Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 167
Invisible : 0
Total : 169
· Filiquier
Équipe de gestion
· Catwoman
13494 membres inscrits

Montréal: 23 oct 04:27:50
Paris: 23 oct 10:27:50
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: La Faille de nos silences... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 10 juil 2020 à 18:57
Modifié:  11 juil 2020 à 02:49 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page



A contre-jour, sur le bord d’un ravin, se dresse une chapelle rouillée.
C’est mon corps, c’est mon cœur disloqués où nul n’ira prier, ils n’ont rien à offrir, amputés, évidés, érodés.
Muets.

Intouchables, redoutés, repliés en origamis,
délestés du « joli ».
Dépouillés.

Blancs, aussi blancs que ces bouts de papiers déchirés, emportés par le vent.
Petits bateaux d’enfants.

Mon autel, mon ciboire, ma nef, mon transept ?
Un squelette élégant, un vitrail opaque.
Prier qui, prier quoi ? Le sens en est troublé.


Je n’ai d’yeux que pour vous et les actes manqués dont je suis hérissé.

Rien ne bouge, rien ne s’offre, il me faut l’arracher avec mes canines, avec ces doigts osseux, et ces mains étirées, et ces mains éthérées qui ne retiennent plus le sel de l’existence, le sable compact des plages fouettées par la tempête, la pluie chantante en « Barbara » sur les herbages en vagues libres.

Le bruit le plus beau du monde en mes cils abaissés sur un unique baiser.
La floraison d’un univers.


L’assassin assassine. Les meilleures intentions aussi quand un téléphone sonne le glas dans ma chapelle rouillée où les gisants gisent.

Il a suffi d’un « bang ». Un léger sifflement et une poignée de plombs aussi rouillés que ma chapelle.

Le ciel en était tout retourné.
Une cicatrice en lacérait la trame.
L’éther labouré par des sillons de cochenille,
une avalanche de cerises noires sur les bulbes d’or des soleils d’hiver.

La force de l’impact m’a laissé intact - du moins y ai-je cru.

On ne meurt pas qu’une fois.
On ne vit pas qu’une fois.
Une foi ardente tente de s’élancer dans la vallée des morts.

La pourpre sur mon épaule ne s’est pas effacée quand un toucher étranger en a effleuré l’étoffe.
Qu’elle habille gaiement ma chapelle rouillée qui se dresse au bord du ravin.

Bancale. Eternelle.

Qui donc est responsable de ce qui se prolonge ?
Les vies dans une Vie ?
Elles ne se célèbrent qu’en bonne compagnie.
Dans le feu de l’action, c’est une drogue dure, une accélération, une lacération d’ivresses.


Toujours plus loin, plus haut, négligeant les obstacles, fonçant sur une route d’ombres et de luxe, feux éteints.

Grisante est la vitesse, illusoire est la perte. Illusoire est le sentiment que rien ne s’est passé.

« I want to be alone », murmure Garbo dans le creux d’airain des revenants de ma crypte à claire-voie où les gisants levés conversent à voix voilée.

Corps des âmes dans les silences dont je suis le gardien et l’abri, la lance brandie sur l’intrusion des clameurs barbares.

Faille dans la foule curieuse et dérangeante.
Faille refermée au choeur de la chapelle rouillée que je suis à présent.
Faille des paroles englouties, de leurs vaines promesses, des bavardes chimères.

Parole revenue, parole réveillée que personne n'entend, que personne ne perçoit.

Le langage singulier, la Faille de nos Silences sur tout ce qui ravine, sur tout ce qui dérange sans un balbutiement...






Riagal - Le 11/07/2020 -


- I want to be alone : Je veux être seul(e) (phrase célèbre de G. Garbo, quand elle décida de quitter le "monde" et le cinéma pour toujours).

