Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 14
Invisible : 0
Total : 14
13226 membres inscrits

Montréal: 5 févr 22:04:28
Paris: 6 févr 04:04:28
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Ce Mal à Dire... vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
194 poèmes Liste
4245 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
21 janvier
  Publié: 8 oct 2022 à 08:32
Modifié:  9 oct 2022 à 16:08 par Bestiole
Citer vertical_align_bottom


Coupable ou non coupable ?

De l’incapacité à recouvrer ses forces, à libérer l’écrit qui plus que la parole est mon identité - un forgeron du « dire », quelles qu’en soient les folies ou les anomalies…

Assailli de questions, vieille âme prisonnière de l’inquiétante absence de ces mots qui se dansent dans un délit d’écrit où rien n’est interdit sinon de s’interdire d’être « je », d’être « tu », dans un monde qui nous est devenu inconnu…

Je descends les paliers, j’éteins les renaissances, ne crois plus en ma chance, pantin jeté à vif dans le gouffre de lave de cette chambre ardente où la lumière du jour se jette dans un puits...


A ce qui nous pollue, nous salit, nous aveugle, à ce qui nous ampute des droits de chaque peuple, à ce qui nous arrache aux commissures des lèvres des « aux secours, j’en crève ! », des soubresauts d’effroi, quand le « toc » et le « tac » d’une canne résonne dans ce maudit couloir où l’on se perd cent fois dans mille lunes vagues qui se moquent de nous, perdues dans le brouillard…


Coupable ou non coupable ?

De l’incapacité à combler ces fêlures, les doigts si malhabiles qu’ils ne s’envolent plus sur les touches d’un clavier, sur le grain d’une feuille aussitôt déchirée, incapables de traduire l’idée et la pensée, figés comme les branches de ces arbres endeuillés de l’ambre d’un automne qui est ne s’est pas levé…

J’attends qu’il me revienne, j’attends qu’il se souvienne que je l’aimais beaucoup, que je l’aimais tout court. Cette brume d’azur qu’il posait dans mes yeux savait me rendre heureux, au-delà de l’Affreux, de l’Odieux, des Adieux…

Et peut-être, peut-être, écrirai-je à nouveau, sur les frontons détruits des enfances fécondes, sur le plomb de ce temps qu’on croyait illusoire, je jouais avec le feu mais voulais tant y croire…
Et peut-être, peut-être, retrouverai-je la foi en ces éclats de dire pour unique passion, pour unique raison, pour unique saison !




Riagal - Le 8 octobre 2022 -

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
717 poèmes Liste
29017 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
5 février
  Publié: 8 oct 2022 à 10:28 Citer vertical_align_bottom

"Pour unique passion, pour unique raison, pour unique saison"
Et pour en ces éclats de dire, pour unique moisson où j'attendrai que tu sois là pour une présence virtuelle qui parfois nous rassure.
Au - delà de l'odieux de l' affreux, des adieux, reste toujours quelque chose à recevoir pour notre fragile espoir.
Je relierai ton écrit qui me sensibilise beaucoup.
Je pense bien à toi
CIGOGNE
Un coup de coeur

  OM
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
194 poèmes Liste
4245 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
21 janvier
  Publié: 9 oct 2022 à 16:43
Modifié:  9 oct 2022 à 17:22 par RiagalenArtem
Citer vertical_align_bottom

Citation de ode3117
"Pour unique passion, pour unique raison, pour unique saison"
Et pour en ces éclats de dire, pour unique moisson où j'attendrai que tu sois là pour une présence virtuelle qui parfois nous rassure.
Au - delà de l'odieux de l' affreux, des adieux, reste toujours quelque chose à recevoir pour notre fragile espoir.
Je relierai ton écrit qui me sensibilise beaucoup.
Je pense bien à toi
CIGOGNE
Un coup de coeur


