Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 350
Invisible : 0
Total : 350
13185 membres inscrits

Montréal: 29 nov 20:02:14
Paris: 30 nov 02:02:14
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amitié :: L'adieu d'un ami Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 3 :: Répondre
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 3 sept 2008 à 05:27
Modifié:  6 sept 2008 à 01:56 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

je dédie ce poème à un ami, qui par désespoir de ne plus trouver du travail, s'est donné la mort à l'issue d'un stage dispensé à l'Université de Strasbourg en 1989, quand nous étions au chômage, lui et moi ......

L'ADIEU D'UN AMI

Nous nous étions croisés
Sur le chemin de la vie
Au campus de l’Université
Où nous devînmes des amis.

Nous étions sans emploi
Comme tant d’humiliés
Et malgré toutes les lois
On nous a volé notre dignité.

Tous les jours tu me disais :
« Je suis trop vieux, trop âgé
Déjà cinquante balais
De quoi puis je espérer…

Je ne trouverais plus d’boulot !
C’est foutu, j’ai beau chercher
Suis bon à me foutre à l’eau
Suis au bout, suis désespéré…. »

Je t’avais tendu la main un soir,
Mais je ne t’ai pas assez supplié,
J’ai mal vu ton désespoir
Quand nous nous sommes quittés.

Puis, un jour sans regarder l’heure.
Tu es parti, tu as tout quitté
Pour un monde en couleur….
Un monde qu’on dit meilleur

……….Adieu Bernard
sois heureux là où tu es……

12/1989

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
23741 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 3 sept 2008 à 05:57 Citer     Aller en bas de page

je reste sans mots , je ne sais plus ! quoi dire !
mes mots pleurent de mes yeux tellement que cela me touche ............

un très bel hommage

toute mon amitié la plus sincère

james

  Membre de la Société des poètes Français.
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 3 sept 2008 à 06:33 Citer     Aller en bas de page

@ L'Insoumise ! merci infiniment pour avoir lu et commenté ce poème... mais il est vrai que je m'en voulais longtemps après qu'il ait commis l'irréparable de n'avoir pas insisté de venir chez moi pour qu'on puisse passer un peu de temps ensemble.... mais je n'aurais jamais cru qu'il allait passer à l'acte...et pourtant un jour, avant noël, il s'était jeté dans un étang....cela me fit énormément mal quand je l'ai appris.... voilà....

Je t'embrasse

Pierre

@ James : Merci à toi James de comprendre ces mots, et surtout pour ta grande sensibilité de poète.... comme tu as pu le lire ci dessus, cette histoire reste et restera gravé en mon âme.... Bernard fut un homme particulièrement sympathique, très gentil et ouvert vers le monde, ce monde qui l'a tant fait souffrir.... quelle injustice desfois tu sais James, mais que peut on y faire ? la seule réponse est pour moi de haïr l'injustice...voilà....

sincères amitiés

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
Hassan
Impossible d'afficher l'image
La mort se borne à Golgotha.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
517 poèmes Liste
5407 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2006
Dernière connexion
22 octobre 2018
  Publié: 3 sept 2008 à 08:06 Citer     Aller en bas de page

Un poème triste sous une plume fine. Du courage, mon poète.

Poétiquement, ton lecteur

 
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
302 poèmes Liste
15610 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 3 sept 2008 à 08:18 Citer     Aller en bas de page

Merci Pierre pour ce touchant poème d'amitié...l'aimer toujours est le plus beau cadeau que tu pourras lui faire... Alex

 
Amie plume


L'amitié, c'est la similitude des âmes (Alcuin)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
1035 commentaires
Membre depuis
16 mai 2008
Dernière connexion
6 janvier 2011
  Publié: 3 sept 2008 à 08:32 Citer     Aller en bas de page

Très bel hommage à ton ami cher Pierre.
Le suicide d'un proche ou d'un ami est extrêmement difficile à vivre et à comprendre. Mais nul ne peut lui en vouloir car la vie n'est pas toujours facile...
Bien amicalement
Thérèse

  «Il faut que la voix des hommes sans voix empêche les puissants de dormir.» Abbé Pierre
Catalina


"Chaque matin est un jour de moins sans lui" Mystic
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
2416 commentaires
Membre depuis
6 juillet 2007
Dernière connexion
5 février 2017
  Publié: 3 sept 2008 à 09:38 Citer     Aller en bas de page

Mon baromètre de sensibilité dit OUI !
Emue par ton texte .. cette vérité si dure et cette hommage aussi..
Merci Pierre
Cathy

 
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 3 sept 2008 à 09:55
Modifié:  3 sept 2008 à 09:56 par clovis67
Citer     Aller en bas de page

