Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 40
Invisible : 0
Total : 44
· QUOIQOUIJE · ode3117 · samamuse
Équipe de gestion
· Emme
13336 membres inscrits

Montréal: 20 jan 06:01:43
Paris: 20 jan 12:01:43
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Renaissance ou...? Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
269 poèmes Liste
3820 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
18 janvier
  Publié: 25 févr 2020 à 04:59
Modifié:  25 févr 2020 à 17:15 par La Brune Colombe
Citer     Aller en bas de page

Renaissance ou...?


Pas de poème. De la prose en vrac.

Juste la sensation de ne pas savoir quoi faire pour se faire entendre de sa propre mère... de ce monde extérieur.
suis-je condamnée à passer pour une folle... suis-je folle à lier ? Tarée ?

Malade à l’intérieur ça oui pour sûr. Et après ? Qu’adviendra-t-il de moi ?

Elle m’a dit je cite :

« Tu sais Amy Winehouse a fait ce qu’elle a voulu en tant qu’artiste. Car j’ai évoqué l’idée de faire un album. Tu sais comment elle a fini. »

Est-ce mon sort ? Mon destin ? Le club des 27 ?

« Tu vas perdre ta place à La Sorbonne d’ici 6 mois, c’est tout ce qui t’attend »

Ou encore :

« moi j’ai rendez-vous, donc moi je dois dormir, donc moi je... Tu m’empêches de réussir »

Je suis un fardeau. Suis-je un fardeau ?

« Tu régresses incroyablement. Tu te remets à tousser comme à l’aube de ton traumatisme premier. »

Oui. Parce que je sais tout ou presque me concernant à l’intérieur de ce mal qui me ronge.
Je sais ce que je dois faire pour enlever un peu de ce poids à nouveau. Oui, je le sais. Je dois le dire maintenant.

Vu le nombre de traumatismes qui ont suivi. Le nombre de gens que j’ai portés parce qu’ils comptaient incroyablement pour moi. J’ai écrit sur l’anorexie, le suicide, le viol, le temps, le ciel, le mal, le rire, la politique, la fraternité, le pis, l’amour, l’animal, l’humain, le cœur et l’âme bord’ailes !

Et je dois garder tout ça cloîtré à l’intérieur ??!

Toute cette souffrance qui n’est même plus la mienne... Parce que tout le monde ou presque a eu ce père absent, cette mère proche et tellement loin, ce frère fascinant de vous écraser, ce chien disparu...

Aznavour m’a sauvée de la noyade hier soir dans la nuit.
Car il avait compris qu’il fallait s’amuser avec ses maux et Dieu qu’il avait raison ! Mais sinon on est bon pour le néant à perpétuité !

Et moi je nuis apparemment de ne pas encore avoir fait le jour sur tout ce vécu.
Dois-je le faire ? Sans doute que le monde après coup en entier c’est, lui, qui me trouvera tarée.

Ne décelant que le sombre et pas le clair obscur. Pas la recherche d’un espoir de rallumer profondément ma flamme de vie.

« Mais c’est interdit d’être aussi sombre ! Tu sais je trouve que Billie Eilish est malsaine. Elle entretient ce manque de lumière. »

M’a dit mon frère il y a deux semaines.

Aussi tout de bon, il faudrait être comme la chanteuse Pomme : souvent frivole d’avoir des failles. De se dire, « je ne sais pas danser » donc je n’apprendrai jamais ?

Comme la chanteuse Maëlle : briller d’innocence d’avoir été du côté des juges plutôt que des accusés ?

Comme Aloïse Sauvage : dire les choses sans les dire ? « Mais présentement, mes désirs ont des délires que l’pire c’est de rien dire surtout j’arrive pas à les faire taire ? Et la neige recouvre mes pas... »

Comme Hoshi : une étoile qui apprend à s’accepter quand moi intérieurement j’ai fait le travail !

Ah oui ? C’est ça la vie - ma vie - souffrir de se satisfaire de sourire ? En effleurant ces maux ? Pour ne pas gêner l’autre ?

On a pas le droit au coup de théâtre ?

Mais moi j’ai lu Horace, Œdipe Roi, Le bourgeois gentilhomme, le mariage de Figaro...

J’ai ri ! J’ai pleuré ! J’ai aimé la révolte de Camille, moi :

« Rome, l’unique objet de mon ressentiment !
Rome, à qui vient ton bras d’immoler mon amant !
Rome qui t’a vu naître, et que ton cœur adore !
Rome enfin que je hais parce qu’elle t’honore !
Puissent tous ses voisins ensemble conjurés
Saper ses fondements encor mal assurés !
Et si ce n’est assez de toute l’Italie,
Que l’Orient contre elle à l’Occident s’allie ;
Que cent peuples unis des bouts de l’univers
Passent pour la détruire et les monts et les mers !
Qu’elle-même sur soi renverse ses murailles,
Et de ses propres mains déchire ses entrailles !
Que le courroux du ciel allumé par mes vœux
Fasse pleuvoir sur elle un déluge de feux !
Puissé-je de mes yeux y voir tomber cette foudre,
Voir ses maisons en cendres, et tes lauriers en poudre,
Voir le dernier Romain à son dernier soupir,
Moi seule en être cause, et mourir de plaisir ! »

J’ai saigné les albums de Corneille, de Youssoupha, de Kery James pour canaliser ma colère !