Bonsoir, ma Cigogne. Nous nous sommes croisés juste au moment où je rectifiais des "coquilles" (pas suffisamment, thxs à Bestiole pour la correction).
Merci à toi d'avoir osé t'aventuer dans ces lignes qui - j'ignore et ne saurais expliquer pourquoi - ont un lien avec un film magnifique revu récemment : "Le contes de la lune vague après la pluie", de Mizogushi alors que l'imaginaire m'avait déserté pour des raisons évidentes pour moi.
J'ai pris de la distance avec la brutalité d'un réel qu'on ne peut ignorer. Je m'impliquais trop sans l'armure de la distance pour me protéger.
La forge était de cendres et mes neurones tournés vers l'analyse factuelle et l'étude, uniquement. Malgré tout, j'avoue que je suis tombé, ignorant le signal rouge du danger de la rage impuissante, de l'écoeurement, de la "détestation", les pires ennemis de mon univers d'écriture parallèle sans lequel je ne peux vivre, respirer.
La souffrance du corps est si infime en comparaison. Cependant tout est lié...et les mots sont revenus subitement dans ce coin de ma tête que je pensais "flingué" par la grâce d'un chef d'oeuvre du cinéma. Mieux que tous les médocs du monde. Des images sans paroles qui en disent plus qu'un roman...Je n'explique toujours pas ce texte d'un "revenu de loin" qui n'a rien d'autobiographique. Voilà...
Bisouxxx...
Riaga...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
174 poèmes Liste
5161 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
4 février
  Publié: 10 oct 2022 à 08:47 Citer vertical_align_bottom

Bonjour Riaga,
J'allais apporter un commentaire, mais au vu de votre échange, je crois m'en exempter.
Malgré l'affirmation : "Je n'explique toujours pas ce texte d'un "revenu de loin" qui n'a rien d'autobiographique" on en apprend toujours un peu plus, au fil de ses écrits, d'une personne qui à la fois écrit droit et vit debout. Ce tumulte dans tes récits poétiques, ces désordres du moi sont aussi une forme de renaissance.

Amitiés
jlouis


Acquis récemment "Sylvia Plath - Oeuvres (Quarto Gallimard). La préface de Patricia Gaudi est intitulée " Sylvia Plath, femme des renaissances", sous-titrée " L'écriture, ou l'art de renaître".

  Poésie, la vie entière
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
194 poèmes Liste
4245 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
21 janvier
  Publié: 10 oct 2022 à 16:03 Citer vertical_align_bottom

Citation de Jean-Louis
Bonjour Riaga,
J'allais apporter un commentaire, mais au vu de votre échange, je crois m'en exempter.
Malgré l'affirmation : "Je n'explique toujours pas ce texte d'un "revenu de loin" qui n'a rien d'autobiographique" on en apprend toujours un peu plus, au fil de ses écrits, d'une personne qui à la fois écrit droit et vit debout. Ce tumulte dans tes récits poétiques, ces désordres du moi sont aussi une forme de renaissance.

Amitiés
jlouis


Acquis récemment "Sylvia Plath - Oeuvres (Quarto Gallimard). La préface de Patricia Gaudi est intitulée " Sylvia Plath, femme des renaissances", sous-titrée " L'écriture, ou l'art de renaître".


Bonsoir, Jean-Louis. Te priver d'un com', c'est m'en priver aussi, vu que l'échange entre Ode et moi n'exclut pas d'autres "visions". Je suis curieux de savoir ce que tu en avais pensé avant...
Anyway, tu me fais encore un réponse qui éclaire. J'ai mis en bleu ce que tu m'as révélé (je me suis fait la même réflexion ne sachant - ou voulant - y croire ; j'étais un peu perdu). Mille mercis à toi !
(on s'échange souvent nos lectures, nos préférences, je prends note et irai voir, le titre est prometteur...)

Mes amitiés...
Riaga...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Syrille

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
715 commentaires
Membre depuis
25 août 2021
Dernière connexion
3 février
  Publié: 13 oct 2022 à 09:40 Citer vertical_align_bottom

Bonjour RiagalenArtem,

Je dois dire que j'ai beaucoup apprécié ce poème au propos songé, qui me laisse une forte impression.

Particulièrement, ces passages m'ont happé:

Citation de RiagalenArtem

De l’incapacité à combler ces fêlures, les doigts si malhabiles qu’ils ne s’envolent plus sur les touches d’un clavier, sur le grain d’une feuille aussitôt déchirée, incapables de traduire l’idée et la pensée, figés comme les branches de ces arbres endeuillés de l’ambre d’un automne qui est ne s’est pas levé…

Des mots pour dire cette frustration de la page blanche, bravo.

