Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 59
Invisible : 0
Total : 60
· Jules Vieille Cabane
13208 membres inscrits

Montréal: 24 sept 17:51:42
Paris: 24 sept 23:51:42
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Les songes d'une fleur vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Mijae'te


Jusqu'à l'amour
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
22 poèmes Liste
152 commentaires
Membre depuis
24 juillet
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 31 juil à 08:12 Citer vertical_align_bottom

Bonjour, voici mon dernier livre intitulé "Les songes d'une fleur" qui, comme un conte poétique autobiographique d'une fleur née dans ce monde hostile laisse un goût spirituel à l'existence difficile de la vie.
Je vais l'imprimer et le donner gratuitement dans la rue autour de moi
Bonne lecture!


-------------------------------------------------



Au-delà de la voie lactée et des étoiles, je ne me souviens pas. L'oracle avait prophétisé ma naissance et ma destinée sous le rude cycle des saisons. On meurt insouciant d'un nouveau-monde dans la douleur et les cris de l'être qui se connaît et veut se libérer de sa souffrance. Un rêve qui conduit l'âme à s'apaiser dans le libre court de son imagination, et qui dans la grandeur Céleste nous oublie un instant d'une redescente brutale. Bercée par le contact du vent et l'amour de mes proches, quelle infinie chance! De sentir la lumière du soleil illuminer une matinée où le monde entier semble saluer ma présence sacrée. Ancrée profondément dans mon environnement l'origine de mes racines se perd et la vie suit son court. Je respire toute la poésie de la nature et m'épanouit tranquillement sous l'astre de lumière, qui rafraîchit mon âme, plongé dans son océan de rêve éternel. Quand vient la nuit je m'aspire envoûtée par la belle lune de ses mystérieux charmes qui m'emmène avec elle dans son balai avec le soleil et ses étoiles. À l'horizon une montagne me toise et rit de mon insignifiance sacrée, moi qui rêve de parcourir toutes les dimensions du monde et qui suis vouée à ne qu'en rêver. Je sens autour de la vie me donner l'importance d'être et sa vénération me laisse dans voix exprimer toute la magnificence de ma noble nature. Je suis. Je souffre, je sens l'environnement me donner son angoisse, me montrer ma mort certaine. L'équilibre semble en péril et partout des voix avertissent que le monde va mal et que je ne pourrai rester en repos apprécier la chance de vivre aussi facilement. Je sais que quelque part un amour passé pense à moi et envie ma passivité dans son aventure trépidante. Un brin de mélancolie me prend et je loue les miracles de l'existence. Par chance, les dieux me protègent et l'espace d'un instant j'ai le privilège d'être leur porte-parole et de témoigner la pureté de la vie par ma simple et sublime présence élue de mon étoile. Je m'envole avec les oiseaux dans leurs courses contre le vent dans un semblant de liberté qui me rappelle que mon corps splendide est le reflet du Ciel, le couronnement de la Terre.
Ne jamais sous-estimer m'a apprit la vie, car la vue d'une belle fleur apaise l'univers tout entier. Mes ancêtres m'ont apprit que mon corps était l'habitacle du Dieu vivant qui imagina toutes choses. La nuit Il nous transporte dans la fantaisie géniale d'une réalité qu'on oublie. La mort aussi terrifiante soit-elle ne m'inspire plus aucune crainte, l'ennui et la folie de ce monde me rendant malade, niant l'amour sacré de l'existence. Il y a dans mes songes la découverte de chaque merveille de la vie, la vue de ces milles visages qui vivent autour de moi dans l'infini espace sans limites. Les jours passent et je ne sais plus quel âge j'ai, tant le temps me fut familier. Comme si futur, présent et passé m'était égal. Une vision d'un panorama impressionnant d'immenses forêts aux vieux arbres ancestraux me fit oublier mon orgueil et me ramena à ma petitesse. Mais je ne suis plus tout seul, et désormais j'ai l'appui de tout un univers. La maturité porte ses fruits et la magie de ma sève, je le sais, se répand et nourrit l'environnement. L'eau de vie me régalant de la parole Céleste "je n'ai besoin que d'amour".
Ce que j'aime! Lorsqu'une intime liaison me sort de ma langueur monotone partageant ma solitude éphémèrement, qui me remémore que la souffrance et le monde ne sont pas miens. Je sens ces divers êtres autour de moi dans leurs singularités étranges, comme inimaginables pour moi mais d'une vie d'échanges et d'écoute je parviens à lire dans leurs coeurs. Ainsi méditatif je perçois les vibrations alentours et me donnai pour espérance de les libérer par la foi.
