Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 159
Invisible : 0
Total : 159
13494 membres inscrits

Montréal: 23 oct 23:20:35
Paris: 24 oct 05:20:35
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Déception Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
alweg


Courage enfant déchu d'une race divine, tu portes sur ton front ta superbe origine.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
1428 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2008
Dernière connexion
26 août
  Publié: 24 avr à 02:47
Modifié:  24 avr à 12:35 par alweg
Citer     Aller en bas de page

Déception,

Plus je vieillis plus mes joies et rires deviennent rares,
J'ai l'impression que tout se dilue en cauchemar.
Le temps se fâche, les peuples perdent la mémoire, leurs valeurs,
De la cellule familiale au monde qui se meurt.

Je n'ai plus la force ni la foi de comprendre le mal,
D'accepter que l'on m'impose les frasques de l'immoral.
Je ne supporte plus le trouble des larges sourires trompeurs,
Les paroles apaisantes sur un fond de jeu menteur.

Je perçois encore très vite le faux et l'irrespect,
Le sens, le fond des idées que l'on veut m'imposer.
Je me prépare avec une profonde tristesse, au pire,
Que l'on piétine mes convictions en point de mire.

Vous que j'ai aimé, à qui j'ai donné toute mon âme,
Sur qui j'ai pleuré de joie, de tristesse toutes mes larmes,
Vous qui m'avez tant donné depuis votre naissance,
Partez dans le vent tourbillonnant de l'insouciance.

J'attends, sans un espoir, dans le noir de mes pensées,
L'instant couperet où je perdrai le fil d'un passé,
Celui de l'amour donné, d'une vie gorgée d'espoirs.
J'effacerai à cet instant l'ombre de mon miroir.

Mon rôle s'arrêtera. Je repasserai tête baissée,
Image par image les pages rieuses de mon livret,
Je déchirerai celles détrempées d'ingratitude,
Imposant le calme, le silence à ma solitude.


ALWEG.

"Il n'est de véritable déception que de ce qu'on aime." (Georges Bernanos).


  alweg
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
601 poèmes Liste
26154 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 24 avr à 12:53 Citer     Aller en bas de page

Un teste bien écrit qui fait passer des frissons et pourtant que d'images, de pensées, peuvent concerner bien d'autres personnes.
Ce n'est pas de vieillir que de sentir tout cela, il est regrettable, que ce monde nous enlève tout espoir, les évènements actuels ne sont pas rassurants, la maladie, la folie des hommes, l'ingratitude, le non respect de la vie, plein de choses que l'on ne voudrait pas qu'elles existent.
Courage ALWEG, nous sommes sur ce site, pour partager notre amitié et nos encouragements.
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
alweg


Courage enfant déchu d'une race divine, tu portes sur ton front ta superbe origine.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
1428 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2008
Dernière connexion
26 août
  Publié: 24 avr à 18:26 Citer     Aller en bas de page

Merci Ode pour votre compassion et vos mots
d'amitié. J'écris très peu en ce moment, ce texte est le prolongement de ce que je vis, où tout passe entre mes doigts, comme l'ingratitude de certains et l'irrespect d'autres. Je préfère les prévenir de mes éventuelles décisions.
Je vous remercie, recevez toute mon amitié.
Robert

  alweg
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
751 poèmes Liste
15972 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 26 avr à 15:48 Citer     Aller en bas de page



Une lecture bien triste et touchante, cher Robert.
L'irrispecte, le manque de gratitude et de sensibilité, en général font mal, trop mal.


Lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
alweg


Courage enfant déchu d'une race divine, tu portes sur ton front ta superbe origine.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
1428 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2008
Dernière connexion
26 août
  Publié: 27 avr à 02:15 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Chère Lilia,
Oui l'ingratitude est le résultat pour une certaine jeunesse d'une vie où tout tombe facilement sans que l'on se baisse. L'essentiel est de profiter sans l'once de conscience et de respect. Oui cela fait mal quand cela frappe..
Nous sommes aussi les fautifs de leur donner tout sur un plateau.
Je t'embrasse Amie poète.
Robert

  alweg
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
341 poèmes Liste
10965 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 28 avr à 06:08 Citer     Aller en bas de page

bonjour et merci ALWEG
Mon rôle s'arrêtera. Je repasserai tête baissée,
Image par image les pages rieuses de mon livret,
Je déchirerai celles détrempées d'ingratitude,
Imposant le calme, le silence à ma solitude.
- et si tu y arrives, accepterais-tu de m'en offrir les secrets de réalisations.
à bientôt de SAM

 
alweg


Courage enfant déchu d'une race divine, tu portes sur ton front ta superbe origine.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
1428 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2008
Dernière connexion
26 août
  Publié: 28 avr à 23:57 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Samamuse, je ne pense pas avoir trouvé une solution mais il y a dans la dernière strophe que je n'ai pas mise en fin de texte une ouverture enfin, une fin...
Je te la donne:

Je laisserai le temps finir l'usure de mon corps,
Effacer les textes de ma mémoire, tous mes remords.
L'horizon deviendra la trame de mes réflexions,
Où je peindrai l'étoile d'une dernière destination.

Amitiés

Robert

  alweg
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
345 poèmes Liste
6261 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 4 mai à 10:48 Citer     Aller en bas de page

Je comprends trop bien ton texte. Et pour me rassurer je me pose la question jeune est-ce que les "vieux" m'intéressaient - la réponse est non naturellement, aujourd'hui, je suis vieux et je n'intéresse pas la jeunesse même proche. L'invisible temps qui avance change les époques, l'accélération sociétale est sans précédent. Le mieux c'est de se "blinder" en faisant de petites choses pour soi tout simplement, comme par exemple écrire sur LPDP.

Amitiés
Yvon

  YD
alweg


Courage enfant déchu d'une race divine, tu portes sur ton front ta superbe origine.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
107 poèmes Liste
1428 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2008
Dernière connexion
26 août
  Publié: 7 mai à 04:55 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Yvon, merci pour ton message.
Rien n'est facile mais comme tu dis il faut penser à soi.
Avec toute mon amitié.
Robert

  alweg
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
341 poèmes Liste
10965 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 7 sept à 08:12 Citer     Aller en bas de page

merci à vous tous.
- trop jeune je ne voyais pas l'utilité de penser à plus tard, surtout à partir du passé qui ne reviendrait pas.
- jeune je trouvais les acharnements des anciens comme étant soulants.
- en âge de pouvoir analyser mes vécus, en fonctions de causes ou de conséquences, j'ai du subir les abandons des présences qui pensaient comme moi, mais qui avaient peur, nous nous laissons envahir, abandonner nos vivres ensembles pour d'autres qui sont des inconforts.
- maintenant je suis un vieux, et je cri dans le désert.
- mais les trop jeunes finiront par devenir des vieux.
de SAM

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 285
Réponses: 9
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0226] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.