Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 102
Invisible : 0
Total : 103
· André
13218 membres inscrits

Montréal: 7 mai 02:19:48
Paris: 7 mai 08:19:48
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Les yeux ouverts Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
742 poèmes Liste
3049 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
5 mai
  Publié: 15 avr à 03:00 Citer     Aller en bas de page

L E S Y E U X O U V E R T S







Créative plombagine ruisselante créant ses ruptures
En guirlandes sur l'arrière des choses rôde l'ombre
Et les yeux ont sommeil sur le papier ami des rêves
À la façon d'un choeur convoité de singulières âmes
Travestis tournoyants en clameur au guet muet bercé
Des attentes nocturnes où prince le repos se refuse


Enfantine torpeur rassurante à la faveur du silence
Comme un fleuve habitable fixe couplet aux pupilles
Et la neige insaisissable des plus prestes chimères
À nourrir les présages d'un moindre souffle dorloté
À l'inerte minuit du corps priant pour ses sommeils
En fuite sur les murs à l'épais triomphe de la nuit


Sur l'habillage des paroles suppliantes mentent lac
Noir les eaux vives des heures en lent décompte lié
À la harangue solitaire où s'aveuglent les yeux nus
Nus aux glissantes pénombres fuyantes intarissables
Où s'amputent les objets familiers à leurs contours
Comme taches sombres tourbillonnant à l'oeil ouvert


Le fil du temps ainsi guetté vient le coton brumeux
Des endormissements à l'écho fuligine juste à fleur
Du néant drapé de la chambre sur le fin filet fluet
De l'horloge que mange davantage le soudain silence



Extrait de "POESIE A PARLER"

*Il s'agit, ici, d'un "poème en vers justifiés", forme de poésie dont tous les vers comportent le même nombre de lettres, signes ou intervalles

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
23680 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
6 mai
  Publié: 15 avr à 05:18 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Pluriels

Je suis toujours en admiration devant ta poésie tellement technique !
Chapeau bas

Mes amitiés

James


  Membre de la Société des poètes Français.
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
320 poèmes Liste
10251 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
6 mai
  Publié: 15 avr à 09:27 Citer     Aller en bas de page

Bonjour PLURIELS,
j'ai toujours du mal avec ta police d'écriture.
*Il s'agit, ici, d'un "poème en vers justifiés", forme de poésie dont tous les vers comportent le même nombre de lettres, signes ou intervalles.
les contraintes de "rimes" seraient un plus difficile à tenir. je ne connaissais pas cette originalité.
à bientôt de SAM.

 
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
742 poèmes Liste
3049 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
5 mai
  Publié: 17 avr à 02:16 Citer     Aller en bas de page

James : merci pour ton "admiration" que je prends comme un grand à mon travail

samamuse: désolé mais je suis obligé d'utiliser cette police monospace pour cette forme de poésie

Je vais la mettre en MS Mincho la prochaine fois...ce sera peut-être mieux pour toi

Si tu me relis tu verras que j'ai réalisé plusieurs poèmes de ce type avec rimes

Merci de ta lecture

Mes Pluriels à tous les deux sur la danse de mes mots

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 110
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0172] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.