Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 34
Invisible : 0
Total : 35
· titouan35
13377 membres inscrits

Montréal: 22 jan 12:58:04
Paris: 22 jan 18:58:04
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: La trace Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 :: Répondre
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
888 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
18 janvier
  Publié: 3 juin 2020 à 08:35
Modifié:  29 sept 2021 à 05:54 par Lucie Granville
Citer     Aller en bas de page

La trace *


Au dos de ma main est greffé,
Comme sur un tissu râpé,
Un morceau de peau prélevé,
Soigneusement raccommodé.

Un carré funeste et cruel
Qui, depuis longtemps me rappelle,
Tous les stigmates de souffrance
Des sombres heures de l’enfance.

Des douleurs brèves par moment
Éveillent, comme un souffle ardent,
Les braises vives d’un passé
Que je m’efforce d’étouffer.

Cette cicatrice brûlante
Torture ancienne et si présente
Ressuscite des souvenirs
Qui se refusent à mourir.

Comme une empreinte indélébile
Des traces laissées par les fils,
Surgit la trame d’une histoire
Tapie au fond de ma mémoire.

Un jour quelques mots bouleversants
Murmurés par mon jeune enfant
Me firent, un instant, oublier
Cette marque infâme gravée.

Et mon cœur soudain chavira
Quand, tendrement, il déclara :
« Elle est si belle ta main maman !
On dirait un tableau vivant… »


Lucie Granville

Tous droits réservés


* Ce poème fait référence à des évènements d'une enfance torturée.


 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
19221 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 3 juin 2020 à 11:10 Citer     Aller en bas de page

Tableau vivant quelle belle image pour de terribles souvenirs.
Notre vie est la somme de bonheurs mais aussi de souffrances ...

très touchée par ce texte

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
237 poèmes Liste
17282 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
22 janvier
  Publié: 3 juin 2020 à 12:43 Citer     Aller en bas de page

émouvante lecture

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
1142 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
22 janvier
  Publié: 3 juin 2020 à 16:19 Citer     Aller en bas de page

Une souvenir aussi brûlant que cette trace sur la main
(l'écriture est toujours aussi parfaite, pure, limpide, impeccable)



MariePaule

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
monthery
Impossible d'afficher l'image
… la sottise de s’imposer d’autre gêne que celle de plaire, ou d’intéresser, en vers. (Beaumarchais)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
503 commentaires
Membre depuis
9 décembre 2019
Dernière connexion
20 janvier
  Publié: 3 juin 2020 à 23:50 Citer     Aller en bas de page

C'est beau à couper le souffle et si brûlant de vérité!

m.

 
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
446 poèmes Liste
5095 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
1er janvier
  Publié: 4 juin 2020 à 01:22
Modifié:  4 juin 2020 à 01:22 par Pichardin
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Lucie,
on essaye d'apprendre à vivre avec ses blessures d'enfance qu'elles soient physiques ou morales.
Très beau poème.
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
888 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
18 janvier
  Publié: 4 juin 2020 à 03:24 Citer     Aller en bas de page

- Merci Vinie d'avoir été touchée par ce texte... Ces mots sortis de la bouche de mon fils avec tant de spontanéité et d'amour ont effacé en partie la vision que j'avais de cette "blessure", visible et invisible à la fois. Amicalement, Lucie

- Merci Mido, toujours fidèle sur mes lignes ... Amicalement, Lucie

- Merci Marie-Paule pour tes gentils mots, souvenir "brûlant", c'est exactement ça, à double sens... Amicalement, Lucie

- Merci Monthery pour ce gentil commentaire sur un texte très intimiste. Amicalement, Lucie

- Merci Pichardin pour ce commentaire bienveillant, oui, on essaie de vivre avec les blessures de son enfance, ici physiques et morales à la fois... Amicalement, Lucie

 
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
791 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
11 janvier
  Publié: 4 juin 2020 à 03:24 Citer     Aller en bas de page

Bonjour
Quelle beauté dans cette souffrance. Un poéme qui me parle. On fait avec mais on n'oublie jamais cicatrises visibles ou non.
J'ai aimé

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
888 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
18 janvier
  Publié: 4 juin 2020 à 03:27
Modifié:  9 juin 2020 à 07:38 par Lucie Granville
Citer     Aller en bas de page

