Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 13
Invisible : 0
Total : 13
13361 membres inscrits

Montréal: 27 sept 06:47:43
Paris: 27 sept 12:47:43
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: De mémoire en lendemains Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Daniel

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
395 commentaires
Membre depuis
14 mars 2014
Dernière connexion
16 septembre
  Publié: 7 mai 2014 à 10:38
Modifié:  20 févr 2020 à 11:09 par Daniel
Citer     Aller en bas de page

- 1 -

La douleur aujourd’hui est vraiment presque lente,
Presque moins définie qu’une toile oubliée
Dans un matin de gel.
Je pense moins à vous, évite les souvenirs,
Un peu comme l'avenir je ne suis pas grand-chose.

Les ultimes ressources qui trépignent en mon sein
S’éreintent sans appel, foudroyées lettres mortes,
Alors que tout s’essaie, puisque rien n'est plus vrai,
A effacer vos souffles.

C’est juste pour exister encore malgré ce gouffre,
Ogre tombé sans hasard en travers du chemin,
Que je m’immobilise au plus fort des saisons
Mais garde dans la gorge des relents de révolte.


- 2 -

Le silence des cendres n’est qu’une source vaine,
Nous ne sommes qu’un rejet dans un flux innombrable,
Nous ne sommes qu’un coup d’œil sur ce qui nous attend.
Nous sommes là je suis seul vous êtes tous magnifiques,
Et avec vous je veille à tout ce qui s’ébauche.

J’aimerais suggérer un peu moins d’ombre peut-être,
Une lumière plus humaine, un peu de nous dedans.
Témoin je nous surprends, nous sommes trop petits.

Je m'étire, sirupeux, sous un ciel clair-obscur.
Le cèdre du jardin balance nonchalamment,
Le silence de vos cendres prend corps en vos visages
En mémoire pervertie qui vous sert pleins de vie.
Le rêve est de rester dans cette autre émotion
Mais le réel, cynique, méprise l'illusion
Et la première pluie finit de m'éveiller.



- 3 -

Par la voie méconnue des départs en souffrance,
Le relent doux d’automnes tisserands de douces transes,
Les vertiges inégaux de mémoire en avance,
Ce retard de mon cœur sur vos pas en absence,

Par les tempêtes fortes comme des lacs en sommeil,
Le vacarme sans vision de promesses idiotes,
Ma voix sur vos prénoms est un souffle tendu,
Vos voix sur mon prénom un nous vide de vue.

Vous repartez toujours vers où nul n’ira plus...
Vos vies en argentique persistent en quelques-uns,
C'est tout ce qui demeure.
Un espoir infantile comme seul sait l’être l’espoir
Conserve malgré tout un peu d’air en l'instant.

Amour amis frangin je vous vois au-delà
Chaque jour à demi de derrière mes yeux.
Vous repartez encore vers d’où nul ne revient
Et à chacun de vous le monde n’est plus le monde,
Et à chacun de vous la vie n’est plus la vie.
Le temps, vieil usurier, dans sa course aux adieux,
N'oublie rien mais m'égare dans sa propre folie.
Le manque et la survie sont vraiment hors de prix,
Je mets mon corps au clou que je ne vous ai pas sus.

  Critiques négatives absolument reçues, il faut bien se construire.
LA REINE DES GLACES


Pars avant l'aube.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
380 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2011
Dernière connexion
8 octobre 2019
  Publié: 7 mai 2014 à 11:42 Citer     Aller en bas de page

Sublime... je ne sais pas, plein de frissons à cette lecture... merci de ton partage et bravo à toi

  j'écris donc je suis.
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
23704 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
6 juin
  Publié: 7 mai 2014 à 16:05 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Daniel,

J'ai apprécié ma lecture

James

  Membre de la Société des poètes Français.
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
15026 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
31 juillet
  Publié: 7 mai 2014 à 16:50 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Daniel,

De nombreuses questions qui effleurent en ton poème...
Merci de ce partage!



Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
3743 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
9 septembre
  Publié: 8 mai 2014 à 07:55
Modifié:  8 mai 2014 à 09:23 par actuaire
Citer     Aller en bas de page

Mon Bon Jour à vous Daniel,

Très bel écrit sur le passé qui avec le présent anime les lendemains.
Mes deux strophes préférées... pour leur profondeur et leur force poétique:

...
Le cèdre du jardin balance nonchalamment,
Le silence de vos cendres prend corps en vos visages,
En souvenirs pervers qui vous sert tout en vie,
Le rêve est de rester dans cette autre émotion,
Toujours.
...
Et à chacun de vous la vie n’est plus la vie.
Le temps, l'usurier, dans sa course aux adieux,
N'oublie rien mais m'égare dans sa propre folie.
Je mets mon corps au clou que je ne vous ai pas sus.


Merci de ce beau partage.
Bien à vous amicalement.
actuaire.

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Daniel

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
395 commentaires
Membre depuis
14 mars 2014
Dernière connexion
16 septembre
  Publié: 8 mai 2014 à 08:53 Citer     Aller en bas de page

Merci à tous les quatre pour vos commentaires amicaux.
Je tiens à préciser que des modifications ont été apportées depuis votre lecture.

Mes amitiés à chacun de vous.

Daniel

  Critiques négatives absolument reçues, il faut bien se construire.
SélénaéLaLouveFéline

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9826 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
14 septembre
  Publié: 14 mai 2014 à 11:32 Citer     Aller en bas de page

Daniel

Des hier aux lendemain

Très très beau texte ...

Merci

Sélénaé ..

 
Daniel

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
395 commentaires
Membre depuis
14 mars 2014
Dernière connexion
16 septembre
  Publié: 15 mai 2014 à 13:49 Citer     Aller en bas de page

Merci Sélénaé !

Amicalement.




Daniel

  Critiques négatives absolument reçues, il faut bien se construire.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 731
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0252] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.