Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 110
Invisible : 0
Total : 111
· Jean-Louis
13218 membres inscrits

Montréal: 7 mai 03:14:47
Paris: 7 mai 09:14:47
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Le badigeonneur des Lilas Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
433 poèmes Liste
4887 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
29 avril
  Publié: 18 déc 2020 à 04:11
Modifié:  19 déc 2020 à 01:11 par Pichardin
Citer     Aller en bas de page

Je me présente, je m’appelle Henri et j’ai 34 ans. Ma profession c’est peintre en bâtiment. J’adore badigeonner les murs et les plafonds. Je suis un peu le Léonard de Vinci des immeubles en construction. Mes pinceaux vont et viennent sur les surfaces vierges et lisses et quel plaisir pour moi d’étaler mon talent.
Marcel, c’est mon chef de chantier, un vrai "C’est Haut Aine". Il n’est jamais content de mon travail. J’ai l’impression qu’il ne peut pas me voir en peinture depuis que, par mégarde, j’ai renversé un pot d’acrylique sur sa voiture toute neuve.
De toute façon, ce type je n’ai jamais pu l’encadrer. A cause de lui, l’ambiance au boulot c’est pas top, vous voyez le tableau !
Il me traite souvent de bon à rien, mais moi je ne me laisse pas démonter, je lui réponds que lui c’est un mauvais en tout.
Avec moi, il n’a pas de pot car je lui en fais voir de toutes les couleurs.
Je suis marié à Suzanne. Une belle femme bien en chair comme je les aime. C’est mon arc-en-ciel.
Elle travaille à la banque le Crédit Moitout. Nous nous sommes rencontrés lors d’un rendez vous que j’avais sollicité pour étudier le meilleur moyen de faire fructifier mes économies.
Nous nous plûmes immédiatement et quelques mois plus tard nous nous marièrent dans la plus stricte intimité pour éviter toutes dépenses inutiles et superflues.
Nous habitons dans un deux pièces bien agencé dans une petite résidence nommée "Les Lilas".
Pour notre voyage de noces, nous sommes allés dans un petit village tranquille perdu en pleine campagne. Pourquoi aller dépenser des sommes folles à aller à Venise, Capri ou Tahiti alors que l’on peut trouver bien mieux pour nettement moins cher.
Pour moi, ce fut un vrai dépaysement. Pour elle, en revanche, je voyais bien que quelque chose la tracassait mais comme c’est une femme discrète elle n’a pas voulu m’en parler, pour ne pas gâcher ce merveilleux moment.

Pour notre premier anniversaire de mariage, je lui ai offert un beau livre de cuisine et un super robot multifonctions pour qu’elle nous concocte de bonnes petites recettes.
Rien ne vaut les bons petits plats préparer à la maison plutôt que d’aller dans les restaurants où tu manges pas grand-chose pour une fortune.
Pour la Saint-Valentin, là je mets le paquet. Je lui offre toujours un beau bouquet de fleurs, toutes fraîches, cueilli sur le parterre du rond-point de notre commune. Difficile de faire mieux, convenez-en !
Mais une seule ombre vient tâcher notre harmonie de couple et cela me perturbe un peu. Suzanne est dyslexique et je m’en suis aperçu lorsque quelqu’un lui a demandé la profession que j’exerce. Elle a répondu d’un air un peu navré "Mon mari ...il est pingre en bâtiment !"

Nota : comme d’habitude, ceci est une fiction bien entendu. Et personnellement je n’ai rien contre les peintres en bâtiment, ni contre les pingres en tout genre et ni contre les... robots multifonctions.

  Pichardin
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
118 poèmes Liste
5921 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
5 mai
  Publié: 18 déc 2020 à 06:19
Modifié:  18 déc 2020 à 06:20 par Lacase
Citer     Aller en bas de page

Sympathique lecture où ton ne se mélange pas les pinceaux.
Merci pour le sourire

Un tout petit regret cependant: que le lexique de la peinture ne soit pas utilisé de façon uniforme dans l'intégralité du texte.

