Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 13
Invisible : 0
Total : 13
13676 membres inscrits

Montréal: 27 oct 06:09:44
Paris: 27 oct 12:09:44
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: 1, 2, 3, tu n'y es pas Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lilu

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
97 poèmes Liste
626 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2009
Dernière connexion
29 septembre 2020
  Publié: 9 avr 2020 à 09:17
Modifié:  9 avr 2020 à 11:35 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

 
 
      Le vent lance des clins d’œil
      et se balance en plein soleil
      jeu d'ombre et de lumière
      Le vent m'a porté la nouvelle
      je n'ai su qu'en faire
      Immobile, je ne suis qu'un silence
      tu ne vois plus le même ciel
      Clin d’œil du vent farceur
      aujourd'hui tu n'es plus
      Le vent danse dans les feuilles
      plus de silence, tout vit bien là
      mais aujourd'hui tu n'y es pas
      Éclairés par la lune les oiseaux chantent
      sous un bain bleu d'étoiles
      Nous ne sommes rien qu'un seul instant
      à peine les mots pour dire le vrai
      qu'il est déjà passé, tout notre temps
      C'était un beau discours
      même si je ne t'ai pas reconnu
      On était peu, c'est de notre temps
      sans se toucher nous n'étions qu'un
      autour d'un seul mais plus vraiment
      Le vent nous porte, puis nous emporte
      sans même une dernière danse,
      sans au revoir, sans même se voir
      Il passe un jour qui sonne toujours
      le vent lance un nouveau jour
      puis s'y balance tranquille
 
 

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
6211 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 9 avr 2020 à 09:37 Citer     Aller en bas de page

1,2,3 si si j’y suis et 1, 2,3 soleil de te revoir par ici
Pas en coup d’vent J’espère,
quoique je n’ai rien à redire , ça fait 3 ans que je n’étais pas venu ici!
😘

 
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
221 poèmes Liste
13095 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 9 avr 2020 à 11:37 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup Lilu, merci à toi pour cette jolie lecture !

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Lettre.contreLavoir

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
0 poèmes Liste
6 commentaires
Membre depuis
21 octobre 2019
Dernière connexion
21 mai
  Publié: 10 avr 2020 à 22:35 Citer     Aller en bas de page



quand ça aura l'air d'une blague pour la première fois , quand on t'aura refilé le gros ballon « the end «  dans l'estomac de tes mains diaphanes d'en rire

au bout de tous nos silences à tous , qui t'aura le mieux parlé  ?

coulis de faim
coup feint
coucou , tiens
mieux que d'eux tu l'Aura de tous les rayonnements

p'tit soleil , tu savais , toi , où aller
mais tu l'as su trop tôt
as gardé ton avance, au silence de l'écume
pffft

con-jugaisons bues ,
l'invisible matrice t' attendait/tend /tendra si long pour chanter le Re-Levant des manques , roulis des plages, vodka jaune de l'arctique

ferme ma gueule en sortant
on n'est jamais décalé que d'un grain d'orge
d'un perpétuel présent

n'aie pas peur d'en pseudo-finir , Fan'chi
chaque seconde s'essaie à traire la substance du Croître
un autre que tous de te voir naître

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 453
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0181] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.