Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 60
Invisible : 0
Total : 62
· Sol_M · ode3117
13353 membres inscrits

Montréal: 16 oct 16:43:57
Paris: 16 oct 22:43:57
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Soir d'automne Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
1163 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
5 août
  Publié: 20 oct 2020 à 08:09
Modifié:  20 oct 2020 à 11:48 par Jacques-Marie JAHEL
Citer     Aller en bas de page

Soir d’automne

Les chromes argentés des coupoles célestes
S’oxydent peu à peu sous l’haleine verdâtre
Des vents venus du nord, soulevant l’amertume
Des roses endeuillées par la chute des feuilles.

Contemplant les grands pins aux cimes chahutées,
Le soir bleui s’assied sur les gradins du ciel.
Sur la scène dorée où toupillent les vents,
L’étrille du Nordé* râcle la terre froide.

Au jardin déserté, les dahlias pompons
Ont des rondeurs de seins de filles juvéniles,
Qui, hélas, bien trop tôt, faneront aux parterres :
La nuit comme la mort enveloppe les terres.

Il n’est plus de chaleur, au seuil de ma maison,
Comme il en était tant à la belle saison.
Poussez donc ma porte Monsieur de Saint-Amand ! *
Entrez ! Réchauffez-vous ! La soupe, au feu, attend.


* Saint-Amand en Belgique dans la région d’Anvers où est né le poète Émile Verhaeren.

* Nordé : Vent de nord-est, froid.

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
242 poèmes Liste
3029 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
17 août
  Publié: 20 oct 2020 à 09:04 Citer     Aller en bas de page

Bonjour JMJ

Malgré cet automne qui s'installe, des notes aux couleur automnales viennent donner un ton à ce tableau superbement décrit ! J'aime beaucoup la fin également où ce partage réchauffe le cœur à la lecture et surtout, l'estomac creux à l'époque des passants qui avaient toujours une place et un plat de soupe réservé. Souvent dans l'âtre de la cheminée, un banc de pierre leur permettait de se réchauffer en se restaurant.

Merci pour ce beau partage, Monsieur JMJ ! Je saurais au besoin où trouver un peu de pitance.



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
600 poèmes Liste
26141 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 20 oct 2020 à 13:12 Citer     Aller en bas de page

Le soir bleui s'assied sur les gradins du ciel et tout le poème est ainsi magique, magnifique.
Hommage à Emile Verhaeren, , merci j'aime tellement ce poète.
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
169 poèmes Liste
5015 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 20 oct 2020 à 15:40
Modifié:  20 oct 2020 à 16:34 par Jean-Louis
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Jacques-Marie,

Cette poésie rayonne même en habit de lumière automnale, où vous nous invitez à cheminer avec Emile Verhaeren en toute simplicité.

Amitiés
jlouis

  Poésie, la vie entière
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
103 poèmes Liste
1116 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
13 octobre
  Publié: 20 oct 2020 à 16:47 Citer     Aller en bas de page

De beaux alexandrins, fluides... et des images si évocatrices !
J'aime beaucoup.
Bibises
MariePaule

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
Ella Meliar
Impossible d'afficher l'image
Tralala lalala lala
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
52 poèmes Liste
404 commentaires
Membre depuis
11 octobre 2013
Dernière connexion
10 octobre
  Publié: 21 oct 2020 à 18:17 Citer     Aller en bas de page

Bravo, bravo, magnifique, merci pour cette atmosphère partagée!

  Hélène
Flora Lynn


Aspirer à la clarté du jour à naître, Tendre vers la beauté absolue en l'être
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
1925 commentaires
Membre depuis
10 février 2017
Dernière connexion
30 août
  Publié: 27 oct 2020 à 12:39
Modifié:  27 oct 2020 à 12:44 par Flora Lynn
Citer     Aller en bas de page

Jacques-Marie JAHEL,
L'automne, une saison en demi-teinte rendue perceptible dans votre poeme par une mélancolie ambiante, un sentiment de tristesse épars qui nous fait songer à la mort qui est d'ailleurs mentionnée à plusieurs reprises dans le poème : "les roses endeuillées","La nuit comme la mort enveloppe les terres". Les vents qui soufflent avec véhémence et qui semblent vouloir tout anéantir, vont dans le même sens.Mais à cette obscurité s'oppose la présence des fleurs qui symbolisent la vie et qui continuent d'égayer l'atmosphère avec leurs belles couleurs. L'invitation chaleureuse et fraternelle à partager la soupe dans la derniere strophe contribue aussi à ramener la bonne humeur.
Amitiés sincères

  Flora Lynn
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
1163 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
5 août
  Publié: 2 nov 2020 à 13:25 Citer     Aller en bas de page



Un grand merci à toutes et à tous pour vos commentaires plaisants qui réjouissent le coeur de votre serviteur en poésie.

Amitiés sincères.
JMJ

 
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
121 poèmes Liste
3541 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 23 jan à 00:03
Modifié:  23 jan à 00:05 par Le Poète Masqué
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Jacques-Marie,

Il semble que vous n'ayez pas perdu l'art de peindre des tableaux poétiques. En celui-ci, on ressent cette atmosphère particulière créée par les vents du nord, les feuilles endeuillant les roses, les grands pins aux cimes chahutées, les terres enveloppées par une nuit funeste...

Puis en effet, comme le dit Flora Lynn avant moi, la bonne humeur revient au moment où l'hospitalité est offerte à Monsieur de Saint-Amand, avec une soupe dont on imagine l'appétissant fumet !

Amitiés

  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
1163 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
5 août
  Publié: 23 jan à 08:58 Citer     Aller en bas de page



Merci à vous, Georges-Alain, pour vos ressentis quant à ce poème.
Vous voici de retour et cela est un plaisir de vous savoir de nouveau installé au salon de "Dame Poésie."

Amitiés sincères.
JMJ

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 330
Réponses: 9
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0246] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.