Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 7
Invisible : 0
Total : 7
13678 membres inscrits

Montréal: 28 oct 00:05:54
Paris: 28 oct 06:05:54
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: L'infini des Grandes Ourses Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
doux18

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
233 poèmes Liste
798 commentaires
Membre depuis
4 septembre 2016
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 15 sept à 16:15 Citer     Aller en bas de page


L'infini des Grandes Ourses



L'infini s'abandonne au destin des Grandes Ourses
Je le sens frissonner au revers de ma course,
Sens-tu plier sur ma main les traits d'Horizon
Quand le ciel redescend sur l'azur des cloisons ?

Je marche sous l’ombre d’un silence immobile
Et je le sens flotter sur l’écume des villes
Mes pleurs nus s’éteignent dans l’antre de tes mains
Sais-tu que je renais quand ton rire s’éteint ?


J’ai cru voir dans ton Ciel la nova corrompue
Percuter le sentier de ma course éperdue,
Perdue vers les routes menant droit à l’oubli
Tu m’abandonnes sous l'airain bleu de la Nuit


Je me sens précédé par l'écho de tes traces
Serre-moi avant que mon souffle ne l'efface
Si plus rien ne demeure à l'amorce du soir
Il pleuvra sur mon coeur des buées nues d'Espoir





Pierre-Emmanuel

 
Cyrille

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
155 commentaires
Membre depuis
25 août
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 16 sept à 09:00
Modifié:  16 sept à 09:00 par Cyrille
Citer     Aller en bas de page

Sous la voûte du ciel, tant de rires sans réponse... Tant de pas perdus sur les routes du silence, vers un ailleurs qu'on ne connaîtra jamais, avec ces buées d'étoiles pour écho.

L'infini des évocations où peut nous mener ton beau poème et qui peuvent nous y ramener.

Amicalement

 
Erédys

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
53 commentaires
Membre depuis
12 septembre
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 17 sept à 12:59 Citer     Aller en bas de page

J'ai toujours plaisir à lire un poème structuré, travaillé. Un poème qui dépose des images et que chacun s'approprie à sa manière.
Pour cela, merci.
Amitiés

 
Morteüs


Que des roses fleurissent sur vôtre croix...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
18 poèmes Liste
203 commentaires
Membre depuis
12 juillet
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 18 sept à 09:00 Citer     Aller en bas de page

Tout ça c'est bien de la cosmogonie de Max Heindel...

  Que des roses fleurissent sur vôtre croix...
doux18

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
233 poèmes Liste
798 commentaires
Membre depuis
4 septembre 2016
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 18 sept à 12:18
Modifié:  18 sept à 12:19 par doux18
Citer     Aller en bas de page

Cyrille
Merci de votre passage sous mes lignes
Votre ressenti me touche beaucoup.
Mes amitiés.

Erédys
Merci à vous
J'ai voulu ce poème délibérément hermétique.
Mes amitiés.

Morteüs
Merci de votre lecture.
Je ne connais pas cet auteur.

 
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
784 poèmes Liste
3136 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 20 sept à 02:27 Citer     Aller en bas de page

Que te dire à part : &

Mes Pluriels de mon ciel

Bien à toi

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 22 sept à 16:02 Citer     Aller en bas de page

Décidément, le ciel nocturne est nourri de floraisons, ce soir. Dans la mythologie et l'enfance. Qui n'a pas regardé ce "chariot" avec fascination ? Mais au-delà, il y a comme des énigmes que l'on décrypte ou pas (ton registre a changé et ça me plaît de voir cette évolution).
En suivant ton dédale, (paradoxes sous de simples "belles images" dans la fluidité du rythme), c'est comme soulever les voiles d'un mystère qui tutoie le nôtre.
'Je marche sous l’ombre d’un silence immobile
Et je le sens flotter sur l’écume des villes
Mes pleurs nus s’éteignent dans l’antre de tes mains
Sais-tu que je renais quand ton rire s’éteint ?' Et puis, zut, pourquoi fragmenter pour illuster ce qui nous dépasse, sur le seuil de l'Infini.

Je ne peux que te dire bravo et merci : -).

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
doux18

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
233 poèmes Liste
798 commentaires
Membre depuis
4 septembre 2016
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 23 sept à 15:56 Citer     Aller en bas de page

Merci pluriels de tes mots, j'en suis très touché
Bien à toi

Riaga, c'est moi qui te remercie, pour tes impressions, ta sensibilité, ta façon d'effleurer le mystère sans en épuiser la substance...
Avec toutes mes amitiés

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 217
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0221] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.