Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 59
Invisible : 0
Total : 60
· ode3117
13347 membres inscrits

Montréal: 21 jan 13:01:15
Paris: 21 jan 19:01:15
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Pica pica Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Myo


Le bonheur se trouve comme un myosotis, tout petit, tout gentil dans un coin de la vie...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
253 poèmes Liste
4312 commentaires
Membre depuis
14 juin 2004
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 2 mai 2021 à 11:39
Modifié:  2 mai 2021 à 11:50 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page


Pica pica



Plus vil qu’un jeune coq, si tôt, elle jacasse,
Sortant de sa torpeur le village engourdi
Qui s’ébroue et s’étire, encore abasourdi,
D’un songe tout empreint des cris qu’elle ressasse.

Arborant son habit de fier avocaillon,
Au bagou malvenu quand s’ouvre la séance,
Que diable conte-t-elle ? En son bec, la béance
Fait naître tant de bruit qu’on rêve de bâillon.

Dans le vieux bourg elle a toujours mauvaise presse,
Bien adroite voleuse aux méfaits sans remords,
On la blâme tout bas d’augurer une mort
Pour peu que son claquet s’anime avec adresse.

La bavarde taquine, en haut de son perchoir,
S’agite et bat de l’aile aux jeux des pantomimes.
Se moque-t-elle ainsi, la commère des cimes,
De ce monde d’en bas où sa verve va choir ?

L’arbre soudain m’observe, assise sur les grumes,
Lorsqu’un instant se tait les joyeux tourbillons.
La pie au ventre blanc, sous les premiers rayons,
Est un grand œil brodé de très longs cils de plumes.


02/05/2021

 
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
621 poèmes Liste
26756 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
21 janvier
  Publié: 2 mai 2021 à 13:36 Citer     Aller en bas de page

Continue petite Pica, ça met du tempo dans le quartier, c'est quand même plus agréable que la pétarade des motos.
Pica Pica par ci Pica Pica par là, ça me fait me souvenir de cette rumba, tico tico par ci, tico tico par là. C'est ancien, une chanson que ma mère fredonnait..
C'est tout mignon
Signé, la copine cigogne
ODE 31 - 17 c'est bien écrit
Bises MYO

  OM
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
237 poèmes Liste
17281 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
20 janvier
  Publié: 2 mai 2021 à 15:47 Citer     Aller en bas de page

J'ai aimé ma
lecture

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
marchepascal


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
352 poèmes Liste
2983 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
20 janvier
  Publié: 3 mai 2021 à 01:32 Citer     Aller en bas de page

Un festival de mots aux jongleries acrobatiques...

Si plaisante à lire, un vrai bonbon que l'on suce avec grand plaisir


marchepascal

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
5042 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
20 janvier
  Publié: 7 mai 2021 à 13:07 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Myo,

Pour une pie bavarde, voilà de fiers alexandrins à l'humeur et l'humour bienveillants. Un joli texte, bien enlevé.

Amitiés
jlouis

  Poésie, la vie entière
Cyrille

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
9 poèmes Liste
294 commentaires
Membre depuis
25 août 2021
Dernière connexion
21 janvier
  Publié: 30 août 2021 à 15:14 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Myo,
Merci pour ce poème vivant et virevoltant, la commère en prend pour son rhume mais la pie au ventre blanc apparaît en pleine lumière.
Amicalement

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 358
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0272] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.