les blanc-seings gratuits
Où rêve l'écho de lune d'une dune recluse
D'un vol de mol éteint, fléchissant à crédit.

Les eunectes traversent les miroirs conversant
En vers mi-sots, mi-transalpins, mi-tics
Recherchant le lit des "der" niais sillonnant
La rizière en papier, où pleurent les moustiques.

Les "Ubu" subulés scient des rébus en fleurs
Le long des pages grimées en faux torticolis
Singeant les cygnes bleus d'innocent sécateurs
Comme une fille hantée par la dernière pluie.

Les xylocopes butinent des xylophones habiles
En mixant "dixieland" et java des montagnes
Où planent les oies zoophages, béates, graciles
Qui observent les "on", dans un verre de champagne...

Hubix.

 
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
601 poèmes Liste
26159 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 14 août à 02:48 Citer     Aller en bas de page

Encore un poème astucieux avec pléthore de jeux de mots dont je me régale. Tu as fait sauter le bouchon que de bulles que de bulles...De quoi rendre ivre la mouette dans un chant dont on ne peut nier les belles notes.
Bises HUBIX
ODE 31 - 17

  OM
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
7453 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 14 août à 08:09 Citer     Aller en bas de page

Merci chère ODe...

Effectivement, au vu du titre, ça pétille autant que ça peut, et je dirai même que la définition du mot "loufoque" est bien respectée, dans toute son intégralité et j'ajouterai qu'il se cache un petit message subliminal, qui confirme l'idée du temps qui passe...

Amitiés...

Hubix.

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
341 poèmes Liste
10970 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 27 août à 04:52 Citer     Aller en bas de page


Les xylocopes butinent des xylophones habiles
En mixant "dixieland" et java des montagnes
Où planent les oies zoophages, béates, graciles
Qui observent les "on", dans un verre de champagne...
c'est pourtant si simple happy "G"

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 174
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0179] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.