Citation de RiagalenArtem

Et peut-être, peut-être, écrirai-je à nouveau, sur les frontons détruits des enfances fécondes, sur le plomb de ce temps qu’on croyait illusoire, je jouais avec le feu mais voulais tant y croire…
Et peut-être, peut-être, retrouverai-je la foi en ces éclats de dire pour unique passion, pour unique raison, pour unique saison !

Quelle finale!

Amitiés

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
194 poèmes Liste
4245 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
21 janvier
  Publié: 22 oct 2022 à 11:59 Citer vertical_align_bottom

Merci beaucoup Cyrille, j'en suis touché : -). C'est assez dense pour un "mal à dire"...mais c'était aussi le but. Pas du tout comme une "panne d'essence" mais disons que quand ce recoin de ce que je nomme (pour me moquer de moi) "mono-neurone" de cellule grise^^, est "full", plein à ras bord de toutes ces idées, ces violences, ces coup de poing, etc...et que je m'interdis de "pisser de la copie", ou de "gueuler pour gueuler" contre...- il n'y a qu'à regarder autour de nous et en nous mais sans concessions- ce 'est pas évident de se remettre dans le refuge de la distanciation...c'est une pudeur, c'est peut-être aussi de l'orgueil. Mais c'est surtout de la rigueur...qui n'exclut en rien la fantaisie. : -)...sinon, c'est à se pendre ^^...
Amitiés...



@ Jean-Louis : j'ai finalement acheté " Sylvia Plath, femme des renaissances"," L'écriture, ou l'art de renaître". S'pas possible, tu as le don de double vue ! Merciii !

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
775 poèmes Liste
16476 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
4 février
  Publié: 23 oct 2022 à 05:01
Modifié:  23 oct 2022 à 05:03 par Galatea belga
Citer vertical_align_bottom

Le coeur bien plus léger, je viens laisser quelques mots, dire... moi aussi
Ailleurs... je dirai mieux ce que tes vers signifient moi pour moi et combien ton propos d'ami peut redonner foi dans cette vie.

Viva la poésie et le savoir communiquer coeur à coeur :
bisoux

lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
194 poèmes Liste
4245 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
21 janvier
  Publié: 4 déc 2022 à 14:13 Citer vertical_align_bottom

Citation de Galatea belga
Le coeur bien plus léger, je viens laisser quelques mots, dire... moi aussi
Ailleurs... je dirai mieux ce que tes vers signifient moi pour moi et combien ton propos d'ami peut redonner foi dans cette vie.

Viva la poésie et le savoir communiquer coeur à coeur :
bisoux

lilia


Grazie tante, Cara de te retrouver sous ces lignes avec ce "bonheur" retrouvé. D'ailleurs, le coeur un peu moins léger j'ai eu de tes nouvelles et cela m'a donné un peu de ce sourire effacé. La Foi, oui...en cette vie qui nous malmène mais c'est à nous d'aller de l'avant même quand tout paraît perdu. Une vie et ses lueurs, fussent-elles crépusculaires...(qui mieux que moi pourrait la célébrer sinon des êtres de lumière, comme C. Bobin).

Baci...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
240 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2017
Dernière connexion
1er février
  Publié: 21 jan à 13:47 Citer vertical_align_bottom

Cher Riaga,

Comment te dire?
Te lire m’à manqué...et je suis sûre que tu sais, il est venu me chercher très loin...

Une revenante

  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
194 poèmes Liste
4245 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
21 janvier
  Publié: 21 jan à 13:53 Citer vertical_align_bottom

Oh oui, mon amie....Comment dire ? Tu manquais et c'est une joie de te "revoir"...
Entre "Ghosts", on se comprend ...; -)

Kiss à la Revenante qui n'a pas quitté mon royaume...la "revenue de loin" qui je l'espère écrira bientôt...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 284
Réponses: 10
Réponses uniques: 6
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0311] secondes.
 © 2000 - 2023 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.