Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 36
Invisible : 0
Total : 36
13208 membres inscrits

Montréal: 24 sept 19:10:07
Paris: 25 sept 01:10:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: La dernière page. vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Estéhesse
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
65 commentaires
Membre depuis
4 juillet 2021
Dernière connexion
5 septembre
  Publié: 18 juin à 05:41
Modifié:  19 juin à 01:07 par Catwoman
Citer vertical_align_bottom

J’égrène une à une, les perles de mes doigts.
Mes yeux pointent le ciel, mais je n’ai plus la foi.
J’ai pleuré, implorer à en perdre la voix,
Mais rien ne peut conjurer le sort de ton choix.

Je suis donc en pénitence, pour une offense,
Celle de t’avoir rappelé mon existence.
C’est ainsi, que sans plus aucune résistance,
J’avance sans la volonté, vers la potence.

La colère, voudrait tant, que je te renie,
La vengeance, souhaite que tu sois puni,
L’orgueil, imposerait volontiers le mépris,
Mais l’Amour, me dicte de te dire, merci.

 
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
686 poèmes Liste
27969 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 19 juin à 09:21 Citer vertical_align_bottom

Ne dis pas trop vite merci, il te faut bien réfléchir, l'amour n'est pas infaillible, parfois il nous dicte ce que l'on doit faire, à tort ou à raison, là est la surprise.
Un tendre écrit quand même
Bien amicalement ODE

  OM
Estéhesse
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
65 commentaires
Membre depuis
4 juillet 2021
Dernière connexion
5 septembre
  Publié: 19 juin à 11:31
Modifié:  19 juin à 11:46 par Estéhesse
Citer vertical_align_bottom

Ode,
Ce poème est une simple fiction…

Toute relation amoureuse a pour vocation de finir,
ne serait-ce que par la disparition de l’un,
qui prendrait le chemin de là, d’où l’on ne revient pas.

Comment ne pas dire merci ?

Après tout les sacrifices, et les prouesses que la dame me donne,
pour mon bon plaisir d’apprécié l’état de vivre en amour.
Après tout les compromis, au détriment de ses propres envies,
après avoir subit mille et un tourments du quotidien.
Comment ne pas dire merci ?

L’amour est un redoutable ego-phage, il prête le bonheur pour un temps,
et en réclame les intérêts au prix le plus fort.
Lorsque dans un couple il n’y a plus assez de crédit,
il saisie en contrepartie de son dû, une grande part de nous.

Imputé à l’autre le fléau de l’amour,
c’est n’avoir rien compris a la sincérité éphémère de nos plus nobles sentiments.

Et si le cœur a ses raisons que la raison ignore,
L’amour lui, ignore la raison et donc ne peut jamais avoir tort.

Quand une relation se fini,
pour moi le plus simple et le plus juste,
est simplement de dire merci.

Quant àvous Ode,
pour m’avoir lu et écrit,
permettez-moi, de vous dire aussi,

Merci.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 198
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0181] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.