Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 10
Invisible : 0
Total : 10
13192 membres inscrits

Montréal: 3 juil 02:23:56
Paris: 3 juil 08:23:56
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Marathon Éphémère 2018 (semaine 6) : "Un nouveau jour pour…" :: Fleuris, Jour ! vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Cléo
Impossible d'afficher l'image
J'ai mis les pieds sur le paillasson du chagrin/ Et je l'ai repoussé bien loin
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
162 commentaires
Membre depuis
3 juin 2018
Dernière connexion
12 septembre 2020
  Publié: 30 juil 2018 à 04:43 Citer vertical_align_bottom

Moi, je demande un nouveau jour pour regarder,
La sublime Beauté et son temple sacré,
-Tu mis de la grâce, sur les ans, sur les champs,
Bénissant et les mers et déserts d'Orient
Là, sur la lisière des bois, ta douce voix
on reconnaît, sans porter un seul œil sur toi
Là, à travers et les branches et les pervenches,
Ta senteur unique, et acidulée, s'élance
Sur le cœur si ivre, qu’il se perd en sa danse
Là, près des vergers, des cyprès et des lauriers,
Pas même leur palme n'ose se reposer
Tu répands le souffle partout où tu t'imposes
Même à la timide, à la bien aimante rose
Faut-il sentir ton bouquet pour trouver la joie
Sous l'Azur qui, de quelques excès, en rougeoie ?
Et là dans mon âme en vie, un heureux concert
S'invite avec magnificence sincère.

Moi je demande un nouveau jour pour ressentir
Le doux souvenir sur ma paume se flétrir
Son parfum familier, compagnon de celui
Qui regarde le temps, qui fuit, ce grand bandit
- Viens, je t'invite à cette table désertée
Où sont partis, loin, mes précieux invités
Peux-tu me conter le jeune temps de l'enfance
Là où se colorait la vie d'insouciance ?
Et ces personnes que j'ai chéries, où sont-elles ?
Chaque soir, je pose l'espoir à la chandelle ;
Et tous ces endroits que j'ai chéris, où sont-ils ?
Dans les clairières de mes rêves...sur cette île,
où je retrouve les fantômes du passé...
Va, souvenir, je cherche à croiser l'avenir
Ou mieux, le présent qui préfère m'accueillir
Ses bras sont chaleureux comme elle, cette muse
Ah, faut-il que je l'annonce à la cornemuse ?

Moi, je lui demande un nouveau jour pour aimer
La chère Vie et son visage frais, paré
de mille joies et secrets, de mille bijoux,
Elle est riche d'allégresses et tend la joue,
A celui qui cherche éperdu, l'amour partout !
- Vie, tes fleurs sont l'effluve de mes tendres jours
J'embaume ton rire et croise la joie toujours
Vêtue d'un manteau qui cache cette beauté
L'âme recouvre la robe de la santé
Et dans le miroir se trouve plus que ravie
Que de fois, j'aime tes folies, tes broderies
Tes mille voyages et tes mille nuances
Veulent qu'à ta gloire, qu'en ton honneur, je danse ;
Longtemps, j'ai posé les pieds sur le paillasson
Du Chagrin, ce mage qui cache les saisons
Pour toi, je l'ai repoussé bien loin, toujours plus
Et je laisse ton doux parfum se déployer

Là, en mon cœur, le voici, là ressuscité
Pour germer, éclore, le bonheur sans arrêt.

  La joie est la conptine de nos heures
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
122 poèmes Liste
3554 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
22 avril
  Publié: 30 juil 2018 à 23:50
Modifié:  30 juil 2018 à 23:51 par Le Poète Masqué
Citer vertical_align_bottom

Bonjour Cléo,

Un poème de toute beauté, à la gloire des souvenirs perdus ;
les invités qui ne sont plus à la table, partis loin, dans le néant...

Et la recherche du bonheur que l'on espère connaître avec un nouveau jour !

Amitiés

  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
183 poèmes Liste
4071 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
2 juillet
  Publié: 31 juil 2018 à 11:50 Citer vertical_align_bottom

Une première fois, une première lecture... Hello; Cléo...un poème où les arômes de la vie se respirent...Un écrit optimiste pour en restituer le meilleur, dans ce nouveau jour où elle s'épanouit plus que jamais...

"Amicalités" et bienvenue,

Riagal....:-)


  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
La Brune Colombe Cet utilisateur est un membre privilège


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
282 poèmes Liste
3878 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
26 juin
  Publié: 1er août 2018 à 16:20
Modifié:  1er août 2018 à 16:20 par La Brune Colombe
Citer vertical_align_bottom

Une belle façon de ré-invoquer les contemplations d’une vie

 
doux18 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
263 poèmes Liste
918 commentaires
Membre depuis
4 septembre 2016
Dernière connexion
2 juillet
  Publié: 3 août 2018 à 10:08 Citer vertical_align_bottom

Merci Cléo pour ce beau poème, où les senteurs se mêlent aux couleurs, vaste survol des beautés du monde, comme un manteau d'azur sur les mélancolie du passé...

Amicalement,

Pierre-Emmanuel

 
Cléo
Impossible d'afficher l'image
J'ai mis les pieds sur le paillasson du chagrin/ Et je l'ai repoussé bien loin
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
162 commentaires
Membre depuis
3 juin 2018
Dernière connexion
12 septembre 2020
  Publié: 3 août 2018 à 11:46
Modifié:  3 août 2018 à 11:48 par Cléo
Citer vertical_align_bottom

Merci Le Poète Masqué ! Heureusement que la vie n'est pas un arrêt définitif sur le passé, qu'elle offre de nouveaux jours : auquel cas nous serions seuls à la " table".

Merci RiagalenArtem pour l'accueil et pour cette visite.

Merci La Brune Colombe. La poésie est cette forme de vie.

Merci doux18 ! C'est joliment dit.

  La joie est la conptine de nos heures
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1050
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0284] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.