Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 225
Invisible : 0
Total : 229
· Avraham · Cyrille · roger tibbart · C.j.Kiin
13353 membres inscrits

Montréal: 24 sept 14:16:52
Paris: 24 sept 20:16:52
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: L'arbre et le Prince Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
1163 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
31 juillet
  Publié: 20 jan à 08:19
Modifié:  21 jan à 11:18 par Jacques-Marie JAHEL
Citer     Aller en bas de page

L’arbre et le Prince

Un arbre vieil
l'âge est son piège
Pleurait d’ennui
Dans la prairie :
Des fleurs de neige.

Ô folles courses
Dans la colline.
Langue pendante
Sur le côté :
Halètement

C’est sous cet arbre,
Si tant aimé,
Que reposait
Dans l’ombre mince,
Mon bon chien Prince

Qui eut pu croire
Au désespoir.
Ton corps malade,
Dans nos balades :
Buvait le soir.

Trop tôt parti
Fidèle ami.
Par lechmaniose
Fut emporté :
La mort dispose.

Et, ô mystère,
Le très vieil arbre
Aussi mourut
D’avoir perdu :
Son seul ami.

Il disparut
Sans laisser traces,
Ni sur la terre
Ni dans l’espace :
Ô vieux pommier !

As-tu rejoint
Ton ami chien ?
Pour lui offrir
Ombre vivace :
Sous ta ramée.

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
169 poèmes Liste
5012 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
28 août
  Publié: 22 jan à 13:27 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Jacques-Marie,

Le souvenir de Prince vous fait écrire une très jolie et émouvante poésie. Cet arbre qui succombe possédait à coup sûr un extraordinaire privilège, celui de séduire tous ceux qui s'en approchaient...

Amitiés
jlouis

  Poésie, la vie entière
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
121 poèmes Liste
3541 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 22 jan à 23:41
Modifié:  22 jan à 23:43 par Le Poète Masqué
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Jacques-Marie,

Un bel hommage rendu à ce fidèle compagnon, ainsi qu'au pommier qui le suivit dans le trépas...

Un poème émouvant.

Amitiés



  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
1163 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
31 juillet
  Publié: 23 jan à 09:24
Modifié:  27 févr à 13:27 par Jacques-Marie JAHEL
Citer     Aller en bas de page



A Jean-Louis
A Georges-Alain


Merci à vous amis fidèles qui rendez à mon coeur, en ces temps-ci tachés de noir, douce lumière.

Amitiés sincères.
JMJ

 
Chlamys


L'incertitude est l'essence-même de l'aventure amoureuse. Oscar Wilde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
77 poèmes Liste
1486 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
30 juillet
  Publié: 23 jan à 16:53 Citer     Aller en bas de page

Un texte émouvant d'une belle sensibilité.
Je pense à mon chien parti lui aussi trop tôt, d'une piroplasmose, en hommage auquel j'avais aussi écrit un poème.

J'aime l'hypothèse d'une amitié entre le végétal et l'animal.
Merci pour le partage

  Vint un temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d'éclore - Anaïs Nin
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
1163 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
31 juillet
  Publié: 25 jan à 10:08 Citer     Aller en bas de page


Merci à vous, chère Hélène, d'être passée sous mes mots en y laissant quelque doux ressenti : Celui de l'Amour pour le meilleur ami qui nous soit donné (avec le chat) à nous humains et dont l'abnégation, parfois jusqu'au sacrifice, doit nous être l'exemple du surpassement parfait de l'âme.

Amicalement.

JMJ

 
Flora Lynn


Aspirer à la clarté du jour à naître, Tendre vers la beauté absolue en l'être
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
1925 commentaires
Membre depuis
10 février 2017
Dernière connexion
30 août
  Publié: 22 févr à 14:02 Citer     Aller en bas de page

Jacques-Marie JAHEL,
Un poème très émouvant qui nous conte cette mystérieuse connivence qui lie votre chien et son arbre pour la vie et pour la mort. C'est comme une histoire d'amour qui n'en finit plus et se continue au-delà de cette terre.J'ai beaucoup apprécié ma lecture.
Amitiés sincères

  Flora Lynn
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
1163 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
31 juillet
  Publié: 6 mars à 06:48 Citer     Aller en bas de page


Bellement construits, chère Flora, vos ressentis me touchent.

Bien amicalement.

JMJ

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 209
Réponses: 7
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0252] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.