Merci PapillonMystere pour ce gentil commentaire, on essaie de masquer, mais on n'oublie jamais, c'est vrai. Les cicatrices visibles cachent souvent d'autres blessures plus profondes et invisibles... Amicalement, Lucie

 
SHElene


Il y a un phoque dans ma piscine
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
221 poèmes Liste
2039 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
14 janvier
  Publié: 4 juin 2020 à 04:59 Citer     Aller en bas de page

Parfois ce sont les enfants qui nous sourient pour appaiser nos ceurs qui crient... Ils ont tant à donner!
Partage d'émotions Lucie, merci à toi

  SHElene
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
888 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
18 janvier
  Publié: 4 juin 2020 à 10:14
Modifié:  9 juin 2020 à 07:38 par Lucie Granville
Citer     Aller en bas de page

Merci SHElene pour tes gentils mots, c'est vrai, les enfants peuvent aussi apaiser nos peines. Et cette image de "tableau vivant" était tellement parlante... Très amicalement, Lucie

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
243 poèmes Liste
3029 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
30 octobre 2021
  Publié: 4 juin 2020 à 14:59 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Lucie

Outre le poème assez explicite qui nous permettrai de dessiner ta main, le plus beau tableau à mes yeux, est celui de cet enfant et sa maman !

Cet enfant plein d'amour, qui par ses mots te fait comprendre qu'à travers cette "trace", il voit un beau " tableau vivant "... sa façon à lui d'essayer de panser une blessure et t'en demander, si ce n'est l'oubli, le fait qu'elle te fasse moins mal moralement..

Malgré "la cicatrice" la page doit se tourner (même si difficile) et regarder dans le sens qu'il t'indique, le sien avec son petit cœur tout plein rempli d'amour pour toi ! Cette main qui a été malmenée, a su lui apporter des caresses, de la tendresse et pour lui,c'est une main de maman aimante et qu'il aime lui aussi telle qu'elle est.

Merci Lucie pour ce partage émouvant.



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
888 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
18 janvier
  Publié: 5 juin 2020 à 03:30
Modifié:  2 oct 2021 à 11:35 par Lucie Granville
Citer     Aller en bas de page

- Merci Mawringhe pour ton beau commentaire plein de sensibilité et si touchant... J'ai eu les larmes aux yeux en le lisant (quand mon fils a parlé de "tableau vivant aussi", mais chut...). Quelques mots d'un enfant prononcés en toute innocence et avec émerveillement peuvent parfois changer notre vision. Les blessures profondes demeurent, mais cette trace me semble moins visible depuis... Très amicalement, Lucie

- Merci Georges pour ton commentaire sensible, tes mots me touchent... Une trace à peine visible pour ceux qui m'aiment, et qui cachent des traumatismes beaucoup plus profonds, c'est exactement ça... Lucie

 
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
621 poèmes Liste
26761 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
22 janvier
  Publié: 5 juin 2020 à 04:08 Citer     Aller en bas de page

Combien d'enfance maltraitée, tu as su par ce profond poème décrire toute cette souffrance qu'un enfant doit continuer à subir moralement toute sa vie.
Heureusement que la présence de ton petit t'apporte un soulagement et une présence pleine d'amour.
" Malheur à celui qui blesse un enfant" chanson d'Enrico Macias.
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
888 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
18 janvier
  Publié: 5 juin 2020 à 12:22
Modifié:  2 oct 2021 à 11:36 par Lucie Granville
Citer     Aller en bas de page

- Merci Adria pour vos mots bienveillants. Vous avez raison, cette petite phrase innocente de mon fils a eu un effet incroyable... Amicalement, Lucie

- Merci petite cigogne pour ton gentil commentaire. Les blessures de l'enfance ne se referment jamais complètement, c'est vrai... Amicalement, Lucie

 
Flora Lynn


Aspirer à la clarté du jour à naître, Tendre vers la beauté absolue en l'être
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
98 poèmes Liste
2009 commentaires
Membre depuis
10 février 2017
Dernière connexion
15 novembre 2021
  Publié: 6 juin 2020 à 17:07 Citer     Aller en bas de page

