Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 389
Invisible : 0
Total : 392
· datura · ode3117
Équipe de gestion
· Maschoune
13184 membres inscrits

Montréal: 1er déc 04:56:53
Paris: 1er déc 10:56:53
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: N O N 2 N O N Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
314 poèmes Liste
7478 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 10 oct à 07:59
Modifié:  10 oct à 08:01 par Hubix-Jeee
Citer     Aller en bas de page

Des intonations qui tiennent de l'abstraction

Des tresses qui sourient
Quand je dore en dormant
Comme un anthropoïde en gypse
Sous la neige des cerveaux mélangés

Étasunien médiéval périssable
Blues encreur insatiable
Scotch sur le zinc - cent glaçons

Tu marinais dans un caldarium
Où l'acide devenait surréel
Récitant des pri pri pri, hier
À la recherche de ton visage effacé

Abdomen posé sur une table achevée
Timbre sur la langue morte amère
Voix macabre d'un acabit distinct

Il naît des nez plus nus que la nuit
On peut les apercevoir, dix, percés
Nul ne revient de leur apparition
Au clair de la lunaison frôleuse

Ainsi, je tuerais l'ombre qui serpente
Sur les murs des tumeurs sucrées
Songeant que la mémoire agrandit les miroirs
Où la relativité de toute existence dit:NON!

S'écorche la rime, ricoche le vent
Et, inversement...

Hubix.

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
344 poèmes Liste
11085 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
23 novembre
  Publié: 11 oct à 04:24 Citer     Aller en bas de page

que de vocabulaires et tournures que je n'utilisais pas.
à bientôt de SAM pour toi HUBIX

 
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
314 poèmes Liste
7478 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 12 oct à 03:24 Citer     Aller en bas de page

Merci Sam...

du surréalisme de bon aloi, qui emprunte les chemins du conscient, j'aime beaucoup ça!

Amitiés...

Hubix.

 
Gylfi


Je crois que finalement je vais rester à l'état débauche
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
35 poèmes Liste
260 commentaires
Membre depuis
21 août 2020
Dernière connexion
26 novembre
  Publié: 13 oct à 01:25 Citer     Aller en bas de page

Comme toujours ce monofilament de mots,
Tranchants comme des rasoirs,
Sur le fil de notre indigence

Comme toujours cette poésie peroxyde
Nous laissant les cheveux blancs
Avant d'avoir commencé à v'ivre

Comme toujours, toujours différents
Malgré ce trait sombre à mord
Et à part qu'à chaque fois j'adore

Merci Hubix de tous ces édifices indétricables
Gil

 
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
314 poèmes Liste
7478 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 14 oct à 15:10 Citer     Aller en bas de page

Merci Gil...

je en suis pas de naturel sombre, bien au contraire, mais la poésie est l'art de la contradiction, elle t'emmène parfois là où tu ne vas jamais et comme je suis un gars docile, je la suis et voilà où elle m'emmène...

bon, d'un côté , je sors de ma zone de confort, qui est, en fait , un peu partout, là où je me sens à l'aise et dans ce style, cette forme, c'est le cas...

de plus, ce poème est loin d'être sombre, il y a bien de la lumière quelque part, faut juste trouver l'interrupteur...!

Amitiés...

Hubix.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 163
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0194] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.