@ Hassan : merci Hassan pour tes mots gentils et encourageants... mais tu sais on ne peut pas oublier.....tu sais l'absence d'un ami est un trou dans l'eau qui ne se referme jamais ....

amitiés sincères

Pierre

@ Alex : merci mille fois Alex pour ton commentaire, et c'est vrai que Bernard a une place éternelle en mon âme et je relâte souvent ce drame autour de moi pour que jamais personne ne puisse dire que le manque de dignité soit une une chose facile à vivre...c'est la mort de l'homme.... voilà ....

très amicalement

je t'embrasse

Pierre

@ Amie Plume : merci infiniment Thérèse d'avoir lu ce poème

Oui c'est vrai que le suicide d'un être humain, particulièrement d'un ami, est un drame, une grande souffrance .... et longtemps je m'étais posé cette question : pourquoi, n'étais-je pas près de lui ce jour....on aurait pu lutter ensemble !.... voilà .....et la seule chose qu'il me restait à faire c'était de lui demander pardon, c'est tout....

très amicalement

je t'embrasse

Pierre

@ Demon : merci à toi Demon, d'être passé et avoir lu ce poème, oui c'est vrai qu'on ne peut plus revenir en arrière, mais c'est tout aussi vrai qu'on ne peut pas oubler non plus....voilà... et ne je n'oublerais pas

Sincères amitiés

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 3 sept 2008 à 10:07 Citer     Aller en bas de page

@ Catalina : merci mille fois Cathy, d'avoir lu ce poème....oui je pense avoir fait un ultime hommage à Bernard, en publiant sa dernière et triste aventure sur cette terre...... une histoire empreint d'une grande injustice envers les hommes, et à qui on soustrait leur dignité, d'homme, justement.....dur dur desfois Cathy... voila ....

Je t'embrasse

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
Athenea


quand l'élève est prêt, le maître apparait.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
2526 commentaires
Membre depuis
4 août 2008
Dernière connexion
7 décembre 2015
  Publié: 3 sept 2008 à 12:03 Citer     Aller en bas de page

Pierre, très bel hommage à cet ami. La vie est particulièrement difficile dans notre société qui exhibe son avoir et ses « possibles » et fabrique de plus en plus de chômeurs et d’exclus. Cerise sur le gâteau empoisonné, la Solitude dont tu n'es pas responsable pour ton ami. Ce n’est pas gai tout ça. Merci pour ton texte. Athénéa

  L'essentiel est invisible avec les yeux
Mariesarah

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
3769 commentaires
Membre depuis
6 février 2007
Dernière connexion
20 octobre 2010
  Publié: 3 sept 2008 à 12:04 Citer     Aller en bas de page

Pierre,

L'indifférence est certainement le plus grand mal de ce siècle. Mais toi tu as lui a tendu la main... et tu lui rends un vibrant hommage ici.

Je suis touchée. Je t'envoie toute mon amitié.

Gros bisous, Mariesarah

  ... et si je m'en vais avant toi, dis toi bien que je serai là, j'épouserai la pluie le vent, le soleil et les éléments pour te caresser tout le temps (Francoise Hardy) merci M-Paule (comme une brise bise de mes aimés sur ma joue)
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 3 sept 2008 à 15:47 Citer     Aller en bas de page

@ Athénéa : merci Athénéa pour avoir lu ce poème et c’est vrai que la société exclut ceux qui ne sont plus à leur image…..je ne suis peut être pas responsable de son acte, c’est vrai, mais je regrette quand même un peu de n’avoir pas assez ressenti son désespoir.
Il a préféré quitter cette terre qu’il a tant aimé, l’exclusion, le rejet, le regard des autres ont fait de lui un homme cassé, déshonoré….souvent nous étions assis sur un banc dans le parc du campus universitaire et il me confiait ses soucis, ses problèmes personnels, les injustice dont il était la malheureuse victime…..24 années de présence, la même chose pour moi, dans une et même entreprise, n’ont pas conduit à une reconnaissance …..on a été remercié ….. Lui par son employeur et moi par le mien, ….. voilà…..

Je t’embrasse

Pierre

@ Marie Sarah : merci Mariesarah d’avoir lu ce poème, merci aussi pour ton amitié, et c’est vrai que l’indifférence est la négation de la négation…….
Oui, j’ai aidé mon ami par l’écoute, mais j’aurais dû insisté de venir partagé un repas chez nous, comme il a été convenu et auquel il n’avait pas donné suite….. peut être aurais-je pu mieux l'aider ? je ne la sais pas

Le vaste monde auquel nous appartenons tous, la toute puissance qui est régie par l’argent conduit inexorablement à l’exclusion des hommes lorsque leurs forces ou leur intellect diminuent et ne peuvent plus produire ce qu’ils ont offert dans leur jeunesse…c'était en gros son cas ; alors il fut déplacé dans une autre ville, loin de son épouse et de sa fille handicapée….il a démissionné, ne pouvant plus accepter cette situation…. Vue son âge, difficile de retrouver un emploi, et on connaît la suite…..voilà ....

