Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 281
Invisible : 0
Total : 283
· Lafleurquirime
Équipe de gestion
· Catwoman
13353 membres inscrits

Montréal: 24 sept 14:53:20
Paris: 24 sept 20:53:20
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Arbre je fus, violon je suis Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
LALIA

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
38 commentaires
Membre depuis
17 août 2020
Dernière connexion
15 mars
  Publié: 22 sept 2020 à 12:58
Modifié:  23 sept 2020 à 21:23 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Vers la lumière, j'étirais mes bras feuillus,
Mes ailerons verts s'agitaient sous la brise venue,
Mon corps de bois robuste s'enracinait dans la terre,
Je restais là, silencieux, parmi tous mes frères.

Un jour, mon tronc fut secoué puis tronçonné,
Gisant soudain sur le sol où j'étais né.
Je laissais choir mes membres meurtris,
Libérant mes pauvres feuilles déjà flétries ;

Je fus posé avec délicatesse sur une couche,
Je glisse dans un monde où plus rien ne me touche :
Plus de brise légère chatouillant mes feuilles,
Plus d'ouragan ou de pluie qui les endeuillent.

Le temps s'étire et sèche mon corps usé,
La vie ne réchauffe plus mon cœur brisé.
Je m'abandonne à l'oubli des ténèbres,
L'arbre que je fus devient épave funèbre.

Dans mon sommeil soudain déchiré, des mains me saisissent,
Caressent mon écorce devenue sèche et lisse,
Me palpent, me sculptent avec prouesse,
Parfois avec douceur ou force, elles me blessent.

Guidé par des gestes précis, un outil entaille courbes et volutes,
Entraînant quelques légers copeaux de bois qui chutent,
Tels de blondes boucles de chérubin, ils tombent silencieux,
Libérant un parfum doux venu de mon bois précieux.

Je bénis ces mains d'où, un matin je suis né.
Une forme majestueuse s'y est façonnée,
Avec précaution, on me touche, on m'admire.
Me voici devenu Violon et j'exhale mon premier soupir.

Dans un écrin habillé de velours, on me pose,
À l'abri de tout choc, je repose !
Je suis dans un espace magique,
Où je ne rêve que musique.

Je prête désormais mon âme au violoniste
Dont les doigts, avec virtuosité se posent.
De mes cordes pincées naissent sanglots, détresse,
Douceur, colère ou chant d'allégresse !



 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
235 poèmes Liste
17119 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 23 sept 2020 à 12:17 Citer     Aller en bas de page

Très beau texte

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
242 poèmes Liste
3029 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
17 août
  Publié: 23 sept 2020 à 13:18 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir LALIA

Avec un peu de retard, bienvenue sur LPDP ! C'est avec grand plaisir que j'ai découvert ce poème qui m'a littéralement enchantée ! Ce qui aurait pu être triste se termine par une éclatante beauté !

De l'arbre au violon... le récit magnifique de cette histoire à travers ces quatrains qui nous entrainent au fur et à mesure. Merci pour ce partage.



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
594 poèmes Liste
26056 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 23 sept 2020 à 13:33 Citer     Aller en bas de page

Il fut et sa vie était une merveille, quand on coupe un arbre, c'est toute la forêt qui pleure, mais là, je pense qu'elle doit écouter cette musique qui part de ton coeur et elle doit être moins triste
Un très beau poème
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
LALIA

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
38 commentaires
Membre depuis
17 août 2020
Dernière connexion
15 mars
  Publié: 23 sept 2020 à 16:55 Citer     Aller en bas de page

Merci pour vos chaleureux commentaires...Il est vrai que cet instrument, né des mains de l'homme est magnifique à regarder,et la musique qui s'en échappe sous les doigts du violoniste fait vibrer ma corde sensible et m'émeut d'où le besoin d'écrire ce poème.Bien sûr, on a volé l'arbre de sa forêt mais il chante au nom de tous ses frères.

LALIA

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
170 poèmes Liste
3862 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 24 sept 2020 à 11:15 Citer     Aller en bas de page

Bonjour LALIA…
Je découvre cet écrit avec plaisir. Parce que d'un, j'aime les arbres, que l'idée de les faire parler est excellente et que ce sacrifice est celle d'une âme (ils en ont une...f'in pour moi) qui entre les mains habiles d'un luthier, deviennent résonnance d'un violon.

Le bois utilisé est l'épicéa mais ce que je trouve particulièrement touchant, c'est le mot d'âme donné à cette petite pièce de bois, qui mal posée, fût-ce sur un Stradivarius, ne sera que dissonant à l'oreille et sans âme…

Merci et la bienvenue…

Riagal...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
848 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 25 sept 2020 à 04:19 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Lalia, de l'arbre au violon, ta poésie raconte une belle histoire, avec une chute qui donne une beauté très particulière à l'ensemble, j'aime beaucoup. A travers tes mots, tu personnifies cet arbre en lui donnant une âme, et j'aime l'idée que d'une certaine manière, grâce au travail précis et soigné du luthier, cette âme se retrouve dans cet instrument. Lucie

 
LALIA

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
38 commentaires
Membre depuis
17 août 2020
Dernière connexion
15 mars
  Publié: 25 sept 2020 à 15:13 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup Lucie.
En effet , cet instrument me touche car il a une âme au sens propre( à l'intérieur du violon ) mais aussi au sens figuré.
Le violoniste fait corps avec lui. Tous deux sont en harmonie ,ils nous offrent la plus belle des musiques qui peut parfois faire couler nos larmes.
Beauté, douleur, joie, tout y est !
Amicalement.

LALIA

 
Flora Lynn


Aspirer à la clarté du jour à naître, Tendre vers la beauté absolue en l'être
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
1925 commentaires
Membre depuis
10 février 2017
Dernière connexion
30 août
  Publié: 10 oct 2020 à 12:47
Modifié:  10 oct 2020 à 12:48 par Flora Lynn
Citer     Aller en bas de page

LALIA,
Un magnifique poème que j'apprécie beaucoup.Cet arbre qui s'exprimait déjà grâce au vent qui soufflait à travers ses branches , ne va pas rester silencieux.Transformé en instrument de musique, il conservera son âme pour dire toute une gamme de ressenti.
Amitiés sincères

  Flora Lynn
LALIA

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
38 commentaires
Membre depuis
17 août 2020
Dernière connexion
15 mars
  Publié: 10 oct 2020 à 14:42 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup FLORA LYN...Heureuse que mon poème te plaise.
Il est vrai que lorsque le violoniste fait naître la musique de ce merveilleux instrument , on peut imaginer que l'arbre
chante et raconte son histoire : déraciné au départ pour atteindre la plénitude une fois devenu violon.
Avec toute mon amitié

LALIA

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
169 poèmes Liste
5012 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
28 août
  Publié: 17 oct 2020 à 16:40 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir,

Je viens, tardivement, vous faire mon compliment pour ce poème, quasi personnification de l'arbre vers le violon. Vous avez su, habilement, jouer de nos cordes intimes.

Amicalement
jlouis

  Poésie, la vie entière
LALIA

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
38 commentaires
Membre depuis
17 août 2020
Dernière connexion
15 mars
  Publié: 18 oct 2020 à 10:03 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup Jean-Louis ,même tardivement j'apprécie votre commentaire.
Bien amicalement ,

LALIA

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 380
Réponses: 11
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0351] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.