J’ai cueilli le coquelicot de Mouloudji !

L’aigle noir de Barbara !

Le mistral « gagnant ? » de Renaud !

La « Fille » de Reggiani !

Chanté Le « Hometown Glory » - Le « Love in the Dark » et le « Turning Tables » d’Adèle !!!

Le « « I Won’t Complain » de Benjamin....

Le « Anyone » et le « Stone Cold » de Demi !

Et même le « Stay » de Riri !!

J’ai appris à communiquer avec vous, même si mille fois j’ai gardé le silence de ne pas savoir quoi répondre. j’ai entendu vos conseils :

« Ici la phrase casse le rythme »

« La rime est trop forcée »

« La diversification pourrait t’aider à ne plus être dans l’obsession intrinsèque »

Je vous ai lus mais un nombre incommensurable de fois ! Le commentaire ne faisant pas toujours foi mais l’œil toujours feignant d’être attentif ! J’en ai découvert certains forcément plus que d’autres. J’ai été soutenue ! J’ai soutenu !
Vous m’avez fait kiffer ! M’avez fait pleurer ! Comprendre des gens choses qui échappent à une gamine de 15 ans qui à chaque fois qu’elle commençait à approfondir auprès de ses proches ses fonds marins était vue en contre-plongée !

J’ai travaillé le discours pour me faire comprendre ? Me comprenez-vous ? Un minimum ? Je croyais...

La narration de l’autre surtout pour ne pas rester sur ce « je » par moments insupportable !

J’ai lu Cyrano de Bergerac pas ce portrait défait de Rostand. Le vrai - le visionnaire profondément rêveur !! Celui qui voulait toucher la lune !

Et Marceline qui chialait d’avoir été séparée...

Et Baudelaire qui me disait d’assumer mes boucles ! Mes cheveux trop féroces d’exister autrefois... de faire montre de ce que je suis.

Alors mon ego me hurle que « non ! » je ne dois plus me laisser faire...

Alors je ne dors plus - je ne veux plus hiberner dans mon lit, mais dès que j’en sors :

« C’est quoi ce comportement ?!!...On dirait une petite fille qui fait ses caprices ! »

« Tu deviens méchante en plus ! Tu me dis ci puis ça mais en fait c’est de la connerie ! Ah moi ta mère ?! Me manquer de respect de la sorte !! Je ne sais pas où tu vas mais tu vas très mal finir »

Alors je retourne me cacher sous le drap..Je n’ai plus de plaid, je ne veux plus de linceul. Mais où aller sinon pour se protéger en attendant les soi-disant
beaux jours ?

C’est moins pire qu’une cage dont on ne détient pas la clé, non ?

Un Soir de Plus Qui s’est étendu à la nuit tout entière où L’instant Hiémal ne s'éteint plus. Le sourire ne veut plus poindre pour de mauvaises raisons.

Maintenant que je réponds à l’appel d’avoir été trop absente, on me demande de raccrocher et fissa ! Va comprendre...

Renaissance ou Fin de partie ?

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
243 poèmes Liste
3029 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
30 octobre 2021
  Publié: 25 févr 2020 à 05:30 Citer     Aller en bas de page

Bonjour La Brune Colombe,

Renaissance ou...?

Moi je dis Renaissance et prends la direction que TU souhaites !

Ton texte est douloureux, mais tu exprimes ou plutôt... tu oses enfin exprimer clairement ce qui te ronge ! Alors, fais fi de tous ces " conseils qui n'en sont pas ", qui ne représentent souvent que ce que la personne aurait voulu être ou faire et les projette sur... sa fille !

J'ai connu ça, je n'ai pas su dire stop et l'ai réalisé malheureusement bien trop tard. Une mère aimante, certes, mais casse-pieds, je le dis aujourd'hui et une direction dans ma vie qui ne m'a jamais satisfaite tant j'ai voulu "faire plaisir"... et ne pas désobéir, ne pas être " méchante ". Foutaise, j'aurai mieux fait de me rebeller et dire, non, ma voie est ici et non pas là ! Résultat, regrets amers.

Tous tes acquis te serviront, rien n'est jamais perdu, surtout en connaissances. Je ne sais pas à quel niveau tu en es, s'il est très avancé, termine et après... bifurque et va vers ce qui te tiens à cœur, fais toi plaisir, la vie est trop courte !

