Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 311
Invisible : 0
Total : 314
· zouzou31 · Colin Escot · Dimitryet
13388 membres inscrits

Montréal: 7 déc 12:19:59
Paris: 7 déc 18:19:59
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: la fillette et la mort Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
claireee


aime, rêve, désire et souffre! (J. Lahor)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
18 poèmes Liste
159 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2003
Dernière connexion
13 novembre 2012
  Publié: 16 déc 2003 à 09:39
Modifié:  30 oct 2010 à 10:46 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page



Son regard est posé sur les brouettes et ustensiles de jardinage laissés là, à l’abandon, dans un recoin du jardin

Les battements de son cœur suivent un rythme régulier tandis qu’elle analyse calmement, du balcon, le détail de ces outils posés dans
l’herbe, à une dizaine de mètres en dessous d’elle
Plongés dans l’inertie, dans l’oubli, la rouille s’empare d’eux chaque jour davantage Nul ne se soucie plus de leur sort
N’ont-ils pas trouvé la sérénité, le bien-être total, dans ce recoin du jardin où nul homme ne pose plus sur eux son regard ou ses mains
souillées de terre ? N’est-ce pas cela, le paradis, cet état de repos éternel ?


L’extrémité de ses pieds est suspendue dans le vide Elle penche encore un peu plus la tête en avant pour mieux observer les outils
Cette image d’un repos sans pareil la fascine
Elle les envie, ces ustensiles abandonnés, elle souhaiterait tout comme eux subir l’influence des saisons et non plus celle des hommes
Le froid qui glace ses doigts de pieds remonte d’un coup jusqu’aux genoux Elle frisonne de plaisir et de malaise tout à la fois


Ces outils semblent l’attendre, en bas, patiemment, ils semblent murmurer son nom, sans relâche
L’envie de les rejoindre la saisit, le désir de goûter au repos éternel se fait incontrôlable Elle le sent, elle va sauter

Détacher ses mains de la rampe du balcon et se laisser glisser dans la douceur de l’air, fermer les yeux pour apprécier cet instant unique
ou vie et mort se disputent un corps, un corps d’enfant, d’enfant de sept ans

Elle rouvre les yeux Ses mains tiennent toujours fermement la rampe du balcon Elle le sent, elle ne sautera pas
Elle n’a pas assez conscience du poids de la vie comme de la mort pour cela L’inconnu lui tend les bras, devant elle, mais derrière elle, un
autre inconnu, le mystère du lendemain, la rappelle à l’ordre
Elle se retourne, regagne sa chambre et quelques secondes plus tard elle aura déjà oublié cet instant où pour la première fois de sa vie, à
sept ans, elle aura voulu connaître le visage de la mort

 
Drift

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
68 commentaires
Membre depuis
27 octobre 2003
Dernière connexion
13 août 2015
  Publié: 16 déc 2003 à 10:16 Citer     Aller en bas de page

C'était très bien . au fond on peux dire que le suicide c'est quand le mystère du lendemain deviend moins interressant que l'inconnu de la mort...

  des fois, faut pas chercher a comprendre...
Magik_Rune


Il est toujours possible d'espérer, et c'est justement cela qui est désespérant.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
1489 commentaires
Membre depuis
19 octobre 2002
Dernière connexion
11 avril 2013
  Publié: 21 déc 2003 à 11:55 Citer     Aller en bas de page

Claire, ta reflexion sur le suicide, et même sur la mort en général est très intéressante.

Je considère pour ma part que le suicide est une évasion, un acte de couardise commit pour échapper à une situation qui nous dépasse...

Amicalement,

Guillaume

  À force de brûler de désir, l'être se carbonise, et les cendres viennent assécher les larmes...
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 19 jan 2004 à 09:27 Citer     Aller en bas de page

le vieux prof fou que j'étais vous ramène à la réalité...

il ne faut pas confondre la "volonté" et le "passage à l'acte"

Pour la "volonté", il y a tout ce que vous dites et bien d'autres facteurs"

Pour le "passage à l'acte", il n'y a qu'une fraction de temps où tout devient si noir qu'apparait la "certitude" qu'aucune autre solution n'existe. Une sorte de passage à vide, un trou noir, une abysse profonde. C'est dans cette espace temps, très court, que risque de se produire le "passage à l'acte".

C'est une histoire assez particulière. Fort bien écrite au demeurant. Les images sont si bien décrites que pour un moment, on a les yeux de cette fillette.

Bravo

Papemich

  http://papemich.free.fr/
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 3405
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0427] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.