Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 51
Invisible : 0
Total : 53
· samamuse · In Poésie
13516 membres inscrits

Montréal: 19 juin 02:53:44
Paris: 19 juin 08:53:44
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amitié :: Pour un anniversaire... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
frank .T


ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaines
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
347 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2011
Dernière connexion
17 juin
  Publié: 15 déc 2011 à 00:59
Modifié:  1er août 2012 à 00:49 par frank .T
Citer     Aller en bas de page

Combien d’eau a coulé depuis ces jours lointains
Qui te virent affronter un gros porc inhumain
Ton amour d’autrui l’avait sorti du gouffre,
Il n’eut pas de merci il voulait que tu souffres.
Ta petite entreprise réduite en poussière
Il te fallut aller manœuvrer la barrière,
Apprendre à obéir, grandeur et décadence
D’une nouvelle vie pleine d’indifférence.
Sans colère montrer ni amertumes rances,
Gardant le sourire en toutes circonstances,
Tu sus courber le dos tout en demeurant fier
Sans jamais oublier que de toutes manières
Il n’est de sot métier, que le plus important
C’est d’être sans regret pour qu’en tous les instants
Ce que cache chaque homme au profond de son cœur
Ne soit pas qu’une image mais la voix du bonheur.
Elle s’est enrouée quand, un maudit matin,
Nous avons vu pleurer un petit orphelin,
Ton père était parti rejoindre sa moitié
L’amour était trop grand il n’a pu résister.
Mais là où d’autres que toi auraient désespéré
L’énergie t’est venue de savoir le chanter
Musicien troubadour, malicieux diablotin
Tu as trouvé les mots qui nous l’ont fait aimer,
Regretter de n’avoir pas connu ce gredin
Kinésithérapeute, écrivain, bricoleur
Touche à tout de génie à l’esprit acéré
Son esprit est au chaud à l’abri dans ton cœur.
Les problèmes aux emmerdes ont alors succédé
Compagnons de galère nous pouvons témoigner
De toutes les couleuvres qu'on te fit avaler,
Vrais mensonges, faux espoirs, un déluge sans fin
Cet orage aurait noyé même de plus malins
Il restât sans effet tout s’est bien terminé.
Petit homme improbable tu vis en patriarche,
Tes enfants, tes amis aiment à te questionner,
Se remettre à tous coups dans le sens de la marche
Est chose plus aisée à la lueur de tes conseils
Salomon en son temps peut trouver le sommeil
Il n’est de tes jugements qu’il n’eut désavoués.
Parodiant le tragédien je dirais en finale
Que si la valeur n’attend pas le nombre des années
Il est une soixantaine et ce n’est pas banal,
Plus riche que Crésus de tous ces sentiments
Qui font d’un honnête homme un véritable ami
Autour de cette table nous l’avons tous compris.






















  Au plaisir de vous lire...
frank .T


ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaines
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
347 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2011
Dernière connexion
17 juin
  Publié: 15 déc 2011 à 01:02 Citer     Aller en bas de page

Juste une petite explication, j'ai écris ce compliment pour l'anniversaire de mon vieil ami qui en un temps difficile fut ruiné par une personne qu'il voulait aider..
Merci de votre visite et de vos commentaires
Frank

  Au plaisir de vous lire...
Marcel42


Le poète est un collectionneur de mots. Dans son album, chacun devient une fleur imaginaire.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
6292 commentaires
Membre depuis
18 mars 2011
Dernière connexion
27 octobre 2017
  Publié: 15 déc 2011 à 08:58 Citer     Aller en bas de page

Quelqu'un qui a un ami est le plus riche des hommes.
Cordialement.
Marcel.

  Marcel
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1624
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0169] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.