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
1163 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
5 août
  Publié: 11 juil 2020 à 06:53
Modifié:  11 juil 2020 à 06:54 par Jacques-Marie JAHEL
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Riagal,

Votre église rouillée ne serait-elle pas celle de la Portioncule ? où François d'Assise aimait à se ressourcer dans la prière et le dépouillement, plongeant au coeur des noires failles de ses turpitudes anciennes.
Une forte introspection qui prête à la réflexion et à la méditation.

Amitiés.
JMJ

 
Franck

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
331 commentaires
Membre depuis
19 mars 2019
Dernière connexion
8 mars
  Publié: 11 juil 2020 à 12:52 Citer     Aller en bas de page

Bonjour RiagalenArtem,

Ton texte, de par sa réflexion, sa densité et sa richesse poétique, me pousse à te dire que tes mots ne se lisent pas, non ! ils s’écoutent, tout simplement, un peu à la manière des livres-disques de Léo Ferré en son temps, je pense à « Et…basta ! »…Ect. Bon ce n’est qu’un avis bien personnel sur l’agréable impression que ton texte m’a procuré. Bravo à toi pour cette intense et belle composition.

Amitiés – Franck















 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
751 poèmes Liste
15972 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 12 juil 2020 à 01:16 Citer     Aller en bas de page



Tenir toujours le four " invisible" semble to commandement primaire...


"Je n’ai d’yeux que pour vous et les actes manqués dont je suis hérissé."

...et pourtant, je crois, ton esprit, ton corps demandent de les voir et le faire vivre. En plein.

Je t' embrasse, fort.
Lilia


  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 12 juil 2020 à 11:12
Modifié:  12 juil 2020 à 13:05 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Jacques-Marie JAHEL
Bonjour Riagal,

Votre église rouillée ne serait-elle pas celle de la Portioncule ? où François d'Assise aimait à se ressourcer dans la prière et le dépouillement, plongeant au coeur des noires failles de ses turpitudes anciennes.
Une forte introspection qui prête à la réflexion et à la méditation.

Amitiés.
JMJ


Bonjour Jacques-Marie, merci pour avoir osé donné une "idée", elle sera toujours la bienvenue surtout sur cette Faille sismique dont la lecture peut laisser songeur.
Mais la Chapelle rouillée est imaginaire et réelle à la fois. Elle se situe entre-deux-mondes. Loin du Poritioncule d'Ombrie de St François et de ses marbres et de ses ornements.
Mais la foi y règne hors toutes religions.
Ainsi le rapprochement avec celui qui parlait aux oiseaux se justifie. Il a trouvé la voie après un cheminement de doutes...et chanceux, l'a trouvée.
(ps : A propos, "St François le Crucifié" de Pierre Marthelot est un excellent ouvrage qui ouvre bien des portes...je vous en recommande la lecture).
Amités...

[citation=Franck]Bonjour RiagalenArtem,

Ton texte, de par sa réflexion, sa densité et sa richesse poétique, me pousse à te dire que tes mots ne se lisent pas, non ! ils s’écoutent, tout simplement, un peu à la manière des livres-disques de Léo Ferré en son temps, je pense à « Et…basta ! »…Ect. Bon ce n’est qu’un avis bien personnel sur l’agréable impression que ton texte m’a procuré. Bravo à toi pour cette intense et belle composition.

Amitiés – Franck

Un grand merci, Franck. C'est un beau compliment...pour ce texte "hors case".

Parler dans sa tête est une autre vision des silences. La tonalité prend toutes ses formes pour aller plus loin que les mots dits (maudits ?). Et cette musique intérieure ne me quitte pas, c'est un sillage...même si je n'en ai pas conscience. Comme un dédoublement nécessaire...mais c'est une autre histoire...

Amitiés...
Riagal ou Riaga (c'est plus court^^)...


  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 12 juil 2020 à 11:36 Citer     Aller en bas de page

Citation de Galatea belga


Tenir toujours le four " invisible" semble to commandement primaire...


"Je n’ai d’yeux que pour vous et les actes manqués dont je suis hérissé."

...et pourtant, je crois, ton esprit, ton corps demandent de les voir et le faire vivre. En plein.

