Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 28
Invisible : 1
Total : 30
· Jean-Claude
13353 membres inscrits

Montréal: 17 oct 02:13:35
Paris: 17 oct 08:13:35
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Lettre d'un couvreur à sa petite amie qui l'a quitté Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
436 poèmes Liste
4955 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
4 octobre
  Publié: 6 mars à 02:32
Modifié:  6 mars à 11:54 par Pichardin
Citer     Aller en bas de page

Je n’ai pas l’habitude de le crier sous les toits mais lorsque tu es partie c’était la pire tuile qui puisse m’arriver. Et donc tu peux aisément imaginer, qu’en ce moment, je n’ai pas le cœur en faîte.
Je me réfugie dans le travail et je peux te dire que je ne chaume pas. Avant-toit c’était le néant et après toi c’est le vide.
Je ressens comme une chape de plomb qui pèse sur mes épaules, c’est lourd à porter.
Tu m’as fait chèrement payer l’ardoise sous prétexte que je tirais trop la couverture à moi.
J’ai souvent des vertiges lorsque je pense aux années passées ensemble, ce qui, tu l’admettras, est un comble pour un couvreur.
En fin de journée, après mon travail, je m’installe au zinc du bar tabac de la gare et j’y reste des heures à cogiter. Et comme le dit si bien Verlaine (de verre... si je peux oser ce jeu de mots pour te faire sourire une dernière fois) "Je m’en remets auvent mauvais qui m’emporte deçà, delà, pareil à la feuille (de plomb) morte". Tu vois jusqu’où peut aller la déformation professionnelle.
Je sais que personne n’est à l’abri de ce genre de déconvenue mais je me dois de réagir avant que la tristesse ne me terrasse et ainsi éviter de me retrouver sur une mauvaise pente.
Prends soin de toi comme je prends soin de mes toits.

Nota : petite précision, pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté, les fautes suivantes ont été faites volontairement :
faîte = fête, chaume = chôme, avant-toit = avant toi, auvent = au vent

  Pichardin
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22985 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 6 mars à 03:16 Citer     Aller en bas de page

C'est à la fois drôle et triste...

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
221 poèmes Liste
13090 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 6 mars à 03:31 Citer     Aller en bas de page

Végétalise ton toit-terrasse, ça te redonnera des couleurs et ça viendra butiner !

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
QUOIQOUIJE

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
251 poèmes Liste
4716 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2013
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 6 mars à 06:04 Citer     Aller en bas de page

Toute la profession est au courant de toit
J'ai rencontré plusieurs couvreurs qui m'ont parlé de toit.
Ils m'ont dit qu'il fallait :
"que vous arêtiers de vous plaindre, de rester planté là comme une souche. "

Faut rester pas en panne comme ça.
Sois plus ferme.
On voit la paille dans l’œil de son voisin, mais pas la poutre dans le sien.
Ouvre une fenêtre de toit vers le ciel, tu auras ainsi un puits de lumière qui t'y radis rat.
Laisse passer l'air, l'air de rien, houteau ou tard tu le regretteras, ce serait un comble.

 
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
600 poèmes Liste
26141 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 6 mars à 09:48
Modifié:  6 mars à 09:53 par ode3117
Citer     Aller en bas de page

Mon pauvre PICHARDIN, c'est quand même une tuile, te voilà pauvre comme Job, ne prends pas froid surtout, sur les toits il fait gla gla, surtout en hiver vets lux de t'approprier un bleu de chauffe.
Quitte le zinc et pour l'ardoise, pense que tu pourras en mettre sur ton toit, que tu lauzes ce serait bien. Tu cites Verlaine, mais toi tu ne vas pas avoir le rein beau, si tu t'épuises ainsi.
Laisse tomber même si elle te dit "tais toi". Pour tes toits, ne chaume pas.
Bises PIERRE
ODE toujours là au petit café du matin

  OM
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
436 poèmes Liste
4955 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
4 octobre
  Publié: 8 mars à 03:00
Modifié:  8 mars à 03:02 par Pichardin
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aude,
Drôle et triste à la fois ... de toi(t) à moi c'était le but recherché.

Bonjour Isabelle,
ton idée n'est pas mauvaise du tout, que deviendrais je sans toi(t).

Bonjour QUOIQOUIJE,
On sait tous que le comble du couvreur c'est qu'il n'est pas à l'abri d'une tuile. En plus c'est un métier où il faut commencer au bas de l'échelle mais pour les plus hardis l'ascension peut être vertigineuse.

Bonjour Ode,
merci pour tes précieux conseils. Tu as raison, il ne faut pas que je chaume sinon que va t'on penser de moi dans les chaumières.
ça fait toujours plaisir de prendre le petit café du matin ensemble.

Bonjour Daniel,
il n'y a que le sourire pour chasser la tristesse, mais cette histoire anodine n'aura aucune couverture médiatique.

Amicalement à vous
Pierre



  Pichardin
Rosi

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
154 poèmes Liste
1398 commentaires
Membre depuis
6 juillet 2014
Dernière connexion
4 juin
  Publié: 12 mars à 13:09 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Pichardin,

Il y a beaucoup de douceur dans ce poème, avec cette note de tendresse mêlée à la tristesse...
Je suis très émue par cette lettre à coeur ouvert...
Mes amitiés poétiques...
Merci pour avoir partagé tes maux avec nous...
Rosi

  L'écriture est le chemin, vers l'espoir et la sagesse
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
436 poèmes Liste
4955 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
4 octobre
  Publié: 13 mars à 03:27 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Rosi,
pour écrire ce texte je me suis mis dans la peau d'un couvreur, qui avec des mots qu'il emploie tous les jours, rédige cette dernière lettre à son amie qui est partie.
Merci d'être passée par ici et d'avoir laissé un gentil commentaire.
Bises
Pierre

  Pichardin
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 365
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0230] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.