Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 379
Invisible : 0
Total : 383
· cro · ode3117 · patrick dabard · Alphonse BLAISE.
13199 membres inscrits

Montréal: 6 déc 04:34:44
Paris: 6 déc 10:34:44
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Manque de toi ... de vers Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
frank .T


ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaines
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
349 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2011
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 9 déc 2011 à 12:11
Modifié:  9 déc 2011 à 17:03 par frank .T
Citer     Aller en bas de page

Je t'avais retrouvée dans mes rêves,
Je te tenais dans mes bras,
Mon amour, mon amante.
Serrée contre mon ventre tu dormais innocente
Mais ce fieffé réveil a fait venir le manque,
Et maintenant de mes mains sourd la plainte du vide.
Un cancer qui me ronge, me tourmente les tripes,
La sensation affreuse de s'effondrer en soi,
De fondre de l'intérieur.
Et les griffes d'un rat qui se nourrit de moi,
Une mutilation sans répit un gouffre qui se creuse,
le manque qui grandit, qui comble ce désert
D’un vide encore plus grand ...
Et toujours ces griffes qui me fouaillent...
Et les yeux qui s'embuent, qui chassent l'horizon
Sans jamais s'arrêter sur l'arrivée de l'autre
Et le cœur qui s'emballe et le cœur qui déraille
Plonge dans le néant de l’absence de toi.
Pas de mots pour te dire reviens
Plus rien...
Je voudrais t'écrire tant de choses,
Dans des phrases bien tournées graver les mots jamais dits
Ceux qui te laissent Exsangue au milieu d'une phrase,
Les yeux en feu et le froid dans les reins.
Oh savoir chanter les rimes des trouvères,
Ces subtiles aubades où chantaient les amants
Qui n’osaient pas s’aimer et qui voulaient mourir.
Et savoir tout cela et inventer encore,
Ajouter à l'envie de ces vers magnifiques
Qui te détrempe l'âme de sanglots éperdus
Et jamais ne te lassent.
Comme j'aurais aimé posséder ce talent
Moi qui ne sais que pauvrement te dire ...je t'aime.

  Au plaisir de vous lire...
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
609 poèmes Liste
26415 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 9 déc 2011 à 15:04 Citer     Aller en bas de page

Un simple mot, un cri, un aveu et toute la poésie du monde est là bien présente....
J'ai partagé complètement ce poème sublime.
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Alphonse BLAISE.

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
302 poèmes Liste
15611 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
5 décembre
  Publié: 11 déc 2011 à 16:42 Citer     Aller en bas de page

"Comme j'aurais aimé posséder ce talent
Moi qui ne sais que pauvrement te dire ...je t'aime."...


Dans ces deux mots tu as tout dit...un fort beau poème...écris avec talent..

Alex


 
frank .T


ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaines
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
349 commentaires
Membre depuis
11 novembre 2011
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 13 déc 2011 à 12:52 Citer     Aller en bas de page

Je vous remercie pour votre visite et vos gentils commentaires, j'ai pensé ces lignes une nuit de solitude, pleine de mes errances et où j'ai craint tout perdre... heureusement l'amour...
Merci encore
Frank

  Au plaisir de vous lire...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1290
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0176] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.