Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 10
Invisible : 0
Total : 10
13202 membres inscrits

Montréal: 21 sept 23:00:46
Paris: 22 sept 05:00:46
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Et revoici l'automne... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
1163 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
31 juillet
  Publié: 13 mai à 07:38
Modifié:  13 mai à 13:39 par Jacques-Marie JAHEL
Citer     Aller en bas de page

Et revoici l'automne


Et revoici l'automne
Et les petits matins pleins de brouillard
Où les arbres luisants ont des profils de gargouilles noires ;
Où les herbes trembleuses des fossés
Ont des lambeaux humides de quenouilles.

Et revoici, sur les clochers et sur les toits,
Ce grand ciel gris en suspension
Où le soleil, dans sa froide immobilité,
A des yeux fixes de noyé.
Et devant ce ciel gris : je m'étonne.

Revoici, du bout de mon enfance, la sente
En terre brune imprégnée de novembre -molle ;
Où chaque pierre saillante m'est un souvenir ;
Où l'herbe jaunie et desséchée
A des signes de tête et des acquiescements :
Rêveur et solitaire,
J’y promène ma main en tactiles baisers,
Et du bout de mes doigts, sur les épis en graine,
J’essaime des chapelets d'ex-voto anathèmes.

 
doux18

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
230 poèmes Liste
789 commentaires
Membre depuis
4 septembre 2016
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 13 mai à 11:14
Modifié:  13 mai à 11:19 par doux18
Citer     Aller en bas de page


Bonjour Jacques-Marie,

J'apprécie particulièrement la construction de votre poème, où l'anaphore semble indiquer le retour inéluctable d'une saison propice au recueillement envers soi-même, un mouvement accompagné d'une nature qui s'endort lentement... Nature fantomatique dans la première strophe, figée entre terre et ciel dans la seconde...

...Et qui attise dans la troisième les souvenirs enfouis dans la mémoire, où la glaise et la pierre réveillent l'odeur de l'enfance...
C'est ainsi du moins que je ressens votre poème..

Votre dernier vers est superbe.

Merci pour ce poème, qui me ramène d'une certaine façon au vers de Baudelaire dans "L'ennemi" : "Voilà que j'ai touché l'automne des idées/..."

Avec mes sincères amitiés,

Pierre-Emmanuel

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
235 poèmes Liste
17117 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 13 mai à 11:59 Citer     Aller en bas de page

De très belles
images poétique

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
169 poèmes Liste
5012 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
28 août
  Publié: 14 mai à 03:50
Modifié:  14 mai à 07:36 par Jean-Louis
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Jacques-Marie,

Dans ce poème, chant en demi-teinte, les odeurs de la terre et du ciel nous parviennent avec les mots du pain quotidien, là où le narrateur forme des voeux en offrande à cette saison propice aux remuements de l'âme.

Amitiés sincères
jlouis

  Poésie, la vie entière
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
591 poèmes Liste
26035 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 17 mai à 13:47 Citer     Aller en bas de page

J'apprécie ce regard sur l'automne, belle saison, qui n'est pas monotone. Tout est magique et féérique dans ce poème.
Superbe
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Flora Lynn


Aspirer à la clarté du jour à naître, Tendre vers la beauté absolue en l'être
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
1925 commentaires
Membre depuis
10 février 2017
Dernière connexion
30 août
  Publié: 15 juin à 21:07 Citer     Aller en bas de page

Jacques-Marie JAHEL,
Un magnifique poème, riche en sensations avec de superbes images qui étalent sous nos yeux la grisaille de l'automne et nous font respirer le parfum de nostalgie qui caractérise cette saison, nous faisant voyager jusqu'au seuil de votre enfance vers ces lointains automnes du passé qui étaient pourtant identiques à ceux d'aujourd'hui.
Amitiés poétiques

  Flora Lynn
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
170 poèmes Liste
3857 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 16 juin à 02:46 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Jacques-marie....l'enchantement d'une lecture n'est pas un si grand mystère quand on touche plein "choeur".
Et malgré les automnes assassins qui crèvent au coeur, ce n'est pas de leur faute. Une réconciliation s'imposait, voilà qui est fait.
ils ont toujours droit à ma tendresse (même si ils ne sont jamais identiques, ce qui fait leur charme).
Amitiés....
Riaga...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
1163 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
31 juillet
  Publié: 16 juil à 07:33
Modifié:  16 juil à 07:35 par Jacques-Marie JAHEL
Citer     Aller en bas de page

Bonjour, merci à toutes et à tous pour vos ressentis appuyés par vos toujours aimables commentaires.
C' est avec beaucoup de retard que je viens, ici, vous remercier et vous prie de m'en excuser.

Bien amicalement.
JMJ

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 167
Réponses: 7
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0279] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.