Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 15
Invisible : 0
Total : 15
13678 membres inscrits

Montréal: 28 oct 00:30:21
Paris: 28 oct 06:30:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: À savoir de rien... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
306 poèmes Liste
7457 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 22 sept à 15:27
Modifié:  23 sept à 15:10 par Hubix-Jeee
Citer     Aller en bas de page

Une pluie de mots qui se mue en vers

De l'inter, rieur et les époux meublés, tout tient

Jusqu'à la corde, où se pendent les soucis

Je sais que le vide me manque, que le manque me vide, agora, je le sens

Lointain est le puits qui accompagne et se découvre

Bonjour ! Bonsoir !

L'heure est dans le train posé, là-bas, vous voyez ?

Ne serait-ce que lorsque la nuit me regarde tout haut...

Seulement, la photo d'hier est un peu floue et l'encre sépia ne suffit pas à effacer le ciel, trop bas et pas assez beau

Je sais pourtant me servir de ta bouche, ma rosée, si tu t'en vas sans me détruire, par-dessus la maison

Alors que le jardin s'est débarrassé du chien, desséché, malgré les hurlements écrits sur le mur du silence

Les voisins en sont revenus avant de tomber en faisant semblant d'être vivants, derrière leurs lunettes rondes qui me ressemblaient

Je sais aussi que le lit que je viens brusquement de quitter fuit depuis des siècles - il était dans la cour des grands savants et faisait penser, sans les bras, à un marquis un peu mièvre et au maquillage outrancier, mais en bois rouge

La rue est un peu molle, voire folle, comme une ruelle, avec des trottoirs aussi minces qu'un oiseau mort, sans tête, avec des portes cochères qui grincent mais ne parlent plus à personne

Je les trouve un peu trop poussiéreux, mais toi, ma neige de langues, tu les nettoies à chaque rêve diurne et tu ne me dis rien en face, même si je t'aime et je te laisse mon sexe, seulement si ton sexe m'autorise à l'ouvrir, depuis demain jusqu'à avant-hier, avec mes doigts gourds, qui poussent comme des fleurs sans maux...

Hubix.

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
751 poèmes Liste
15975 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 22 sept à 15:40 Citer     Aller en bas de page

J' ai lu ce poème comme je lis certains romans qui me passionnent et me trasportent dans un ailleurs....

Bien sur j' ai peu compris mais ton " film en vers" avait une belle photgraphie



Lila

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
306 poèmes Liste
7457 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 2 oct à 09:15 Citer     Aller en bas de page

Merci Lilia...

Une histoire d'amour, étrange, décalée, surréaliste, qui mène les mots où ils ne savent pas, des lieux, des pensées, des sensations...

Amitiés...

Hubix.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 156
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0158] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.