Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 15
Invisible : 0
Total : 16
· rimarien
13202 membres inscrits

Montréal: 21 sept 23:17:38
Paris: 22 sept 05:17:38
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Ni queue , ni tête ! Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
AIMA


Ne vous inquiétez donc pas du lendemain car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
65 commentaires
Membre depuis
22 juin 2020
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 29 juil 2020 à 23:57 Citer     Aller en bas de page

Ni queue, ni tête !
Longtemps sur les sèves transparentes, de nos forêts en caléfactions,
De notre Anthropocène éclatante, de nos centons en regrets,
J’y voyais nos peines sur nos joues rougeoyantes,
De ce toupet Cananéen mit en scène, jusqu’au Cromlech d’édifications,
Ou ailleurs dans l’Eden, poussait l’identification !
Si ces plaines, ces rivières insinuantes, de couplets en dialectes,
Ces fantômes, ces prophètes, professaient sur Albion, sur la Mecque,
Et autres « aurait-on pris ce chemin ?», si les zouaves, les métèques,
Se distinguaient en planètes, aux confins obsolètes de leurs raréfactions !
Et alors encore ce message que fait vivre ces alouettes,
Au dos rond et abdos minable jaquette,
Cave d’esprit et d’extension en gonflette,
Nourrissant Alcibiade en diatribes, et renversant les régimes,
Jusqu’aux forges de pyrène, ces irascibles fauvettes,
De passereaux, en nuisibles, prenant poudre d’escampette,
Au moindre fusil sans reluire leur fossette!
Ou toujours, encore, l’Albin en chaussette, psyché des lorgnettes,
Aux fournils d’opérette et diadèmes de fillettes,
Sont jetés sur les rades, d'espadrille d’escadrille en goguette,
Les façades sont vitrines, les visages sont des masques, qui n'ont plus de cachettes!
Aima

 
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
295 poèmes Liste
7423 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
20 septembre
  Publié: 3 août 2020 à 13:48 Citer     Aller en bas de page

J'aurais bien aimé comprendre le vrai sens du titre, parce que l'on peut aisément prendre cela à un degré qui met en porte-à-faux, l'homme dans toute sa splendeur...

Parce que, également, j'y trouve un côté sarcastique, tel règlement de compte à O.K. moral en berne, faut que je trouve uns solution pour ne pas passer pour un con...

L'homme est peut-être, sans doute, con, dès la naissance, et au fil de sa vie, le devient encore plus ou l'inverse, mais c'est plus rare...

Mais, tout cela n'est peut-être qu'une simple tomate (je cite ce fruit au hasard!) de mon imagination, alors, dans ce cas-ci, (pas cassis, hein?), je suis proche du con moyen, mais avec une circonstance atténuante, mon esprit qui, parfois, aime tordre la réalité, même lorsqu'il n'y en a pas...

En tout cas, j'ai bien apprécié, d'ailleurs, plus la tête que la queue...

Amitiés...

Hubix.

 
AIMA


Ne vous inquiétez donc pas du lendemain car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
65 commentaires
Membre depuis
22 juin 2020
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 4 août 2020 à 00:28
Modifié:  13 déc 2020 à 12:30 par AIMA
Citer     Aller en bas de page

Le titre fait je crois, dans mon esprit étriqué, référence à un serpent qui se mange la queue dont d'ailleurs on ne distingue plus du tout le culcul de la têtête. Pour ce qui est du sarcasme effectivement , il est plus que très prononcé dans les évidences de notre époque. Je pense que même masqué, plus personne ne peut se cacher! Mais Hubix nous sommes tous des idiots dans ce royaume en déclin!
Je voulais juste jouer avec les mots et les maux, un jeu d'esprit, comme beaucoup de chose que j'écris par ennui.
Je règle peut-être mes comptes avec ce qui m'insupporte en effet, je m'en excuse si je blesse quelqu'un....

Mes amitiés Hubix

 
AIMA


Ne vous inquiétez donc pas du lendemain car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
65 commentaires
Membre depuis
22 juin 2020
Dernière connexion
26 avril
  Publié: 13 déc 2020 à 12:15
Modifié:  13 déc 2020 à 12:24 par AIMA
Citer     Aller en bas de page

Ou toujours, encore, l’Albin en chaussette, psyché des lorgnettes,
Aux fournils d’opérette et diadèmes de fillettes,


Explication: Histoire et caractère du prénom Albin
Écoutons-le, Alban, tel qu’il revient en vogue, avec ses correspondances multiples :
– Chez les Sabins, j’étais alpus, ou Alpes, montagnes étincelantes de blancheur. J’apparais avec le rose-orange de l’aube. J’illumine le martyre de saint Alban, premier martyr chrétien de Grande-Bretagne. J’ai, du reste, laissé mon nom à la ville anglaise de Sant-Albans, ainsi qu’à une bonne dizaine de Saint-Alban ou Saint-Aubain dans les campagnes de France. Ce blanc, albus en latin, se dit alben en allemand et signifie «esprits», «fantômes» et autres «dames blanches» de l’imaginaire des peuples. Cette dame blanche est poésie, et, comme elle, je jouis de l’intensité de l’envol spirituel et de la rigueur dans la perspective. Je plane au-dessus des partis et querelles, et je fonde solidement mon pas. Il est d’ailleurs dangereux pour moi de succomber à la tentation du pouvoir, où je risque de devenir exécrable – voir le duc d’Albe, précisément. Hormis cela, une modestie toute particulière me contraint à ne pas être un prénom de masse. Une ci-devant nuance aristocratique et artistique passe évidemment dans ma lignée, quoique je ne brigue aucun royaume sauf, peut-être, quelque val sacré survolé par les aigles. J’ai toujours des émules de nos jours, et je reviens même discrètement à la mode, mais je ne cherche nullement à ce que nous soyons foule…
Voilà ce qui m'a inspiré pour me servir de ce prénom.....fantômes et exécrable , comme dans tous mes textes plusieurs connotations sont à y comprendre et à décrypter...

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 394
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0278] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.