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
6137 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 18 déc 2020 à 07:17
Modifié:  18 déc 2020 à 07:40 par rimarien
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Pierre

« J’me présente je m’appele Henri...j’voudrais bien....
Être beau gagner de l’argent » 
Tu démontres bien ici que ce n’est pas en étant pingre qu’Henri s’enrichit et comme tout un chacun sans riz chie ou pas?
Euh pour le coup des fleurs tu dis « difficile de faire mieux « 
et bien je ne peux en convenir avec toi, si tu étais vraiment pingre, plutôt que de lui acheter des fleurs tu aurais mieux fait de lui en jeter: ça n’te Coûte rien et en plus celles ci ne fanent pas!
Bon je présume que quand ta Suzanne n’est pas du tout contente , pour la bagatelle, elle te somme d’aller te faire brosser ailleurs et toi tu as beau prendre la brosse à reluire ça ne marche plus. Faut dire que la Suzanne n’arrête pas de se plaindre à sa mère du genre: Henri quand il mastique, apprêt je me sens toute chose ! Suzanne reste avec son rat uniquement parce qu’elle rêve de ce jour où son Henri chéri lui fera un ravalement complet de la façade qui en a bien besoin elle est toute décrépite!
Ok Pierre tu as voulu nous enduire en erreur avec ton manque de pot à nous faire croire que tu étais au bout du rouleau alors qu’en fait tu fais tout au pinceau( bonjour les dés lés de livraison)!
Bon franchement Pierre j’voudrais pas être rabat-joie mais ton Henri en tient une sacrée couche, primaire en fait!
Au point que j’en serais presque à appeler la brigade des stucs
D’ailleurs je connais bien l’adjuvant chef Truchaux.
Qu’importe qui il « soie »,Henri répète toujours à qui veut l’entendre: JE PONCE donc JE SUIS
Pierre tu aurais au moins pu nous préciser ce qu’il essuie
Amicalement

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
167 poèmes Liste
4910 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
6 mai
  Publié: 18 déc 2020 à 09:35 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Pierre,

HI hi ! (pour toi et aussi J.C) Vous n'êtes pas comme le peintre, au bout du rouleau, ,
Cette banquière était quand même intéressée (les économies !) par le susdit Henri; elle n'avait pas prévu qu'il était prêt à en faire d'autres avec elle
Il aurait pu, à ses loisirs, faire l'artiste peintre en badigeonnant quelques croûtes pour arrondir (pas la Suzanne qui n'en manquait pas...de rondeurs) ses fins de semaine.

Avant de sortir, une question importante: " Nous nous plumes" Faut-il entendre le verbe plumer (chacun l'espérant) ou le verbe plaire; dans la seconde hypothèse il semblerait que le chapeau de la maison Les Lilas (et non pas, vingt ans plus tard, Les Lys las) manqua.

Amicalement
jlouis

  Poésie, la vie entière
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
512 poèmes Liste
10323 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
7 mai
  Publié: 18 déc 2020 à 12:15 Citer     Aller en bas de page

Hello Pierre,

Hé, contre les dyslexiques, j'espère que tu n'as rien - vu que je le suis un peu.

He ben, pingre en bâtiment, je comprends pourquoi tu glisses des pots de peinture que tu ne peux encadrer tes dits supérieurs hiérarchiques !

 
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
433 poèmes Liste
4887 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
29 avril
  Publié: 28 déc 2020 à 02:26
Modifié:  28 déc 2020 à 02:26 par Pichardin
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Lacase,
j'essaye de ne pas être pingre de mon modeste humour.

Bonjour JC,
« J’me présente je m’appele Henri...j’voudrais bien....[i][/i]
C'est bien le début de la chanson de Daniel Balavoine qui m'a inspiré. Pour la suite, j'ai déliré à ma manière.
Henri essuie les plâtres face à Suzanne, en quelque sorte, d'être aussi pingre. Elle lui a bien tapissé son image.
Merci pour ton commentaire toujours aussi riche en jeux de mots, un régal de lecture.

Bonjour Jean Louis,
j'ai corrigé, il faut lire "Nous nous plûmes".
Peut être que par la suite ils se voleront dans les plumes, qui peut le savoir ? Mais vu comme c'est parti ...

Bonjour Cat,
je n'ai absolument rien contre les dix lexiques puisque j'en possède quelques uns à la maison.
Mes supérieures hiérachiques n'ont jamais eu le white spirit mais plutôt le black soul (âme noire).

Amicalement à vous
Pierre

  Pichardin
glycine

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
159 poèmes Liste
909 commentaires
Membre depuis
8 août 2018
Dernière connexion
15 avril
  Publié: 29 déc 2020 à 18:26 Citer     Aller en bas de page

C'est excellent !...
Tout au long de la lecture, je me suis demandé quelle pouvait être la chute... et je ne suis pas déçue...
Bravo Pierre pour cette imagination fertile...
Bisous

 
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
433 poèmes Liste
4887 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
29 avril
  Publié: 31 déc 2020 à 01:55 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Glycine,
dans cette histoire le peintre s'est bien fait recadrer.
Merci à toi pour ton gentil commentaire.
Bises
Pierre

  Pichardin
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 309
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0221] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.