Je t’embrasse

Pierre



  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 3 sept 2008 à 18:42 Citer     Aller en bas de page

merci infiniment Rimeur, d'avoir lu ce poème c'est très gentil de ta part....

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts!
J'entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.

Il me semble, bercé par ce choc monotone,
Qu'on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
Pour qui? — C'était hier l'été; voici l'automne!
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.

un autre départ qui m'a tant fait pleurer .....

très amicalement

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
Serge

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
320 poèmes Liste
2521 commentaires
Membre depuis
5 janvier 2008
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 4 sept 2008 à 09:34 Citer     Aller en bas de page

Touché au plus profond de moi...

Que dire de plus que nos amis avant...

Amicalement,

Serge

 
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 4 sept 2008 à 10:03 Citer     Aller en bas de page

merci Serge d'avoir lu ce poème et c'est vrai qu'il n'y a rien à dire de plus..... c'était une période difficile pour Bernard et moi, la seule différence c'est que lui était désespéré, il était au fond du trou, comme on dit, et il ne voulais plus ou il ne pouvait plus remonter... voilà ....

Très amicalement

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 4 sept 2008 à 15:43 Citer     Aller en bas de page

bonjour Inessa, d'abord enchanté de faire ta connaissance et merci d'avoir lu mon poème, et je te remercie particulièrement pour ta gentille réponse et tes encouragements

amitiés sincères

Clovis67

Pierre



  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 6 sept 2008 à 06:32 Citer     Aller en bas de page

merci Elisa pour ton passage et d'avoir lu ce poème en hommage à mon ami d'infortune de l'époque

Amitiés sincères

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 6 sept 2008 à 13:24 Citer     Aller en bas de page

merci Dominique d'avoir lu ce poème, et il vrai que nous sommes tous mortel, et le souvenit de Bernard, que j'ai côtoyé chaque jour derant un semestre et dont je m'étais lié d'amitié, restera éternellement gravé dans ma mémoire....

sincères amitiés

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 6 sept 2008 à 13:37
Modifié:  6 sept 2008 à 13:39 par clovis67
Citer     Aller en bas de page

merci Envie de vivre d'avoir lu ce poème et merci pour ta gentille réponse.....

oui je pense aussi que le départ de Bernard est un drame et très certainement d'autres chômeurs ont dû suivre , hélas, le même chemin que lui, laissant un gout amer à ceux qui les ont aimés... voilà

sincères amitiés

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 6 sept 2008 à 19:04 Citer     Aller en bas de page

merci infiniment Jacques, pour avoir lu ce poème en hommage à mon ami Bernard.....

C'est vrai que le marché du travail est devenu un vrai enjeu politique ou le capital humain est étouffé par le capital de l'argent... c'est vraiment triste à dire, mais cette société me fait peur, car elle exclut un bon nombre de malheureux, qui eux souffrent dans leur chair et que ceux qui nous gouvernent les ignorent.
Alors que reste -t-il à faire ? quel est l'avenir de ces gens qui sont dans la rue ? Tu vois, Jacques, je cite souvent ce dicton que j'avais entendu à la radio, elle est de Sören Kierkegaard et qui disait : ... si l'homme pouvait changer, tout pourrait changer.... et je pense que c'est vrai.....il faudrait mettre en place une nouvelle donne, mais c'est une utopie, ça je le sais également... voilà ....

amitiés sincères

Pierre


  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
angetine au sol


J'ai juste rêver un jour que je pouvais rêver pour de vraie.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
195 poèmes Liste
3034 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
4 août 2016
  Publié: 9 sept 2008 à 04:34 Citer     Aller en bas de page

un touchant adieu!! réellement ce n'est pas de ta faute, il a choisit son chemin et j'espère que le tien est beau

amitié
tendrement
angetine au sol
ps: excuse moi pour ce piètre commentaire mais je en sais que faire ou répondre dans ces situations!

  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
Page : [1] 2 3 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 17675
Réponses: 42
Réponses uniques: 17
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2 3

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Le vieux cahier (Autres)
Auteur : clovis67
Papillon (Amitié)
Auteur : clovis67
Antre-temps (Autres)
Auteur : Amandarine

 

 
Cette page a été générée en [0,0417] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.