Je t' embrasse, fort.
Lilia



La fameuse forge, oui...ma Lilia. Tu me connais bien. Je n'expliquerai pas plus avant...cela "chaufferai" trop".
La rouille n'est pas qu'usure. La Chapelle bien plus qu'un cénotaphe. Une sculpture d'âmes toujours en marche. Un hymne à la Vie...et à l'amor. Les deux se rejoignent et bousculent. Une chute pour mieux rebondir...une limpidité dans la complexité. Autant de facettes qui foudroient ou apaisent. Rien n'est joué...

Kisses and hugs...

(et sorry ms je ne suis pas doué pour les réponses, je serai plutôt du côté du "pourquoi"...; -)).


  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
346 poèmes Liste
2936 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 15 juil 2020 à 01:41 Citer     Aller en bas de page

Moi je plonge dans une toile de repos du guerrier genre guerre 1870 ( en france ) avec le visage fatigué de tant de batailles, de tant de temps à attendre une fin inéluctable... et je regarde autour de moi ce monde aux couleurs criardes, aux silences immergés...
Je vois des maux inaltérables, des incommensurables souffrances à regarder, dans l'incapacité à pouvoir changer la destinée de l'homme...
Souffrance ! Souffrance ! M'entends-tu-n'auras pas mon âme !!!

Adieu vie de misère, je retourne à ma maison en fier soldat que je suis "éternel"

marchepascal entre les deux mondes aux évolutions ( sans cesse...)


Génial Riaga (Fabuleuse épopée).

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Myo


Le bonheur se trouve comme un myosotis, tout petit, tout gentil dans un coin de la vie...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
250 poèmes Liste
4300 commentaires
Membre depuis
14 juin 2004
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 15 juil 2020 à 14:33 Citer     Aller en bas de page

La faille de nos silences ... et cette peur du vide qui nous transperce ...
Une chapelle rouillée par le sel des embruns d'un océan déchaîné contre lequel elle a du faire front.
Et pourtant, à l'abri de ces quatre petits murs sans prétention se cache le mystère...
Le mystère du silence ... écoute ...il chante ...

Myo

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 3 août 2020 à 04:29
Modifié:  3 août 2020 à 04:30 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

@ Marché, cher cavalier, continue de défier avec cette dynamique sans cesse en évolutions et révolutions. Non, "elle" n'aura pas le dernier mot !
@ Myo : je l'ai entendu, oui, il chante….dans son abri, porteur de tant de choses.
Merci à tous deux pour ce scintillement sous nos lignes qui se croisent pour le meilleur.
Je vous embrasse…
Riiaga...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Morteüs


Que des roses fleurissent sur vôtre croix...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
197 commentaires
Membre depuis
12 juillet
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 13 août à 11:21 Citer     Aller en bas de page

Bonjour RiagalenArtem, prier est une chose compliqué n'est-il pas, d'autant plus que l'infini peut faire peur
et peut même être assimilé au néant...

  Que des roses fleurissent sur vôtre croix...
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 27 août à 07:21
Modifié:  27 août à 07:22 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Morteüs
Bonjour RiagalenArtem, prier est une chose compliqué n'est-il pas, d'autant plus que l'infini peut faire peur
et peut même être assimilé au néant...


Merci de ce passage et de ce com', Morteüs. Prier ? Quelle en est la signification ? Prier qui, prier quoi quand on en arrive au "point de non-retour". Cela en réconforte certains, et puis, c'est une chose qui tient de l'intime.
L'infini ne me fait pas peur. Et puis, qu'est-ce que l'Infini ? Le Néant ? Pas plus. Le Néant est le contenant de mille et une choses. Et puis, pourquoi expliquer plus avant...tout est dans le texte, les réponses en rebonds.
Je ne suis pas vraiment "présent", suis-je pour autant "annihilé" ?
Que d'obsessions qui donnent le vertige...

Cordialement "dévasté"...(chut(e) !...)
Riagal...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1080
Réponses: 10
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0413] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.