Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 7
Invisible : 0
Total : 8
· Luciole123
13325 membres inscrits

Montréal: 26 févr 23:01:30
Paris: 27 févr 05:01:30
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Accélération - Particule, hier... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
218 poèmes Liste
7083 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
26 février
  Publié: 18 jan à 15:49 Citer     Aller en bas de page

Des galops amphigouriques exhalent
Une poussière d'entrelacs, lexicale
Sous les canevas d'or, je m'ensommeille
Écoutant la rumeur qui s'éveille.

Les efforts mêlés, amplifient la douleur
Bras qui se tendent - Pardon - Tumeur
De l'aube fumante aux illusions
Je lève le corps, sans vie, sans nom.

L'espace se déplie, en plein effroi
Au diapason, les vibrations sont voies
Malgré la nuit recueillie, embrasée
Hier, j'observais les feux, d'un été.

Revenants d'un soleil intemporel
Aux regards fiers, d'un silence éternel
Que la paix en son mystère séduit
Je vois la peur saignée, au moindre bruit.

Des cimes lunaires, les maux calcinés
D'étranges lueurs, murmures éventrés
Je suis d'entailles et de blessures
Cicatrisée, l'âme luit dans l'épure.

De boue, d'empreintes, d'imaginaire
Funeste est l'ire, masquée d'hiver
Je m'interroge, sur le tertre, blasé
Au commun las, des rires déplacés.

Sur la stèle fraîche d'un mot d'esprit
Une femme attend, aux portes de l'oubli
Je déchire en cri, le silence buvard
D'un sang qui sèche, d'amour dérisoire.

Froid est le jour, au long cortège
Les canons cessent - Tombe la neige
Je suis l'inanité, en accéléré
De mon lit, au courant passager...

Hubix.

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
736 poèmes Liste
15702 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
25 février
  Publié: 19 jan à 01:18
Modifié:  19 jan à 09:50 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page


Cicatrisée, l'âme luit dans l'épure.




Les mots me manquent ces jours : trop de douleur ici.

Je lis, toujours !


Lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
161 poèmes Liste
3647 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 janvier
  Publié: 19 jan à 09:35 Citer     Aller en bas de page

Salut Hubix, d'une traite, cette lecture en course de fonds....je te suis sur ces chemins...
Com' court....I'm in a hurry...
Amitiés...
Riaga...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Gylfi


Je crois que finalement je vais rester à l'état débauche
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
201 commentaires
Membre depuis
21 août 2020
Dernière connexion
25 février
  Publié: 20 jan à 09:12 Citer     Aller en bas de page

Incontinence de nos incomprehensions
C'est ainsi que par nos blessures
Et nos offrandes faite ouverture
Que passe notre musique en diapason


Merci de nous illuminer ainsi, maitre Hubix

 
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
218 poèmes Liste
7083 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
26 février
  Publié: 20 jan à 15:03 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous...

Lilia, le vers que tu cites est l'un des rares qui ne soit pas sombre, sinon le reste est du domaine de la lutte contre les courants froids, la mort, la laideur de certaines personnes et l'au-delà...

Riaga, tu passes souvent en coup de vent, mais le tien est bien plus chaud que le fond de ce poème...

Gil, je suis peut-être illuminateur, quelque part, mais pas maître, ou alors tout tout petit, ou même pas du tout, mais le plaisir est bien là... et, bien sûr, il est parfois difficile de se mettre au diapason quand on me lit, c'est vrai...

Amicalement vôtre...

Hubix.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 204
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0216] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.