Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 28
Invisible : 0
Total : 29
· Gylfi
13252 membres inscrits

Montréal: 10 mai 14:53:36
Paris: 10 mai 20:53:36
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Un seul tour Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Cléo
Impossible d'afficher l'image
J'ai mis les pieds sur le paillasson du chagrin/ Et je l'ai repoussé bien loin
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
162 commentaires
Membre depuis
3 juin 2018
Dernière connexion
4 janvier 2020
  Publié: 24 mars 2019 à 04:38
Modifié:  24 mars 2019 à 05:26 par Cléo
Citer     Aller en bas de page

Matelot, tu cherches tes ilôts familiers,
Lumineux vestiges de tes courses passées.
Tu jettes une Ancre sur tes beaux souvenirs
Espérant les saisir et les faire revivre.

Fixant le gouvernail, contemplant les flots d'or
Se marier à l'autel, près du ciel en robe,
Tu songes aux joies passées, ta chasse aux trésors
Sur l'île d'Enfance, cette côte tu l'abordes !

Mais alors les Astres ont bougé leur guidon
Parcourant l'Univers, de nouveux horizons.
Le calendrier du ciel, tu le crus sans âge.
Tu jettas boussoles et outils de voyage.

Voilà un jour tu voulus de nouveaux rivages
Mais déjà le vent froid te ramenait au port :
Pas de pages neuves sur ton carnet de bord.
Trop tard ! Le Sablier s'est brisé au passage !

  La joie est la conptine de nos heures
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
248 poèmes Liste
5899 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
10 mai
  Publié: 24 mars 2019 à 04:53 Citer     Aller en bas de page

Il est de ces aventures qui tournent mal et finissent en déconfitures par toujours confortables pour l'aventurier sur le retour.

Ce ne sont pas les outils qui font l'aventurier, etc.

Beau texte, belle écriture. Je repasserai.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
339 poèmes Liste
2903 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
7 mai
  Publié: 24 mars 2019 à 06:17 Citer     Aller en bas de page

Les termes employés suffisent à nous faire voyager ! La navigation respire à pleins poumons...

Merci pour ce voyage aux péripéties


marchepascal

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
15016 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
4 mai
  Publié: 24 mars 2019 à 17:53 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Cléo,

J'ai beaucoup aimé te lire !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
3139 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
8 mai
  Publié: 25 mars 2019 à 08:52 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup les voyages et ton poème nous y emmène. C'est bien juste en réver.
Merci

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
234 poèmes Liste
16967 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
9 mai
  Publié: 25 mars 2019 à 13:00 Citer     Aller en bas de page

très plaisante lecture
bonne soiree

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
331 poèmes Liste
6007 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
10 mai
  Publié: 25 mars 2019 à 13:12 Citer     Aller en bas de page

Très beau poème, perso, je l'ai pris au second degré - tout simplement une métaphore de la vie d'un homme, rechercher l'île de son enfance s'est retrouver les éléments de base qui ont fait ce que nous devenons.

Yvon

  YD
Cléo
Impossible d'afficher l'image
J'ai mis les pieds sur le paillasson du chagrin/ Et je l'ai repoussé bien loin
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
162 commentaires
Membre depuis
3 juin 2018
Dernière connexion
4 janvier 2020
  Publié: 25 mars 2019 à 14:07
Modifié:  25 mars 2019 à 14:09 par Cléo
Citer     Aller en bas de page

Merci pour vos commentaires !
Oui Y.D, en effet, c'était mon intention. C'est bien une métaphore de la vie d'un homme. Le danger qui est pointé, c'est de rester accroché à la côte du passé toute sa vie. C'est-à-dire, ne rien faire de nouveau, une sorte de passivité, "d'ataraxie".
La leçon du matelot, c'est quand il a voulu vivre à nouveau, dans le présent, il était trop tard, la mort l'a rattrappé... d'où le " port" et le " Sablier". Il n'a pas su profiter du temps qu'on lui avait donné.

  La joie est la conptine de nos heures
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 481
Réponses: 7
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0223] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.