Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 59
Invisible : 1
Total : 62
· M@ry Re@d · Dukes
13217 membres inscrits

Montréal: 2 déc 15:58:24
Paris: 2 déc 21:58:24
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Trois "artistes" vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Jell-O

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
18 commentaires
Membre depuis
12 janvier 2020
Dernière connexion
28 juin
  Publié: 22 avr 2020 à 22:55
Modifié:  23 avr 2020 à 02:54 par Catwoman
Citer vertical_align_bottom


Trois "artistes"

Clown, l’air nonchalant, avançait sur le trottoir de la ville.
Sur un banc public était assis un homme qui semblait gesticuler sans mot dire.
C’était Mime.
Arrivé à sa hauteur Clown dit à Mime:
“Marchons vers l'océan”.
“C'est un long chemin ” a exprimé Mime
"Oui, c'est vrai ?” a répondu Clown
Mime à approuvé et ils se sont mis à marcher...
Clown dans ses grosses chaussures rouges et souples, Mime improvisant au fur et à mesure.

À la limite de la ville, ils sont tombés sur un jongleur essayant de ramasser quelques pièces dans sa tasse, au coin de la rue.
Clown a demandé à Jongleur s'il voulait se joindre à eux dans leur marche vers l'océan
Jongleur a dit: "pourquoi pas, les choses sont un peu en suspens dans l'air, pour moi en ce moment".
Ils se sont dirigés vers l'ouest, vers la côte
Clown avait cinq canettes de “Raides Boules” dans son foulard rouge fixé sur un bâton, Mime, lui, quelques paquets de “Pépie Tôt”.
Cela leur permettrait de se nourrir jusqu'à ce qu'ils atteignent leur destination.

Leur odyssée dura plusieurs heures au cours desquelles surgit une tempête.
Un pin isolé leur servit de refuge et leur permit de prendre une collation ainsi que la possibilité de découvrir le parcours de chacun à ce jour, jusqu'à ce que la tempête se calme.
Clown avait fait beaucoup de choses tout au long de son existence à la recherche de l'amour, du foyer et de la famille mais il avait échoué dans sa recherche d'une vie dont il avait toujours rêvé et maintenant ce visage au maquillage épais et au gros nez rouge cachait le fait qu'il avait vécu une vie de tristesse constante.
Mime était chanteur et avait travaillé pendant des années pour perfectionner son métier... rêvant d’un show sur la grande scène mais il a refusé de chanter ce que les producteurs voulaient qu'il chante et même s'il avait un talent incroyable, il n’a jamais pu enregistrer la moindre chanson.
Devenir un mime signifiait qu'il ne se reniait pas.
Lorsqu’il était à l’université, Jongleur était un basketteur connu pour son incroyable adresse. Après avoir obtenu son diplôme il était à quelques jours de signer un contrat avec un grand club lorsqu'un accident de voiture lui a tellement endommagé l'épaule qu'il a perdu la précision de son lancer.
Il jongle pour garder son bras en forme au cas où il récupérerait la précision de son tir.

À la fin de la tempête, Jongleur a demandé à Clown pourquoi ils se dirigeaient vers la plage.
Mime a pris un air particulièrement intéressé à l’énoncé de la question.
Alors, Clown s'est levé... a attaché l'écharpe rouge remplie de “Raides Boules” à son bâton qu’il à jeté par-dessus son épaule, s'est brossé les dents et a répondu…
"Pourquoi pas ?”

 
HF.TELLER
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
51 poèmes Liste
364 commentaires
Membre depuis
24 décembre 2019
Dernière connexion
1er juillet 2020
  Publié: 23 avr 2020 à 04:07 Citer vertical_align_bottom

eh oui...en effet, pourquoi pas ? L'océan représente aussi la réponse à tous les pourquoi...peut-être ?
Très belle histoire.
Bernard

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 579
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0172] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.