Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 69
Invisible : 0
Total : 71
· Jean-Claude
Équipe de gestion
· Ashimati
13222 membres inscrits

Montréal: 6 déc 06:54:02
Paris: 6 déc 12:54:02
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Malgré la nostalgie des pays voyagés Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tizen

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
105 commentaires
Membre depuis
16 mars 2009
Dernière connexion
11 août
  Publié: 13 avr 2018 à 18:18 Citer     Aller en bas de page


Mon automne à flots liés, qui es-tu sans tes fils ?
Mon ami voyageur et pour peu voyagé
À ton fer des sillons mais à tes yeux des cils
Reconnais-tu, dis-moi, ce que tu as forgé ?
C'est une oeuvre, dit-on, que de vivre sa route
Et pourtant, mon enfant, que de routes semblables
Sur le peu d'un couteau qui lui-même a ses doutes
J'avais besoin, je crois, d'un doute plus palpable
Écrivant sur nos bras ce qu'on ne vécut point
Laissant perler la vie dans son habit de bal
Et puis serrer les yeux et les poings un peu moins
Et dans ma gorge à pic, la lie d'un point final.

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
344 poèmes Liste
11085 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
23 novembre
  Publié: 14 avr 2018 à 01:51 Citer     Aller en bas de page

tu devrais faire du footing... pour rencontrer assise sur un banc une âme qui soit là en train sans le savoir de t'attendre.
à +

 
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
220 poèmes Liste
13151 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
5 décembre
  Publié: 14 avr 2018 à 04:48 Citer     Aller en bas de page

Des images, de jolies tournures ... Merci à toi

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
220 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2017
Dernière connexion
5 janvier
  Publié: 16 avr 2018 à 10:58 Citer     Aller en bas de page

Qu'il est bon de te lire... et l'émotion est toujours là... merci !

  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 16 avr 2018 à 12:42 Citer     Aller en bas de page

Et dire que j'ai failli passer à côté de et écrit...subtil, émouvant. Bref, touché...
Merci...

Riagal...


  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
304 poèmes Liste
19147 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
5 décembre
  Publié: 16 févr 2019 à 09:05 Citer     Aller en bas de page

Merci mon ami de demain le talent palpite encore

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1066
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0187] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.