Lucie,
Un poème douloureux qui retrace un vécu difficile semblant être de moins en moins supportable au fur et à mesure de l'avancée du poème.Mais heureusement, tout s'éclaire dans les deux dernières strophes, tout particulièrement dans les deux derniers vers où votre fils tel un soleil qui vient dissiper les nuages, prononcent ces paroles magiques dont les enfants ont seuls le secret car ils ont une autre vision des choses que nous et ils nous éblouissent toujours par ce regard surprenant qu'ils posent sur la réalité.Désormais un souvenir heureux vient effacer les mauvais souvenirs auxquels votre main était reliée et c'est lui le plus important car il se rattache à l'affection que votre fils vous porte et ainsi on peut dire que le bien est plus fort que le mal.
Amitiés sincères

  Flora Lynn
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
888 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
18 janvier
  Publié: 7 juin 2020 à 06:18
Modifié:  9 juin 2020 à 07:39 par Lucie Granville
Citer     Aller en bas de page

Merci Flora Lynn, vous avez une fois de plus saisi le sens de mon poème, avec cette sensibilité qui vous caractérise. Le regard de mon fils a changé le mien sur cette "trace" qui cache des blessures profondes, ses mots ont eu un effet tellement apaisant....Amicalement, Lucie

 
marchepascal


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
352 poèmes Liste
2983 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
20 janvier
  Publié: 7 juin 2020 à 10:23 Citer     Aller en bas de page

Une lecture qui marque, laisse des traces, s'enchaînent les indications, les marqueurs...
Et la fin en beauté, rappelant la belle poésie...

Merci Lucie, que cela extirpe le mal vécu...


Bravo


marchepascal

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Filiquier
Impossible d'afficher l'image
Que vois-tu encore dans le sombre recul abyssal du temps ? Shakespeare, La Tempête
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
69 poèmes Liste
509 commentaires
Membre depuis
3 octobre 2019
Dernière connexion
17 janvier
  Publié: 7 juin 2020 à 11:28 Citer     Aller en bas de page

Il est beau ton poème, Lucie. Il chante doucement la résilience.

[i][/" Sept épées de mélancolie
i]Sont dans mon cœur ô noir morfil
Veut raisonner pour mon malheur
Comment voulez-vous que j'oublie"
Guillaume Apollinaire

Sept épées comme sept quatrains. Mais la parole d'un enfant souffle sur la douleur pour l'effacer. Belle inversion de ce que
font les adultes sur les genoux d'un enfant qui vient de tomber.
Tout cela est délicat et émouvant.
Filiquier





  TF
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
888 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
18 janvier
  Publié: 7 juin 2020 à 12:26
Modifié:  8 juin 2020 à 02:22 par Lucie Granville
Citer     Aller en bas de page

- Merci errant pour ce gentil commentaire. L'amour de mon fils, ses mots prononcés avec émerveillement, m'ont sans doute aidée à apprivoiser cette vilaine cicatrice, et ont atténué les blessures qu'elle cache. Amicalement, Lucie.

- Merci Marchepascal pour ce commentaire plein d'émotion. Écrire ces mots m'a fait prendre du recul sur ce passé, et j'ai la chance d'être actuellement entourée d'amour, je savoure donc la vie avec bonheur, une belle revanche... Amicalement, Lucie.

- Merci Filiquier pour ce beau commentaire et ces quelques vers d'Apollinaire qui trouvent un écho chez moi... Tu as raison, les rôles se sont inversés quelques minutes, c'est mon fils qui a su trouver les mots pour "souffler" sur cette cicatrice, et j'ai trouvé cette image de "tableau vivant" tellement étonnante dans la bouche d'un enfant... Les blessures profondes ne s'oublieront pas, mais j'ai la chance d'être en vie et heureuse (quand tant d'autres ont sombré) et l'amour à tous les niveaux a fait des miracles... Amicalement, Lucie.

 
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
117 poèmes Liste
2030 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
18 janvier
  Publié: 9 juin 2020 à 04:47 Citer     Aller en bas de page

J'ai apprécié ce témoignage sur cette cicatrice qui sous les yeux d'un enfant devient une oeuvre vivante.
Amicalement

  Critiques acceptées
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1167
Réponses: 25
Réponses uniques: 16
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0522] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.