Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 113
Invisible : 0
Total : 115
· Jean-Claude · ode3117
13183 membres inscrits

Montréal: 3 déc 16:58:00
Paris: 3 déc 22:58:00
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: J'entends encore sonner le glas (repost) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
1126 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
3 décembre
  Publié: 31 déc 2019 à 16:59 Citer     Aller en bas de page

J’entends encore sonner le glas


Dernière.

Récidive de vie
Corps à corps et perdue
Je veux croire au sursis.

Dernière.

Silencieuse promesse
A nos yeux suspendue
D’éternelle tendresse.

Dernière.

Mesure de ton coeur
Sur la portée tendue
De mes bras qui te pleurent.

Dernière.

Eau-forte d’un baiser
Lèvres de gel mordues
Au futur épuisé.

Dernière.

Marche syncope au seuil
De la terre fendue
Où me soumet le deuil.




A Pascal A. (17.03.1959 - 01.01.1990)

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
849 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 1er jan 2020 à 06:26 Citer     Aller en bas de page

Chère Marie-Paule, une poésie poignante, à l'atmosphère pesante malgré l'écriture délicate, dans laquelle résonne le glas, marqué par la répétition de "dernière", comme un long cri de douleur qui fait écho à la disparition de cet être cher. Son absence semble si présente qu'elle fige et glace l'ensemble, comme si le temps s'était arrêté... Tant de beauté dans autant de tristesse... Magnifique... Beaucoup d'émotion à la lecture de ta poésie Marie-Paule... A bientôt, Lucie...

 
Chlamys


L'incertitude est l'essence-même de l'aventure amoureuse. Oscar Wilde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
77 poèmes Liste
1486 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
15 novembre
  Publié: 1er jan 2020 à 11:31 Citer     Aller en bas de page

Une poésie qui résonne fort pour moi.
Merci.

  Vint un temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d'éclore - Anaïs Nin
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
220 poèmes Liste
13149 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
3 décembre
  Publié: 1er jan 2020 à 12:08 Citer     Aller en bas de page

Tes mots n'ont pas leur pareil pour dire la vie fauchée en pleine jeunesse...

Merci à toi Allantvers pour cette lecture partagée !

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
1126 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
3 décembre
  Publié: 4 jan 2020 à 02:19 Citer     Aller en bas de page

Citation de Lucie Granville
Chère Marie-Paule, une poésie poignante, à l'atmosphère pesante malgré l'écriture délicate, dans laquelle résonne le glas, marqué par la répétition de "dernière", comme un long cri de douleur qui fait écho à la disparition de cet être cher. Son absence semble si présente qu'elle fige et glace l'ensemble, comme si le temps s'était arrêté... Tant de beauté dans autant de tristesse... Magnifique... Beaucoup d'émotion à la lecture de ta poésie Marie-Paule... A bientôt, Lucie...


Oui le temps s'est arrêté ce jour-là, tu ne crois pas si bien dire.
Merci pour ton appréciation, toujours si sensible.
A bientôt.


Citation de Chlamys
Une poésie qui résonne fort pour moi.
Merci.


Merci à toi d'être venue partager ton ressenti.


Citation de Maschoune
Tes mots n'ont pas leur pareil pour dire la vie fauchée en pleine jeunesse...

Merci à toi Allantvers pour cette lecture partagée !



Merci Maschoune, les tiens me font plaisir.


Citation de Tychilios
Superbe…chaque tercet résonne comme la note sombre d’un tocsin et pourtant ce texte est une promesse de résurrection. Prends soin de toi Marie-Paule, je te souhaite une heureuse année, Georges.



La résurrection... oui, dans mon coeur.
Merci pour ton attention et tes mots, très sincèrement.
Pace e salute !

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
Argynne Aphrodite


Lorsqu'il est déjà bien trop tard pour dormir te kidnappe l'inspiration poétique. _Argynne
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
0 poèmes Liste
842 commentaires
Membre depuis
7 août 2019
Dernière connexion
15 novembre
  Publié: 12 jan 2020 à 03:28 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup ! Le rythme, comme saccadé peint le glas de l inevitable et rend fort palpable la sensation du temps qu il reste, en sursis. De plus je trouve les vers très beaux.

Que donnerait un poème similaire sur le thème de l l'urgence à vivre, des choses à se hater de faire, écrit par vous ???

Poetiquement vôtre, Argynne Aphrodite

  Y A T'IL UN PASSAGE QUI VOUS A PIQUÉ AU COEUR ? ;-) Poètiquement vôtre, Argynne Aphrodite
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
1126 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
3 décembre
  Publié: 12 jan 2020 à 03:47 Citer     Aller en bas de page

Citation de Argynne Aphrodite
J'aime beaucoup ! Le rythme, comme saccadé peint le glas de l inevitable et rend fort palpable la sensation du temps qu il reste, en sursis. De plus je trouve les vers très beaux.

Que donnerait un poème similaire sur le thème de l l'urgence à vivre, des choses à se hater de faire, écrit par vous ???

Poetiquement vôtre, Argynne Aphrodite



Merci infiniment, Argynne Aphrodite :
C'est une très bonne idée, ça , un poeme sur l'urgence de vivre.. D'ailleurs après la perte de cet être très cher, fauché en pleine jeunesse, je clamais : "la vie est courte, il est urgent de vivre !"

Bien à vous..

MariePaule

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
Argynne Aphrodite


Lorsqu'il est déjà bien trop tard pour dormir te kidnappe l'inspiration poétique. _Argynne
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
0 poèmes Liste
842 commentaires
Membre depuis
7 août 2019
Dernière connexion
15 novembre
  Publié: 12 jan 2020 à 03:58 Citer     Aller en bas de page

Citation de Allantvers

Citation de Argynne Aphrodite
J'aime beaucoup ! Le rythme, comme saccadé peint le glas de l inevitable et rend fort palpable la sensation du temps qu il reste, en sursis. De plus je trouve les vers très beaux.

Que donnerait un poème similaire sur le thème de l l'urgence à vivre, des choses à se hater de faire, écrit par vous ???

Poetiquement vôtre, Argynne Aphrodite



Merci infiniment, Argynne Aphrodite :
C'est une très bonne idée, ça , un poeme sur l'urgence de vivre.. D'ailleurs après la perte de cet être très cher, fauché en pleine jeunesse, je clamais : "la vie est courte, il est urgent de vivre !"

Bien à vous..

MariePaule



Bien à vous MariePaule

  Y A T'IL UN PASSAGE QUI VOUS A PIQUÉ AU COEUR ? ;-) Poètiquement vôtre, Argynne Aphrodite
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 814
Réponses: 7
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0234] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.