Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 99
Invisible : 0
Total : 100
· Flora Lynn
13551 membres inscrits

Montréal: 20 juin 21:56:48
Paris: 21 juin 03:56:48
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Cauchemars Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Corwin


Le poète est semblable au prince des nuées. Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. Baudelaire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1218 commentaires
Membre depuis
16 mai 2009
Dernière connexion
1er mai 2012
  Publié: 2 août 2010 à 14:20 Citer     Aller en bas de page







Cauchemars


Plus les jours filaient, plus tu me manquais,
Ces doux rêves enfuis hélas, plombaient mes nuits,
Reconstruisant ton corps à l'infini,
Futile manœuvre qui me brisait.

Ces doux rêves enfuis hélas, plombaient mes nuits,
La douceur de ta peau ressurgissait
Futile manœuvre qui me brisait,
Mais rien ne peut jamais chasser l'oubli.

La douceur de ta peau ressurgissait
Mes mains sculptaient, sans fin, ton corps enfui
Mais rien ne peut jamais chasser l'oubli,
Notre amour perdu m'anéantissait.

Mes mains sculptaient, sans fin, ton corps enfui
Futile espoir qui s'évanouissait,
Notre amour perdu m'anéantissait
Je me sentais de plus en plus détruit

Futile espoir qui s'évanouissait
Chaque jour était sans fin comme la nuit
Je me sentais de plus en plus détruit
Plus les jours filaient, plus tu me manquais.



Corwin 08-10


Peinture de Johann Heinrich Füssli

  De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent. P. Desprosges
ladysatin


Ma plume est une brodeuse de mots .
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
219 poèmes Liste
4191 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
9 mai
  Publié: 2 août 2010 à 16:22 Citer     Aller en bas de page

Quel tableau magnifique !!!

Tes Mots sont sublimes


merci pour ce partage touchant Corwin

  Septembre ronronne aux couleurs de Charlie
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
742 poèmes Liste
15810 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
20 juin
  Publié: 2 août 2010 à 17:15 Citer     Aller en bas de page

C'est un cauchemar qui passe bien d'émotions..j'espère que au réveil elle est encore là!

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Corwin


Le poète est semblable au prince des nuées. Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. Baudelaire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1218 commentaires
Membre depuis
16 mai 2009
Dernière connexion
1er mai 2012
  Publié: 3 août 2010 à 08:33 Citer     Aller en bas de page

kiona
Je ne sais que dire devant cette marée de compliments, rougir comme une pivoine? le poète veut avant tout faire passer des émotions, alors quand il semble y réussir il est comblé.


Ladysatin

J'essaie de marier le poème et une illustration, même si ce n'est pas trop mon fort. J'ai changé le titre de mon poème pour lui donner celui du tableau.
Merci pour tes encouragements


Galatéa belga

Ce qui compte pour moi, lorsque je m'essaie à écrire, ce sont les émotions. Les exprimer fait toujours du bien.

  De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent. P. Desprosges
Corwin


Le poète est semblable au prince des nuées. Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. Baudelaire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1218 commentaires
Membre depuis
16 mai 2009
Dernière connexion
1er mai 2012
  Publié: 3 août 2010 à 12:24 Citer     Aller en bas de page

Vénusia

je n'ose pas dire que tu es indulgente, mais j'ai encore des progrès à faire. Merci pour tes commentaires, parfois rêves et réalité sont si mêlés qu'on ne sait plus trop ce qui ressortit de l'un ou de l'autre.

  De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent. P. Desprosges
Corwin


Le poète est semblable au prince des nuées. Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. Baudelaire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1218 commentaires
Membre depuis
16 mai 2009
Dernière connexion
1er mai 2012
  Publié: 5 août 2010 à 14:40 Citer     Aller en bas de page

Gabriel

Je te remercie de me commenter.

La structure du poème est celle du pantoum en vers décasyllabiques où le 2 ème et le 4 ème vers de chaque verset est repris respectivement au 1 er et 3ème vers du verset suivant.( même si la forme est loin d'être parfaitement traitée)

L'effet recherché étant bien de souligner l'obsession qui s'empare du personnage avec les images récurrentes qui défilent dans sa tête.

Amicalement









  De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent. P. Desprosges
SélénaéLaLouveFéline

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9826 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
13 mai
  Publié: 9 août 2010 à 03:18 Citer     Aller en bas de page

Mètre Étalon

Un exercice assez impressionnant, un truc que j'ai fait une fois, il y a longtemps longtemps, et le tableau colle parfaitement avec ses vers..jolie prouesse mais si cauchemardesque


Sélénaé tu es la mètre Étalon du pantoum

Amitiés

 
Corwin


Le poète est semblable au prince des nuées. Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. Baudelaire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1218 commentaires
Membre depuis
16 mai 2009
Dernière connexion
1er mai 2012
  Publié: 9 août 2010 à 16:56 Citer     Aller en bas de page

Chère Louve

Lors de l'écriture, c'est une étrange alchimie qui s'opère entre la peinture, les mots et les répétitions imposées par la forme du pantoum.

Par bonheur je dors bien en ce moment.

  De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent. P. Desprosges
saldday


Lorsque souvent au fond de mon coeur penetre comme un trait le souvenir de tes mots....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
92 poèmes Liste
2355 commentaires
Membre depuis
28 août 2007
Dernière connexion
13 juin
  Publié: 12 août 2010 à 16:52 Citer     Aller en bas de page

cowin
C'est vraiment obsessionnel cet poème que
dans le contenu et dans la forme
me laisse un sentiment
assez étrange....
La peinture....effectivement, cauchemardesque qui
rend si bien l'ambiance


Saldday

  Nous sommes le temps qui nous reste.
Corwin


Le poète est semblable au prince des nuées. Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. Baudelaire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1218 commentaires
Membre depuis
16 mai 2009
Dernière connexion
1er mai 2012
  Publié: 13 août 2010 à 03:22 Citer     Aller en bas de page

Saldday,

Je te remercie de me laisser un commentaire, oui ce texte se veut obsessionnel et renvoyer le lecteur à ses propres cauchemars.
c'est ce qui est intéressant avec la création, partir d'une idée qui soudain va se développer un peu malgré soi, se renforcer et aboutir, touche après touche, à quelque chose de différent de ce à quoi on pensait au début

  De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent. P. Desprosges
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1021
Réponses: 9
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0234] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.