Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 155
Invisible : 0
Total : 155
13494 membres inscrits

Montréal: 23 oct 03:47:21
Paris: 23 oct 09:47:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Fugace indélébile Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Daniel

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
395 commentaires
Membre depuis
14 mars 2014
Dernière connexion
16 septembre
  Publié: 18 mars 2015 à 20:32
Modifié:  26 mars 2015 à 10:48 par Daniel
Citer     Aller en bas de page

Fugace indélébile

Ta paume sur ma cuisse m’offre comme un désert,
Pour l’instant c’est ta nuque, ô diseuse mésange !...
Je descendrai plus tard visiter tes lombaires
Et baiser comme en frère le tendre de ta hanche.

Puis je remonterai de l'orteil à l'épaule,
Les mains comme en arrêt sous tes plus pures peaux,
Timides, jeunes enfants aux aguets, haletantes.
Puis elles repartiront, en visite, sur ce ventre

Tendu comme un appel sous l’appel de ma bouche
En manque de ta bouche. Tes doigts nouent leurs phalanges.
Les miens s’en vont s’enfuir vers tes chevilles blanches
Et mon âme est derrière. Mes poumons fous

S'en vont fondre en oubli, en un exil de peu,
Rien d'autre en cette nuit que ce partage ce vœu
Qui ne vaudra plus rien dès que nos yeux ouverts
Sur la tristesse le temps, se verront à l'amer,

S’en iront, en panique. Certains sangs vont rougir.
Là commencent les murmures, l'étouffé d'un soupir.
Je vais couvrir la plaine, du genou jusqu’à l’aine,
Tendrement mais sans frein, jusqu’à briser nos chaînes.

Du plaisir, la douceur... Mais, soudain, cette mémoire,
Ce flash halluciné comme un violent rappel.
Je bondis et tremblant je fixe le miroir,
Trop nu et impuissant sous tes yeux crus, sans ailes.

Je ne sais que répondre à tes questions muettes.
Un silence élastique s'agrippe au bord du vide,
Il n’est plus aucun code pour décrypter les sens,
Le rebond de l’histoire et même, un peu plus loin,
Ses ténèbres de vague, j’en revendique la fin.
Nous trouverons étrange ce moment en suspend,
Ce ni oui ni pas non aspiré, cette dette.

Mais une angoisse absconse vient changer la lumière.
Tu te retourneras, nous resterons soudés
Par nos sueurs mourantes nos odeurs emmêlées,
Par cette mise à sac d’un moment de fougères

Qui nous rapprochera, mais sans intimité.
Mes yeux ne croiseront plus, sans un profond frisson,
Ton regard triste et flammes. Toutes les anxiétés
Sacreront ton partir, rumeur de la passion.

J’imagine ces saisons qui ne peuvent être que pire.
Se retirer du monde, savoir, peut-être, en rire
Ou peut-être en pleurer. S’envoler des moissons,
La clef semble être là, mais quel est le mensonge ?

  Critiques négatives absolument reçues, il faut bien se construire.
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
268 poèmes Liste
3818 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
3 septembre
  Publié: 19 mars 2015 à 07:04 Citer     Aller en bas de page

J'ai aimé aussi

Amitiés Poétiques,
La Brune Colombe

 
Daniel

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
395 commentaires
Membre depuis
14 mars 2014
Dernière connexion
16 septembre
  Publié: 24 mars 2015 à 09:12
Modifié:  7 avr 2015 à 01:19 par Daniel
Citer     Aller en bas de page

Merci Marc, Brune Colombe et SillonDesMots, de vous être arrêtés ici.

Pour SillonDesMots : "Quant à votre poésie, mon ressenti reste inutile à citer."
Mais encore ??

Amitiés à vous.



Daniel

  Critiques négatives absolument reçues, il faut bien se construire.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 592
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0169] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.