Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 322
Invisible : 0
Total : 323
· zouzou31
13388 membres inscrits

Montréal: 7 déc 13:20:25
Paris: 7 déc 19:20:25
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Agnus Dei, miserere nobis... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
HH


Pour ceux qui se battent, la vie à une saveur que ceux qui se protègent ne gouterons jamais...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
902 commentaires
Membre depuis
30 septembre 2009
Dernière connexion
26 juillet
  Publié: 4 déc 2020 à 18:55
Modifié:  5 déc 2020 à 19:21 par HH
Citer     Aller en bas de page

Ils sont venus un jour de pluie,
Sans rien demander, apportant l’ennui.
Succombant à cette langueur morbide,
Celle que Dieu insuffle dans les profondeurs du vide.

J’y ai pris les chemins solitaires,
Ceux-là mêmes qui nous ramènent à la terre.
J’y ai vu cette vie qui s’ouvre sur les portes de l’enfer,
Celle qui s’ouvre sur son Ministère.

Toi qui te veux le sauveur de l’humanité,
Toi qui juges l’homme en toute impunité.
Du haut de ta croix contemple cette misère.
Celle que tu instaures d’un flot de prières.

Priez donc votre Dieu il sera fier de vous,
Au moment même où vous tomberez au fond du trou.
Dieu et Lucifer se régaleront à la table d'Armageddon
Alors que l'humanité continuera d'avancer comme un mouton.

L'anarchie restera l'antithèse de la dictature,
Au sommet d'un mont perdu rempli de ratures.
Mon âme s’envole sur les ailes d’un temps passé
Une fin solennelle pour une vie d’oppressé…

Satan est bien vivant et Dieu est un loser
J'irai me faire justice d’une religion mensongère.
Le jour du jugement dernier,
Je serai dans les premiers…

Rédigé durant le nuit du 04 au 05 décembre 2020 en écoutant Trust – ni Dieu, ni Maître


Rédigé durant le nuit du 04 au 05 décembre 2020 en écoutant Trust – ni Dieu, ni Maître

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
66 poèmes Liste
6315 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 5 déc 2020 à 00:07 Citer     Aller en bas de page

Bonjour HH

En faire encore enfer toujours
In God we don’t trust
Oh viens douce Lucie faire un bon feu dans la cheminée, on va faire ripaille Dieu et Satan sont déjà à table ils trinquent à notre fin toute proche!
Ni dieu ni maître : j’adhère et rajoute il faut rendre aux dieux tout ce qui fut odieux
Amicalement

  Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
302 poèmes Liste
15614 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 5 déc 2020 à 15:45 Citer     Aller en bas de page

Citation de HH


Mon âme s’envole sur les ailes d’un temps passé
Une fin solennelle pour une vie d’oppressé…




un texte dur , mais un petit moment de lecture que j'ai aimé et cité plus haut...Je respecte ta vision des choses mais juste te dire que si je n'avais pu me raccrocher à ma foi après le départ de l'amour de ma vie, je ne serais pas en train de te répondre...Alex

 
Lykan

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
1597 commentaires
Membre depuis
22 décembre 2008
Dernière connexion
18 mai
  Publié: 5 déc 2020 à 17:31 Citer     Aller en bas de page

J'ai aussi écrit sous l'inspiration de musiques "énervées" alors je pense comprendre cette impulsion, cette rage, cette révolte.
Les musiques nous amènent sur d'autres champs vibratoires et ce poème est en bien des points intéressant.

Une chose de sûre : s'il y a un Après, n'allez pas imaginer qu'une seule des multiples religions ayant cours sur notre planète soit la bonne.
S'il y a une "entité", une conscience omnisciente et collective, elle ne porte le nom d'aucun de nos dieux.
Et s'il y a une survivance de l'âme, je crois qu'elle sera son propre juge, le plus intègre qui soit.

Patience.
Le jour viendra où nous saurons.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 339
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0198] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.