Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 26
Invisible : 1
Total : 29
· poètedunsoir · Avraham
13265 membres inscrits

Montréal: 16 jan 14:07:00
Paris: 16 jan 20:07:00
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Le pays de moi-même Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
811 poèmes Liste
3177 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 25 nov 2021 à 17:29 Citer     Aller en bas de page

L E P A Y S D E M O I - M Ê M E





Chaque pas sur cette terre est à moi-même un même pas.

N'a plus de désir, n'a plus que sa pesanteur celui qui vit
Assis devant sa fenêtre, car même ouverte nulle fenêtre
N'est comme un monde parcouru d'un pas lent ou rapide
Qu'importe, seul compte le pas suivant et le suivant encore.

Chaque pas se précède d'un premier pas sur d'autres pas.

Je suis d'un monde de pas sans oublier ceux de mes nuits,
Peut-être les plus beaux, où pas à pas je m'en vais loin,
Loin, plus loin que ce loin possible dans ce monde si près
Que je parcours pas à pas, et pas après pas émerveillé.

Chaque pas sur cette terre est à moi-même un premier pas.

Mes soleils ont la couleur des transparences chlorophylles,
Chaque herbe m'est une noce, chaque mousse m'est désir,
Tout un peuple d'arbres, tout un peuple de fougères m'est
Un parlant amour et je me baigne de bruyères et de genêts.

Chaque pas se précède d'autres pas sur un premier pas.

Me rendent vivant les résines ainsi sève et sang aux aubiers,
Mes doigts s'entrelacent à des courses noires de talus secs,
Mes genoux baisent les pierres vertes des fontaines lumineuses,
Mes chemins sont ceux de mon pays de pas où mes pas sont chez eux.

Chaque pas sur cette terre est un même pas de moi-même.


Un ruisseau sous les cressons coule ses eaux verdurantes
Comme pain sur cette terre, ces pâtures, ces prairies,
Et cathédrale d'ombres sur de vertes draperies de lumières
Une allée m'est un repos capturé sur mes pas les plus lents.

Chaque pas se précède sur d'autres pas d'un premier pas.

Ainsi paix me précédant, m'englobant, me modulant, me vient
Sur les épaules cette poussière qui fait l'homme plus vieux
D'un savoir d'âges et de jours et de questions et de réponses,
D'un corps plus frais, métamorphose au pays de moi-même.

Chaque pas sur cette terre est à moi-même un même pas.



(Extrait de "Métal noir" dans "PLURIELS"

 
Cyrille

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
9 poèmes Liste
286 commentaires
Membre depuis
25 août 2021
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 26 nov 2021 à 09:50 Citer     Aller en bas de page

seul compte le pas suivant et le suivant encore

et ceci: Mes soleils ont la couleur des transparences chlorophylles

Quel régal de lecture, encore une fois.

Amitiés

 
Sol_M


Qu'est-ce que la poésie ? Une pensée dans une image. - Goethe
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
424 commentaires
Membre depuis
29 août 2019
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 26 nov 2021 à 17:00 Citer     Aller en bas de page

Très intéressant de suivre ces pas, sans se retourner, pour avancer vers cette transformation de soi-même, qui est le savoir, l'expérience, la richesse !
Pas à pas, le Pays de soi-même repousse les frontières, nourrit, enrichit le voyageur d'esprit, certainement Poète...
J'ai suivi ce guide spirituel sur le sentier de la découverte.
Merci

Léo

  Leo du 85
Dominique Bouy Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
51 poèmes Liste
816 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2013
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 27 nov 2021 à 07:21 Citer     Aller en bas de page

Merci, d'être vivant. Amitié

 
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
811 poèmes Liste
3177 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 2 déc 2021 à 12:55 Citer     Aller en bas de page

Pas besoin d'aller loin quelques fois pour saisir et voir le monde, bien que parfois les ailleurs au loin sont bien à découvrir

Merci à vous

Mes Pluriels sur une ombre voyageuse et dansante

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
19219 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
12 janvier
  Publié: 4 déc 2021 à 16:43 Citer     Aller en bas de page

Oh oui un pas vers soi, assurément chez toi n'est pas un pas chassé.

Ca me parle loin là merci

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
811 poèmes Liste
3177 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 9 déc 2021 à 17:29 Citer     Aller en bas de page

Bestiole : j'aime bien entendre le bruit de tes pas à me suivre

Mes Pluriels avec toutes les senteurs silencieuses des bois

Bises

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 100
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0269] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.