Du parfum de mon corps j'attire à moi toutes les plus belles créatures existantes leur donnant mon énergie, le goût à la vie et envie du mystère de mon âme.
Tout laissait penser que le pire se préparait... Je savais que j'avais une mission importante sur Terre mais je ne me doutais pas que les évènements prendraient une telle ampleur. Mes compagnons m'informèrent qu'une gigantesque guerre allait éclater et bouleverser le monde. Tous furent en alertes et semblaient craindre le déluge. Ici et là on prenait conseil vers les anciens et les prophètes pour savoir comment faire face au danger imminent. J'envoyais des émissaires guetter un peu partout pour me tenir au courant des dernières nouvelles. On me dit que la société des hommes était devenue bizarre, qu'ils étaient barbares et sans aucune compassion. Qu'ils vivaient tranquillement comme endormis sur le dos de milliers de cadavres. Je demandai si on pouvait compter sur eux pour préserver la survie du monde, et ma taupe me fit savoir qu'ils gardaient la nature céleste de vie et qu'ils avaient peur de la mort. Je fus satisfait de savoir que oui. Les saisons se dérèglaient et les signes ne laissaient plus aucuns doutes, il se tramait quelque chose de grave. La nuit les grillons ne chantaient plus la paix, laissant les corbeaux annoncer chaque matin l'horreur de la guerre.
Les sécheresses faisaient des ravages en été et tous prirent leurs responsabilités. Les machines humaines détruisaient l'éco-système. On sentait avec les hommes un besoin de se remémorer le divin en eux et un désir d'union au vivant. On prit le pari d'être à leurs côtés et de les inclure parmi nous. Nous voyions tous les êtres comme des étoiles tombées du Ciel formant notre planète, un cosmos à elle toute seule.
Pacifiste de nature, je décidai d'aider les âmes partout à retrouver leurs natures véritables pour l'harmonie des éléments. Mais les morts s'enchaînaient et tout semblait perdu.
Puis d'un même élan, poumon de la terre, nous nous unîmes en esprit pour amener au monde une vague de paix par bénédiction rassurer tous sur la nature de la vie et du vivant. Sûrs de nous et l'âme légère quoi qu'il advienne tout étant avec nous et sâchant que Dieu opérait nous étions prêts à la catastrophe. Je sentis parfois des hommes se recueillir vers nous autres et me dit que tout n'était pas fini. On entendait presque geindre les lamentations des torturés courir dans le vent sourd qui s'élevait. J'imaginais déjà la douleur de ces pauvres damnés qui n'auront pas la chance de vieillir tranquillement. Quelle tristesse pour mon coeur fragile de voir un enfer quand la Terre donnée nourrit en son sein un Paradis véritable. Je me donnai aussi de mon être entier à la survie de l'entente et de la joliesse du monde.
Mais l'ombre de la mort approchait vers moi aussi sûrement que je suis né. Un cauchemar me fit entendre que l'heure était proche pour moi de quitter les plaisirs de la Terre et de m'envoler au-delà des étoiles. Une vie entière et un univers pour moi qui laisse indifférent le monde. Je suis la lumière anonyme des temps immémoriaux qui désirait la poursuite du soleil et qui s'étend partout. Une brève seconde vaste de peines ou allégresses vivantes de retrouvailles éternelles qui me firent aimer la vie. Comme un rêve que l'amour rend vivant. Naître était une chance. Le danger arrive et si j'ai peur je suis dans la confiance aveugle à la mort et en le Créateur Tout-Puissant que je vais enfin pouvoir voir dans Sa superbe et séjourner dans Son imagination féerique d'un Ciel infini vivant lumineux le sacre de Sa sainteté, paradisiaque. Je songe déjà à tous les bonheurs des mondes et enfants des étoiles. Je suis le fruit de la Terre et la beauté trèfle unique des constellations. Je suis la vie. Je suis une fleur pour toujours.




  Pour tous les jeunes de l'univers, ce message universel, pour tous ceux qui ont dans leurs yeux quelque chose d'horizon perdu, car l'amour est plus fort, pour tous les jeunes de l'univers, ce message universel, peace and love 4 ever
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
767 poèmes Liste
16326 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 31 juil à 09:07 Citer vertical_align_bottom



Sublime...
Merci pour ce partage.
Amicalement
Galatea



  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 254
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0222] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.