Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 36
Invisible : 0
Total : 38
· André · Avraham
13346 membres inscrits

Montréal: 16 mai 14:03:05
Paris: 16 mai 20:03:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Rasé Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Scelta


L'écriture est silence et parole à la fois.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
116 commentaires
Membre depuis
10 mars
Dernière connexion
15 mai
  Publié: 18 avr à 07:24
Modifié:  18 avr à 07:36 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

C'était une patinoire renommée
Depuis, les patins sont rangés
La glace a fondu sous les coups de bulldozers
C'était hier.

Construite en mille neuf cent vingt-huit
Par monsieur Bill
Promoteur qui voulait faire vivre sa ville
Et la transformer en salle de spectacles par la suite.

Vivant, glissant, applaudissements
La foule attendait
Devant
Pour s'évader le temps d'une soirée.

Ce trente et un décembre
Mille neuf cent soixante-dix-huit
C'est décidé, on ferme on vend
Puis, la démolition s'invite.

Le lieu fut rasé, remplacé par des immeubles
C'est la grande lessive
Pour mettre en péril la demeure
Les patineurs pleurent leur piste.

Encore aujourd'hui c'est devenu fréquent
On aplatit tout comme une tarte
Parfois, de beaux bâtiments élégants
Mais, l'argent est là pour démolir, c'est le coup de Trafalgar.

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
568 poèmes Liste
24951 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
16 mai
  Publié: 18 avr à 09:29 Citer     Aller en bas de page

Combien de promoteurs sont là à l'affut pour détruire tout un patrimoine, on construit des cités sans âmes, des immeubles de béton, on coupe les arbres centenaires, on élimine les fossés, on met en péril des villages entiers. Le fric, toujours il faut que ça rapporte et on détruit la planète.
Je compatis à ton écrit.
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Scelta


L'écriture est silence et parole à la fois.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
116 commentaires
Membre depuis
10 mars
Dernière connexion
15 mai
  Publié: 18 avr à 09:43 Citer     Aller en bas de page

Citation de ode3117
Combien de promoteurs sont là à l'affut pour détruire tout un patrimoine, on construit des cités sans âmes, des immeubles de béton, on coupe les arbres centenaires, on élimine les fossés, on met en péril des villages entiers. Le fric, toujours il faut que ça rapporte et on détruit la planète.
Je compatis à ton écrit.
Bien amicalement ODE 31 - 17




La cause au pognon, parfois je vois un petit terrain et je me dis: c'est pas possible ils ne vont pas construire sur une minuscule parcelle. Et bien Oui ils trouvent moyen de créer quelque chose, un petit immeuble de deux étages, et voilà le béton qui vient étouffer la terre...honteux.

Merci ode3117 pour ta réponse réaliste.

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
234 poèmes Liste
16979 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
16 mai
  Publié: 18 avr à 15:40 Citer     Aller en bas de page

Triste réalité

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Scelta


L'écriture est silence et parole à la fois.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
116 commentaires
Membre depuis
10 mars
Dernière connexion
15 mai
  Publié: 19 avr à 04:31 Citer     Aller en bas de page

Citation de mido ben
Triste réalité



Triste constat en effet.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 122
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0195] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.