Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 79
Invisible : 0
Total : 81
· Jean-Claude · ode3117
13183 membres inscrits

Montréal: 3 déc 17:10:04
Paris: 3 déc 23:10:04
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Éphémères (septembre 2020) : "New-York - Manhattan" :: 9/11 Memorial Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
1126 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
3 décembre
  Publié: 6 sept 2020 à 17:17
Modifié:  7 sept 2020 à 02:46 par AllantVers
Citer     Aller en bas de page

9/11 Memorial*

A l’emplacement même des Twin Towers pulvérisées le 11 septembre 2001, fut inauguré 10 ans plus tard le mémorial de cette tragédie historique.Lors de ma visite de ce monument, l’émotion est aussi intense que le site est grandiose, l’heure est au recueillement, à l’humilité.

Deux énormes cavités sont creusées aux endroits exacts où se situaient les fondations des anciens bâtiments, aux mêmes dimensions. La disparition laisse place à une plaie béante à ciel ouvert. Pour inhumer nos morts nous creusons la terre depuis la nuit des temps, l’image d’un charnier plane.
Le long de leurs parois s’écoule l’eau sans fin. Chaque visiteur en est la source. Les tours n'en finiront jamais de s’effondrer tant que le souvenir perdurera.
Sur les margelles de ces deux puits géants sont gravés un par un les noms de chacune des trois mille victimes, tombées ici-même, une liste dont on ne peut venir à bout.

Et la nuit… La nuit deux rayons lasers surgissent de ces trous béants comme la souffrance, et percent le ciel à l’infini. Les tours jumelles renaissent de leurs cendres pour rejoindre les étoiles.

Cette merveille d’architecture est l’oeuvre des très inspirés Michael Arad, Peter Walker et Daniel Libeskind, la trace profonde et sublime du traumatisme subi par New-York Manhattan en ce matin ensoleillé de septembre.

* Mémorial du 11 septembre.

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
Chlamys


L'incertitude est l'essence-même de l'aventure amoureuse. Oscar Wilde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
77 poèmes Liste
1486 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
15 novembre
  Publié: 7 sept 2020 à 14:53 Citer     Aller en bas de page

Loin des polémiques sur l'évènement, un texte digne qui n'oublie pas l'essentiel.
Merci Allantvers

  Vint un temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d'éclore - Anaïs Nin
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
849 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 11 sept 2020 à 02:13 Citer     Aller en bas de page

Un texte intéressant, bien construit, et loin des clichés. Ici la folie des hommes et le traumatisme qui en a découlé est suggéré plus qu'il n'est évoqué, c'est plutôt "l'après" qui transparaît, une manière pudique pour ne pas oublier l'horreur, à travers un écrit profond. Beaucoup d'émotion à la lecture... Lucie

 
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
1126 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
3 décembre
  Publié: 4 oct 2020 à 02:49 Citer     Aller en bas de page

Chlamys, Georges, Lucie, merci à tous trous.

MariePaule

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 765
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0220] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.