Merci pour ce partage qui m'a renvoyé, oufff... je ne te dis pas à combien d'années en arrière ! N'attends pas autant, ais confiance en toi et fonce, vis ta vie sans procuration !

Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Andesine


Je me dope à la douleur, je consomme et me consume
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
113 poèmes Liste
899 commentaires
Membre depuis
23 juillet 2011
Dernière connexion
10 janvier
  Publié: 25 févr 2020 à 08:04
Modifié:  25 févr 2020 à 08:05 par Andesine
Citer     Aller en bas de page

Bonjour La Brune Colombe,

Que tes ailes se déploient et que tu t'envoles loin de ce beau bordel. Que dire face à tant de désarroi, face à cette colère qui te ronge, face à cet abandon de toi ? C'est en te lisant que j'ai ressenti de la colère. Non pas envers tes mots, mais envers ce monde, cet entourage.

Je suis en colère de voir que tu subis ce monde de sourd en devenant muette à ton tour. Je le refuse. Je ne peux m'y résoudre et m'y complaire.

Cela fait maintenant plusieurs années que je t'entends, que je t'écoute, que je te lis, que j'apprécie et me délecte de chacun de tes vers et je devrais accepter qu'en dehors de cet univers poétique, ta voix s'éteigne et se perde sans écho ?

Je ne suis pas d'accord avec ça. Je refuse d'être en accord avec ça.

Je t'invite à devenir sourde des autres si eux refusent de t'entendre. Mais en aucun cas je t'invite à devenir muette, à te murer dans un silence de mort. Non tu n'es pas folle. Non, avoir une maladie ne fait pas de nous des gens fous. On souffre, on a mal, on endure, on essaie de survivre alors que rien ne nous retiens vraiment et pour couronner le tout, on garde le sourire, une véritable façade pour rassurer les autres et les épargner de nos angoisses. En quoi ont-ils le droit de nous regarder comme si nous étions des fous ?

Je ne supporte plus ces personnes qui posent un jugement sur notre façon d'être. Qui sont-ils pour se permettre tel affront ? Endurent-ils notre douleur ? Endurent-ils ce manque d'oxygène ? Cette oppression ? Cette compression de nos poumons ? Cette gorge en feu qui ne demande qu'à crier sans en avoir la putain de force ?

Je te le dis aujourd'hui, ne perd pas qui tu es. Ne perd pas ta voix. Ne perd pas face à ceux qui semblent chercher à te réduire. Ce n'est pas la fin de la partie, renais.

Si tu dois crier, alors je crierai avec toi.

Force à toi chère amie.


Mes amitiés,

  Anciennement Lapoètesse
SHElene


Il y a un phoque dans ma piscine
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
221 poèmes Liste
2039 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
14 janvier
  Publié: 25 févr 2020 à 11:15 Citer     Aller en bas de page

Je lis rarement les textes longs, le tien m'a happée!
J'adore ton coup de gueule, j'adore tes références, Brune colombe tu as des ailes pour voler bien haut!
Use encore de la rage et de l'élan de ta plume pour t'affranchir de ce ou ceux qui t'empêchent de t'envoler.

  SHElene
Jean-Baptiste Cilio Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
6722 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
20 janvier
  Publié: 27 févr 2020 à 17:34 Citer     Aller en bas de page

Douleur, fantômes, résurrection... N’obéis qu'à toi... tu le vaux bien.

Un texte manifeste et émouvant... dont un des mérites est de me faire découvrir de beaux artistes.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
269 poèmes Liste
3820 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
18 janvier
  Publié: 7 mars 2020 à 11:58
Modifié:  7 mars 2020 à 12:04 par La Brune Colombe
Citer     Aller en bas de page


Comme vous, j'ai finalement opté pour La Renaissance...j'aime l'amour courtois mais sans humanisme.. il perd à chaque instant un peu plus de son sens...

Ah ça ! Une mère casse-pied d'être aimante...! Mais je suis moi ! Je ne suis pas elle ! Le mimesis a rendu l'âme...

Bref, maintenant je vie pour moi. c'est comme ça et pas autrement. On va tenter de s'affranchir toutefois sans faire trop de dégât..


J'ai écouté les autres. D'autres m'ont écoutés. Mes proches ne veulent pas m'écouter ? Et bien tans pis - c'est dommage - mais j'avance pour moi.

Puis manifestement des gens m'aiment...On va faire avec eux du coup

A noté qu'il y aura toujours une place pour eux dans mes bagages..


"Intelligence " tu dis ? je le trouve terriblement réducteur ce terme...Vivante ? Humaine ? Vimaine ? Huvante ? on va bien réussir à se mettre d'accord

"Crier ?" mais moi j'aime pas crier..
Bon si l'occurrence se présente je te fais signe..

Merci pour vos messages et lectures



La Brune Colombe ( qui vous remercie pour l'impulsion...)

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 742
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0278] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.